Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Violences migratoires : le New York Times appelle à la démission de Merkel

12 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Violences migratoires : le New York Times appelle à la démission de Merkel

Violences migratoires : le New York Times appelle à la démission de Merkel

Un éditorial du journal new-yorkais fait remarquer qu’au rythme actuel des migrations, les moins de 40 ans seront bientôt pour moitié originaires de pays musulmans en Allemagne. Avec le risque qu’ils imposent alors leur mode de vie…

Le New York Times classé comme « libéral » aux États-Unis (de gauche en Europe) prend générale­ment, et presque sys­té­ma­tique­ment, posi­tion pour les clan­des­tins et les migrants. À pro­pos des pri­maires du camp répub­li­cain, le quo­ti­di­en bro­carde ain­si quo­ti­di­en­nement les propo­si­tions de Don­ald Trump sur le sujet. Voir un édi­to­ri­al­iste de ce jour­nal se pronon­cer claire­ment pour le rap­a­triement de la majorité des migrants subis/voulus par l’Allemagne mérite donc atten­tion.

Ross Douthat dans le numéro daté (en ligne) du 9 jan­vi­er revient sur les agres­sions, vols, vio­ls (au moins trois à Cologne) com­mis non seule­ment à Cologne mais aus­si à Ham­bourg, Stuttgart, Stock­holm, Helsin­ki et sans doute d’autres villes européennes. Tout en con­tes­tant les posi­tions « con­ser­va­tri­ces » qui décrivaient antérieure­ment l’immigration comme une source de trou­bles, il admet que les déplace­ments de pop­u­la­tion qu’a con­nu l’année 2015 (plus d’un mil­lion de deman­deurs d’asile en Alle­magne sur l’année et le flot con­tin­ue) changent le par­a­digme et font entr­er le prob­lème migra­toire dans ce qu’il appelle « des ter­ri­toires incon­nus ».

Comme le fait judi­cieuse­ment remar­quer l’éditorialiste « pour l’Allemagne le chiffre impor­tant n’est pas la pop­u­la­tion totale (82 mil­lions en 2013) mais le chiffre de la frange des 20/30ans, moins de dix mil­lions en 2013, et ce chiffre com­prend déjà de nom­breux immi­grés ». Les nou­veaux arrivants étant des hommes jeunes (11 hommes pour une femme en Suède) on peut atten­dre un « effet trans­for­ma­teur » sur une société où les moins de 40 ans seront bien­tôt pour près de la moitié orig­i­naires d’Afrique et du Moyen-Ori­ent… Cette pop­u­la­tion importera ain­si son mode de vivre, son rap­port à la femme et – envis­age Douthat – pour­ra réalis­er ce que Michel Houelle­becq décrit dans son roman Soumis­sion : l’islamisation du pays.

Sa recom­man­da­tion est donc sans appel : arrêter immé­di­ate­ment le flot migra­toire et rap­a­tri­er les hommes jeunes et en bonne san­té dans leur pays d’origine (« begin­ning an order­ly depor­ta­tion process for able-bod­ied young men »). Con­clu­ant que les « pêchés passés de l’Allemagne ne peu­vent être absous par un human­i­tarisme irréfléchi », il appelle égale­ment au départ de Merkel pour que le con­ti­nent européen ne souf­fre pas trop de sa folie (« fol­ly »).

Un tel édi­to­r­i­al serait-il pub­lié en France ? Pos­er la ques­tion, c’est mal­heureuse­ment déjà y répon­dre.

Cet édi­to­r­i­al peut être lu (en anglais) ici. Source : Nou­velles de France — Crédit pho­to : flodi­grip via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision