L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un an après les attentats, Charlie Hebdo fustige le Dieu des « culs-bénits » !

4 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Un an après les attentats, Charlie Hebdo fustige le Dieu des « culs-bénits » !

Un an après les attentats, Charlie Hebdo fustige le Dieu des « culs-bénits » !

4 janvier 2016

Temps de lecture : < 1 minute

Un an après l’attaque du 7 janvier 2015, Charlie Hebdo sort un numéro spécial tiré à près d’un million d’exemplaires.

En cou­ver­ture, point de Mahomet mais… un Dieu à la barbe blanche, plutôt de type judéo-chré­tien, l’habit ensanglan­té et armé d’une kalach­nikov, avec ce titre : « 1 an après, l’as­sas­sin court tou­jours ». Ce numéro com­prend un cahi­er de dessins des dis­parus (Cabu, Wolin­s­ki, Charb, Tig­nous, Hon­oré) mais aus­si des con­tribu­teurs extérieurs dont la min­istre de la Cul­ture Fleur Pel­lerin (!), des comé­di­ennes comme Isabelle Adjani, Char­lotte Gains­bourg, Juli­ette Binoche, des intel­lectuels comme Élis­a­beth Bad­in­ter, la bangladaise Tasli­ma Nas­reen, l’améri­cain Rus­sell Banks, et le musi­cien Ibrahim Maalouf.

Dans un édi­to, le dessi­na­teur Riss, sur­vivant de l’at­taque du 7 jan­vi­er 2015, se pose en défenseur de la laïc­ité con­tre les « fana­tiques abrutis par le Coran » mais aus­si « les culs-bénits venus d’autres reli­gions » qui auraient d’après lui souhaité la mort du jour­nal. Rap­pelons qu’un cul bénit (ou cul béni) est la manière famil­ière et péjo­ra­tive dont on nomme les Chré­tiens… « Les con­vic­tions des athées et des laïcs peu­vent déplac­er encore plus de mon­tagnes que la foi des croy­ants », estime Riss.

Dès 2006, quand Char­lie Heb­do avait pub­lié les car­i­ca­tures de Mahomet, « beau­coup espéraient qu’un jour quelqu’un viendrait nous remet­tre à nos places. Oui, beau­coup ont espéré qu’on se fasse tuer. TU-ER », pour­suit Riss.

Sauf qu’à défaut de nom­mer ceux qui, pré­cisé­ment, ont « tué Char­lie », l’heb­do­madaire a préféré faire sa une con­tre les « culs-bénits »… Ou com­ment faire du busi­ness en évi­tant désor­mais tout danger !

Mots-clefs :

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés