Accueil | Actualités | Médias | Vincent Bolloré président du conseil de surveillance de Vivendi
Pub­lié le 24 juin 2014 | Éti­quettes : , ,

Vincent Bolloré président du conseil de surveillance de Vivendi

Après un feuilleton de trois ans, Vincent Bolloré s’assoit enfin dans le fauteuil de président du conseil de surveillance de Vivendi, en remplacement de Jean-René Fourtou.

Entré au capital du groupe en 2011 suite au rachat par Vivendi de ses deux chaînes, Direct 8 et DirectStar (qu'il cède contre des actions à hauteur de 1,7 %), il en détient aujourd'hui 5,04 %, ce qui fait de lui le premier actionnaire.

En 2012, Jean-René Fourtou décide d'opérer un virage important en concentrant les activités de Vivendi, maison mère de Canal +, dans les médias. Suite à la démission de Jean-Bernard Lévy, Vincent Bolloré se hisse au conseil d'administration et s'implique vivement dans la nouvelle stratégie du groupe, non sans tensions.

L'année dernière, un compromis a été trouvé, promettant à Bolloré la présidence du conseil de surveillance, en remplacement de Jean-René Fourtou. Aujourd'hui, le nouveau chef de Vivendi entend bien poursuivre les ambitions du groupe dans les médias, avec 6 à 7 milliards d'euros en cash pour y œuvrer.

Lire notre dossier : Bolloré, un empire médiatique pour quoi faire ?

Crédit photo : EricBesson via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This