Accueil | Actualités | Médias | Twitter débouté dans l’affaire du hashtag #unbonjuif
Pub­lié le 17 juin 2013 | Éti­quettes :

Twitter débouté dans l’affaire du hashtag #unbonjuif

Twitter a été débouté le 12 juin par la cour d'appel de Paris dans l’affaire du hashtag #unbonjuif. La cour d’appel a confirmé son obligation de communiquer à cinq associations de défense des droits de l'homme les informations concernant les auteurs de tweets racistes ou antisémites.

La cour a constaté que Twitter n’avait pas fourni les données, ni la justification d’une impossibilité des les fournir. Le fait que la société américaine se soit déclarée prête à le faire, mais sous plusieurs conditions, notamment la délivrance d'une commission rogatoire internationale, ne justifie pas cette non-communication, selon la Cour. « Nous sommes déçus que la Cour ait décidé de ne pas entendre notre appel. Nous étudions les options, y compris celle de soumettre à nouveau l'appel », a réagi Twitter.

En octobre dernier, plusieurs tweets reprenant les mots clés #unbonjuif et #unjuifmort avait été diffusé sur le réseau social de micro-blogging qui avait alors été assigné en référé par l’Union des Étudiants Juifs de France (UEJF), J’accuse ! (action international pour la Justice), SOS Racisme, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).

Twitter avait accepté de retirer les messages infamants mais en janvier, un nouveau hashtag apparaissait sur le réseau social : #SiJetaisNazi, provoquant la fureur des associations… Ce sont deux conceptions de la liberté qui s’affrontent dans cette affaire : la liberté américaine qui ne supporte aucune restriction et la liberté française qui en supporte de nombreuses. Reste désormais à savoir si l’entreprise américaine va s’exécuter face à une décision de justice française, ce qu’elle n’est théoriquement pas obligée de faire.

Voir aussi : Tweets antisémites : l’UEJF assigne Twitter en référé

Crédit photo : capture d'écran Twitter. Montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

0% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 0€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux