Accueil | Actualités | Médias | « Troisième Reich », le charmant surnom de Pierre Fraidenraich
Pub­lié le 10 avril 2014 | Éti­quettes : , ,

« Troisième Reich », le charmant surnom de Pierre Fraidenraich

Dans un article paru dimanche sur le site des Inrocks, l'hebdomadaire revient sur les derniers jours agités à Libération.

Le nouveau directeur, Pierre Fraidenraich, a ainsi pris ses fonctions dans l'hostilité croissante d'une rédaction en pleine fronde contre sa direction. Au début de l'article des Inrocks, on peut lire : « Pierre Fraidenraich, le nouveau directeur opérationnel de Libé, a déjà gagné deux surnoms parmi la rédaction : au choix, “Troisième Reich” ou “Frankenstein”. “En même temps, son nom de famille est difficile à prononcer et à mémoriser”, ironise un journaliste du quotidien. »

Des propos qui ont fortement déplu à Renaud Revel. Sur son blog L'Express, le journaliste s'indigne : « On pourrait mettre cela sur le caractère vulgairement potache de quelques olibrius aux QI défoliés, si ce sobriquet, épouvantablement irrespirable et revendiqué par leurs auteurs, était tout simplement ignominieux. »

« Les intéressés savent-ils que toute la famille Fraidenraich, à l’exception d’une seule jeune femme, a été exterminée dans les camps nazis ? Que la Shoah a décimé les parents et aïeux de celui que l’on cloue désormais, en ces termes, au pilori dans les couloirs d’un journal où personne ne semble s’en offusquer ! », poursuit-il.

Et celui-ci de conclure : « À moins que les mots n’aient plus de sens dans les coursives de Libération, où la chasse à l’homme est devenu un sport quotidien. Les mots manquent. Et reste une profonde nausée. »

Lire également notre infographie de Libération ainsi que notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos.

Crédit photo : luc via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux