Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Un député PS charge Delahousse pour sa question sur l’islam

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

18 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Un député PS charge Delahousse pour sa question sur l’islam

Un député PS charge Delahousse pour sa question sur l’islam

Temps de lecture : 2 minutes

« En France, il y a environ 5 à 6 millions de musulmans, un tiers de croyants, si un jour un parti islamiste, fondamentaliste se créait en France quelle serait votre réaction ? » Telle a été la question de Laurent Delahousse à François Hollande dimanche 14 juillet en direct sur TF1 et France 2.

Une ques­tion qui a déclenché toutes les polémiques et les réac­tions out­ragées, et en par­ti­c­uli­er celle du député PS Pouria Amir­shahi. Ce dernier a réa­gi sur son compte Twit­ter en pub­liant cette ques­tion évo­ca­trice : « Il tra­vaille pour qui Dela­housse ? Le FN ou Al Quaida ? »

Con­tac­té par Europe 1, le député a main­tenu ses pro­pos : « La ques­tion était pitoy­able, pour un 14 juil­let. Elle ne fait que nour­rir les peurs et les fan­tasmes (…) C’est une ques­tion digne de la pro­pa­gande des grou­pus­cules d’ex­trême-droite. Au mieux, elle était dérisoire, au pire elle était un élé­ment de plus dans la peur ambiante relayée par les théoriciens de l’invasion. »

Et ce dernier d’es­timer que la ques­tion « n’é­tait pas à la hau­teur de l’en­jeu. Il y a des ques­tions qui devaient être posées et qui ne l’ont pas été. » « On vient de dis­soudre des groupes d’ex­trême-droite et, devant des mil­lions de téléspec­ta­teurs, il se per­met de pos­er une ques­tion qu’eux se seraient amusés à pos­er », a‑t-il conclu.

C’est donc con­fir­mé. En France, il est inter­dit de par­ler d’is­lam sous peine d’être immé­di­ate­ment sus­pec­té d’appartenir à « l’extrême-droite »…

Crédit pho­to : N2lepine via Wikimédia