Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Une pétition demande au CSA de rappeler à l’ordre France Inter

8 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une pétition demande au CSA de rappeler à l’ordre France Inter

Une pétition demande au CSA de rappeler à l’ordre France Inter

Temps de lecture : 2 minutes

La magouille de France Inter datant de novembre dernier refait parler d’elle sur les réseaux sociaux.

Il y a trois mois, suite aux atten­tats du 13 novem­bre à Paris, le site inter­net de France Inter avait mod­i­fié en douce le titre d’un de ses anciens arti­cles (pub­lié le 14 sep­tem­bre 2015), qui décrivait l’in­fil­tra­tion de ter­ror­istes par­mi les réfugiés comme un « fan­tasme ». En effet, après que la police ait retrou­vé au moins un passe­port syrien sur l’un des auteurs de l’at­taque du Bat­a­clan, cette affir­ma­tion aus­si naïve que méprisante devait dis­paraître. Ain­si le titre est-il passé de « Réfugiés : le fan­tasme de l’in­fil­tra­tion ter­ror­iste » à « Des ter­ror­istes par­mi les migrants ? »

Mais c’é­tait sans compter sur la vig­i­lance des inter­nautes, qui ont eu tôt fait de remar­quer l’im­pos­ture. Aujour­d’hui encore, cette manip­u­la­tion n’a pas été oubliée : sur le site Cit­i­zen­GO, une péti­tion rassem­ble près de 7 000 per­son­nes pour dire « non à la désinformation ».

Pour les sig­nataires, France Inter a « bafoué le respect dû à ses audi­teurs et lecteurs » avec ce « men­songe hon­teux » qui con­stitue une « vio­la­tion man­i­feste de la Charte d’éthique pro­fes­sion­nelle des jour­nal­istes ». « Sans chercher à savoir qui de la jour­nal­iste ou de la sta­tion était à l’ini­tia­tive », les péti­tion­naires récla­ment « que le CSA con­damne le procédé de cam­ou­flage employé ».

En somme, qu’il fasse son devoir de gen­darme de l’au­dio­vi­suel, chose qui n’a pas encore été accom­plie au sujet de cette manip­u­la­tion d’exception. Et l’au­teur de la péti­tion, Jacques Cen­guit, de con­clure : « Si une mod­i­fi­ca­tion de l’in­for­ma­tion doit être faite, elle ne doit pas cam­ou­fler l’in­for­ma­tion com­mu­niquée initialement. »