Accueil | Actualités | Médias | Quand Bolloré met ses médias au service de ses intérêts économiques
Pub­lié le 21 septembre 2015 | Éti­quettes : , ,

Quand Bolloré met ses médias au service de ses intérêts économiques

Patron de Vivendi, qui détient notamment Canal, D17 et D8, Vincent Bolloré entend bien utiliser ses différentes chaînes au service des autres secteurs de son groupe.

Dans un communiqué envoyé mardi 15 septembre, la chaîne D17 a en effet annoncé qu'elle diffusera, samedi 3 octobre à 23 heures, le documentaire « Ebola : tous ensemble vers la victoire », consacré au concert géant du même nom qui se déroulera le 26 septembre à Conakry, capitale de la République de Guinée, avec à la clé des artistes locaux parfaitement inconnus en France.

Le communiqué ajoute que cet événement ne sera que le premier « d'une série d'initiatives lancées en Guinée » par Vivendi, désireux de « promouvoir tous les talents présents en Guinée » et d'« en assurer l'émergence sur les places internationales ». Comment expliquer cette décision, qui annonce d’ores et déjà de retentissants flops d'audience ?

La réponse est simple : Vincent Bolloré, à l'initiative de cette diffusion, compte de nombreux intérêts économiques dans ce pays africain, dont la gestion du port de Conakry, ainsi que des liens étroits avec ses dirigeants. D'ailleurs, à partir du 26 septembre, Vivendi va construire à Conakry une nouvelle salle de spectacle, baptisée « CanalOlympia » en référence à la chaîne cryptée ainsi qu'à la célèbre salle de spectacle parisienne...

La future grille de programmes des chaînes du groupe risque d'être aussi originale qu'exotique. Et tant pis pour l’intérêt des téléspectateurs…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux