Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Vincent Bolloré président du conseil de surveillance de Vivendi

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

24 juin 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Vincent Bolloré président du conseil de surveillance de Vivendi

Vincent Bolloré président du conseil de surveillance de Vivendi

Temps de lecture : < 1 minute

Après un feuilleton de trois ans, Vincent Bolloré s’assoit enfin dans le fauteuil de président du conseil de surveillance de Vivendi, en remplacement de Jean-René Fourtou.

Entré au cap­i­tal du groupe en 2011 suite au rachat par Viven­di de ses deux chaînes, Direct 8 et Direct­Star (qu’il cède con­tre des actions à hau­teur de 1,7 %), il en détient aujour­d’hui 5,04 %, ce qui fait de lui le pre­mier actionnaire.

En 2012, Jean-René Four­tou décide d’opér­er un virage impor­tant en con­cen­trant les activ­ités de Viven­di, mai­son mère de Canal +, dans les médias. Suite à la démis­sion de Jean-Bernard Lévy, Vin­cent Bol­loré se hisse au con­seil d’ad­min­is­tra­tion et s’im­plique vive­ment dans la nou­velle stratégie du groupe, non sans tensions.

L’an­née dernière, un com­pro­mis a été trou­vé, promet­tant à Bol­loré la prési­dence du con­seil de sur­veil­lance, en rem­place­ment de Jean-René Four­tou. Aujour­d’hui, le nou­veau chef de Viven­di entend bien pour­suiv­re les ambi­tions du groupe dans les médias, avec 6 à 7 mil­liards d’eu­ros en cash pour y œuvrer.

Lire notre dossier : Bolloré, un empire médiatique pour quoi faire ?

Crédit pho­to : EricBesson via Flickr (cc)