Accueil | Actualités | Médias | « Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule
Pub­lié le 11 avril 2014 | Éti­quettes : , ,

« Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule

Malaise mercredi soir sur le plateau de « Touche pas à mon Poste », l'émission « phare » de la chaîne D8, suite à une intervention du spécialiste en envolées « citoyennes » et « politiquement correctes » Gilles Verdez.

Prenant prétexte de la diffusion d'un extrait de l'émission « Man vs Wild » durant lequel l’aventurier Bear Grylls chasse et tue un cochon sauvage pour le manger, le chroniqueur s'est lancé dans une dénonciation véhémente de ce passage, arguant qu'il était « choquant pour les personnes dont la religion interdit la consommation de porc ».

« Il y a des religions dans lesquelles on ne mange pas de porc, et je trouve ça totalement insultant. Ça me révolte, On ne tue pas un cochon pour le manger. Y'a des gens qui sont heurtés par ça !» s'est ainsi exclamé le journaliste, suscitant l'incompréhension et la gêne de ses collègues peinant à faire le lien entre cet esclandre et l'émission de survie présentée…

Les téléspectateurs n'ont d'ailleurs semble-t-il pas davantage compris le courroux du sourcilleux Gilles Verdez, de très nombreux messages ayant été publiés et diffusés sur les réseaux sociaux pour exprimer de l'agacement ou de la dérision face à l'absurde relation faite entre « cochon et religion ». A trop vouloir en faire, il semblerait bien que Gilles Verdez se soit pris les pieds dans le tapis de la bien pensance...

Crédit photo : capture d'écran vidéo Discovery TV via Youtube

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This