Accueil | Actualités | Médias | Zemmour chez Ruquier : un faussaire dans une émission de faussaire selon Schneidermann
Pub­lié le 9 octobre 2014 | Éti­quettes :

Zemmour chez Ruquier : un faussaire dans une émission de faussaire selon Schneidermann

Samedi soir dans « On n'est pas couché » sur France 2, Éric Zemmour était l'invité de son ex-patron pour présenter son dernier livre, « Le Suicide français » (Albin Michel).

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ensemble du plateau était hostile à l'écrivain et à sa thèse. Pourtant, ce n'est pas encore suffisant aux yeux de Daniel Schneidermann qui parle quant à lui de « bon traitement du faussaire ».

Si le patron du site @rrêt sur Images admet, dans une tribune publiée sur Rue89, que tous ont répété en chœur « que le livre du faussaire, "Le Suicide français", est un livre sans références, sans notes, dans lequel toutes les citations sont un peu truquées, tous les chiffres un peu biaisés », celui-ci va jusqu’à dénoncer l'émission elle-même : « Seulement voilà : le faussaire est sympa. Il est à la mode : c’est le faussaire dont on parle. Il fait la couverture des magazines de droite. Et il fait le spectacle : Zemmour contre Cohn-Bendit, Zemmour contre Caron, Zemmour contre Salamé, Zemmour contre la comédienne québecoise Anne Dorval, Zemmour contre Le Siècle », écrit-il en effet.

Et celui-ci d'ajouter que, « surtout, le faussaire est un copain. Il y a peu, c’est lui qui siégeait dans la bande à Ruquier, parmi ses procureurs d’aujourd’hui. Après la joute, on partagera une coupe ensemble, en évoquant le bon vieux temps. »

Pour conclure, Daniel Schneidermann estime que « dénoncer vraiment le faussaire, ce serait dénoncer l’émission elle-même, et s’avouer comme une émission faussaire, qui produit de faux débats, comme d’autres de la fausse monnaie ».

Voir notre portrait d'Éric Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This