Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un professeur de l’IUT de journalisme de Lannion compare les terroristes djihadistes aux militants anti-IVG

21 novembre 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Un professeur de l’IUT de journalisme de Lannion compare les terroristes djihadistes aux militants anti-IVG

Un professeur de l’IUT de journalisme de Lannion compare les terroristes djihadistes aux militants anti-IVG

Suite aux attentats, un débat était organisé entre environ 130 élèves d’Info-Com de l’IUT de Lannion – une filière dont l’une des options prépare de futurs journalistes et leurs professeurs.

Par­mi les pro­pos rap­portés par le quo­ti­di­en région­al Ouest-France, l’on relève cette ques­tion d’une élève sur le traite­ment de l’in­for­ma­tion : Com­ment faire pour que les Arabes ne se sen­tent pas stig­ma­tisés ? » Enseignante-chercheuse de l’I­UT, Béa­trice Dami­an-Gail­lard lui fait alors cette réponse pour le moins éton­nante : « Parce que vous, on ne vous demande pas de vous pronon­cer chaque fois que des catholiques inté­gristes font un mou­ve­ment anti-IVG », l’appelant ensuite à réfléchir à qui il con­vient de don­ner la parole.

Comme le relève le jour­nal région­al indépen­dant Breizh Info, le par­al­lèle fait par l’en­seignante est choquant, puisque les anti-IVG n’ont jamais tué per­son­ne en France : « Mme Dami­an-Gail­lard a sans doute oublié de rap­pel­er à ses élèves que l’intégralité des atten­tats ter­ror­istes ayant tué des cen­taines d’individus en France ces 20 dernières années ont été per­pétrés par des indi­vidus de con­fes­sion musul­mane et pas du tout catholique ».

Au cours du même débat, un autre pro­fesseur, Pierre-Yves Bul­teau insis­tait sur le fait que « la prise de recul, c’est aus­si de réfléchir à qui on donne la parole quand on est jour­nal­iste ». Aux pro­pos de ce mil­i­tant de gauche assumé dont les engage­ments oscil­lent du catholi­cisme social au par­ti com­mu­niste, on pour­rait rétor­quer que la prise de recul con­siste aus­si à réfléchir et à rester neu­tre et objec­tif plutôt de faire des par­al­lèles mal­adroits et biaisés. Prob­a­ble­ment trop dif­fi­cile pour ce jour­nal­iste qui ne cache pas ses opin­ions, mais qui a théorique­ment la dure tâche d’ap­pren­dre à ses élèves l’ob­jec­tiv­ité et la neu­tral­ité… Inutile donc de s’é­ton­ner de la crise de con­fi­ance dans les médias du sys­tème qui per­dure, et qui ne sur­prend que ceux qui en font par­tie : le ver est dans le fruit depuis le stade de la for­ma­tion.

Du reste, Béa­trice Dami­an-Gail­lard n’est pas une incon­nue et sa sor­tie con­tre les mil­i­tants anti-IVG n’a rien d’an­odin au vu de son pro­fil. Respon­s­able du DUT de jour­nal­isme à Lan­nion et maître de con­férences à Rennes 1, elle est spé­cial­isée sur « trois axes ‑analyse des dis­posi­tifs d’organisation du tra­vail des jour­nal­istes, socio-économie des médias et plu­ral­isme de l’information, iden­tités gen­rées et indus­tries cul­turelles ». Ses pub­li­ca­tions sont sou­vent à la croisée de ces axes, même si elles tour­nent plutôt autour des divers­es formes de la sex­u­al­ité et de l’écrit. On peut en not­er deux plus poussées vers le genre, l’une qui passe le jour­nal­isme au prisme du gen­der, l’autre qui con­cerne les  « assig­na­tions » de genre dans les médias, essen­tielle­ment autour du traite­ment des femmes, qu’elles soient des per­son­nal­ités ou des arché­types du quo­ti­di­en.

Les iden­tités gen­rées ren­voient à la théorie du genre, autrement dit au con­cept soci­ologique con­tro­ver­sé selon lequel on ne naît pas homme ou femme, mais on le devient – notam­ment parce que la société vous con­fère un genre – on appelle cela une « assig­na­tion », ou parce qu’on le choisit. Ce qui se fait au mépris de la con­di­tion humaine, comme en témoigne l’ex­péri­ence trag­ique que le savant fou John Mon­ey, père de la théorie du genre, a infligé à deux jumeaux, expéri­ence qui s’acheva par le sui­cide des deux cobayes. D’autres ten­ants de la théorie du genre affir­ment que l’on peut grandir sans sexe ou en le changeant au gré de ses désirs. Mal­gré l’ex­trême minorité des ten­ants de cette théorie en France, mal­gré surtout son car­ac­tère très con­tro­ver­sé, elle est inculquée à un nom­bre crois­sant d’élèves (du pub­lic ou du privé sous con­trat) avec une extrême com­plai­sance de la part de l’Éducation Nationale et des pou­voirs publics qui se cachent der­rière l’en­seigne­ment de « l’é­gal­ité des sex­es » pour la laiss­er pro­mou­voir impuné­ment.

Crédit pho­to : hpzcr via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).