Accueil | Actualités | Médias | « Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule
Pub­lié le 11 avril 2014 | Éti­quettes : , ,

« Touche pas à mon poste » : quand l’indignation tourne au ridicule

Malaise mercredi soir sur le plateau de « Touche pas à mon Poste », l'émission « phare » de la chaîne D8, suite à une intervention du spécialiste en envolées « citoyennes » et « politiquement correctes » Gilles Verdez.

Prenant prétexte de la diffusion d'un extrait de l'émission « Man vs Wild » durant lequel l’aventurier Bear Grylls chasse et tue un cochon sauvage pour le manger, le chroniqueur s'est lancé dans une dénonciation véhémente de ce passage, arguant qu'il était « choquant pour les personnes dont la religion interdit la consommation de porc ».

« Il y a des religions dans lesquelles on ne mange pas de porc, et je trouve ça totalement insultant. Ça me révolte, On ne tue pas un cochon pour le manger. Y'a des gens qui sont heurtés par ça !» s'est ainsi exclamé le journaliste, suscitant l'incompréhension et la gêne de ses collègues peinant à faire le lien entre cet esclandre et l'émission de survie présentée…

Les téléspectateurs n'ont d'ailleurs semble-t-il pas davantage compris le courroux du sourcilleux Gilles Verdez, de très nombreux messages ayant été publiés et diffusés sur les réseaux sociaux pour exprimer de l'agacement ou de la dérision face à l'absurde relation faite entre « cochon et religion ». A trop vouloir en faire, il semblerait bien que Gilles Verdez se soit pris les pieds dans le tapis de la bien pensance...

Crédit photo : capture d'écran vidéo Discovery TV via Youtube

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux