Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Politis use vite ses directeurs

24 juin 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Politis use vite ses directeurs

Politis use vite ses directeurs

Politis, bientôt 32 ans, l’âge de la maturité dit-on, qui veut unir le social et l’écologie avec un regard d’extrême gauche, a du mal à garder son personnel de direction.

Un peu d’histoire

En 1988 c’est le jour­nal­iste Bernard Lan­glois qui lance le jour­nal, large­ment avec l’argent de feu Pierre Bergé. Le pre­mier numéro porte un titre en forme de farce, « La France manque d’immigrés ». Le jour­nal fait par­tie des fon­da­teurs d’Attac, mais après de mul­ti­ples crises internes, Lan­glois cesse sa col­lab­o­ra­tion en 2010. Le Monde diplo­ma­tique fera par­tie un moment des action­naires, un pre­mier redresse­ment judi­ci­aire aura lieu en 2006 avec appel aux lecteurs et des action­naires représen­tant les rédac­teurs ou proches d’eux.

Valse, valsons, valsez

Le titre qui dif­fuse peu est riche en directeurs. Le dernier directeur de la pub­li­ca­tion, tou­jours en place, est Pouria Amir­shahi, ancien député PS de l’étranger de 2012 à 2017 (Afrique du nord et de l’ouest). Il s’opposera à Manuel Valls alors Pre­mier min­istre en deman­dant la régu­lar­i­sa­tion des clan­des­tins. Il quitte le PS en 2016 et rejoint l’équipe de Benoît Hamon lors de l’élection prési­den­tielle de 2017, avec le suc­cès que l’on con­naît.

Mais il y a aus­si une direc­trice qui vient de suc­céder à un autre directeur, arrivé seule­ment huit mois aupar­a­vant. Stéphane Guillerm n’aura pas eu le temps de s’habituer et cèdera sa place à Agnès Rousseaux venue du pure play­er gauchiste Bas­ta­m­ag. Pour les ama­teurs de hiérar­chie un peu riche il y a égale­ment un directeur délégué, un rédac­teur en chef et trois rédac­teurs en chef adjoints. Comme aurait dit le général Tapi­o­ca : dans mon armée per­son­ne n’a un grade en-dessous de colonel !

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.