Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | « Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule
<span class="dquo">«</span> Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule

11 avril 2014

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | « Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule

« Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule

« Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule

Malaise mercredi soir sur le plateau de « Touche pas à mon Poste », l’émission « phare » de la chaîne D8, suite à une intervention du spécialiste en envolées « citoyennes » et « politiquement correctes » Gilles Verdez.

Prenant pré­texte de la dif­fu­sion d’un extrait de l’émis­sion « Man vs Wild » durant lequel l’aventurier Bear Grylls chas­se et tue un cochon sauvage pour le manger, le chroniqueur s’est lancé dans une dénon­ci­a­tion véhé­mente de ce pas­sage, arguant qu’il était « choquant pour les per­son­nes dont la reli­gion inter­dit la con­som­ma­tion de porc ».

« Il y a des reli­gions dans lesquelles on ne mange pas de porc, et je trou­ve ça totale­ment insul­tant. Ça me révolte, On ne tue pas un cochon pour le manger. Y’a des gens qui sont heurtés par ça !» s’est ain­si exclamé le jour­nal­iste, sus­ci­tant l’in­com­préhen­sion et la gêne de ses col­lègues peinant à faire le lien entre cet esclan­dre et l’émis­sion de survie présentée…

Les téléspec­ta­teurs n’ont d’ailleurs sem­ble-t-il pas davan­tage com­pris le cour­roux du sour­cilleux Gilles Verdez, de très nom­breux mes­sages ayant été pub­liés et dif­fusés sur les réseaux soci­aux pour exprimer de l’a­gace­ment ou de la déri­sion face à l’ab­surde rela­tion faite entre « cochon et reli­gion ». A trop vouloir en faire, il sem­blerait bien que Gilles Verdez se soit pris les pieds dans le tapis de la bien pensance…

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Dis­cov­ery TV via Youtube

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.