Accueil | Actualités | Médias | « Troisième Reich », le charmant surnom de Pierre Fraidenraich
Pub­lié le 10 avril 2014 | Éti­quettes : , ,

« Troisième Reich », le charmant surnom de Pierre Fraidenraich

Dans un article paru dimanche sur le site des Inrocks, l'hebdomadaire revient sur les derniers jours agités à Libération.

Le nouveau directeur, Pierre Fraidenraich, a ainsi pris ses fonctions dans l'hostilité croissante d'une rédaction en pleine fronde contre sa direction. Au début de l'article des Inrocks, on peut lire : « Pierre Fraidenraich, le nouveau directeur opérationnel de Libé, a déjà gagné deux surnoms parmi la rédaction : au choix, “Troisième Reich” ou “Frankenstein”. “En même temps, son nom de famille est difficile à prononcer et à mémoriser”, ironise un journaliste du quotidien. »

Des propos qui ont fortement déplu à Renaud Revel. Sur son blog L'Express, le journaliste s'indigne : « On pourrait mettre cela sur le caractère vulgairement potache de quelques olibrius aux QI défoliés, si ce sobriquet, épouvantablement irrespirable et revendiqué par leurs auteurs, était tout simplement ignominieux. »

« Les intéressés savent-ils que toute la famille Fraidenraich, à l’exception d’une seule jeune femme, a été exterminée dans les camps nazis ? Que la Shoah a décimé les parents et aïeux de celui que l’on cloue désormais, en ces termes, au pilori dans les couloirs d’un journal où personne ne semble s’en offusquer ! », poursuit-il.

Et celui-ci de conclure : « À moins que les mots n’aient plus de sens dans les coursives de Libération, où la chasse à l’homme est devenu un sport quotidien. Les mots manquent. Et reste une profonde nausée. »

Lire également notre infographie de Libération ainsi que notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos.

Crédit photo : luc via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This