Accueil | Actualités | Médias | Tribune libre : les drôles d’articles du Figaro

Tribune libre : les drôles d’articles du Figaro

Première diffusion le 11/09/2019

Plusieurs lecteurs nous ont écrit pour souligner que la ligne éditoriale du Figaro quotidien – supposée droitière sur le plan politique – pouvait révéler une orientation toute autre en particulier sur le plan de la politique internationale. Nous renvoyons à un article que nous avions publié sur le jugement hallucinant publié par le correspondant à Rome de l’époque (il semble avoir changé depuis) sur Matteo Salvini. Nous publions la lettre en tribune libre. Les intertitres sont de notre rédaction.

Alors que le lecteur du Monde, de Libération ou de l’Obs s’attend – à juste titre – à trouver une ligne éditoriale parfaitement balisée et prévisible, le Figaro peut révéler de drôles de surprises. Certains articles évoquent plutôt la prose du trio évoqué précédemment. En examinant attentivement les articles publiés, on peut émettre deux hypothèses pour expliquer de telles dérives.

Du bobo au Figaro ?

Tout d’abord la présence de journalistes issus de la « bobosphère », comme Ségolène Forfar, issue de Elle et FranceInfo, qui office aujourd’hui au Figaro Madame, ou la très macroniste Mathilde Golla, dont les articles consacrés au mouvement des Gilet Jaunes sont sans ambiguïté (« Gilets jaunes : un mouvement loin de faire l'unanimité » ou « Contre toute attente, les gilets jaunes ont pénalisé le commerce en ligne »).

Le Figaro comporte aussi son lot de néo-conservateurs pourfendeurs de l’hydre populiste, comme Pierre Avril, l''ancien correspondant à Moscou qui vient d’être nommé correspondant en Allemagne, « un pays où droite extrême rime souvent avec l’histoire traumatique du nazisme » (Le Figaro du 3 septembre 2019). Son clone à la rédaction du Point, le très caricatural Luc de Barochez, est d’ailleurs un ancien de la maison.

Recours massif à l’AFP

La seconde raison est liée au recours massif à des dépêches de l’AFP reproduites in extenso, et qui tranchent avec la ligne censément droitière du journal. Ceci corrobore la remarque assassine de Didier Pourquery, alors Directeur adjoint de la rédaction du Monde qui affirmait dans un documentaire il est vrai fort hagiographique consacré à l’ex-« quotidien de référence ». Pourquery affirmait il y a cinq ans que : « Nous publions bien plus de contenus originaux que Le Figaro » (« Les Gens du Monde », documentaire d’Yves Jeuland, Rezo Films, 2014).

Vous aviez illustré cette dérive, cette fois ci avec l’agence Reuters il y a quelques temps à propos de l’affaire de Covington aux Etats-Unis. Plus récemment, un « article » signé « Le Figaro avec AFP » faisait dans l’éloge des « militantes féministes et musulmanes » qui avaient tenté d’imposer le burkini dans une piscine parisienne (« Des baigneuses en burkini provoquent la fermeture d'une piscine à Paris », 1er septembre 2019).

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This