Accueil | Actualités | Médias | Vincent Bolloré se passerait bien de Canal+, boulet du groupe
Pub­lié le 23 avril 2016 | Éti­quettes : , , , , ,

Vincent Bolloré se passerait bien de Canal+, boulet du groupe

Lors d'une présentation de deux heures à l'Assemblée générale de Vivendi, Vincent Bolloré a menacé de fermer Canal+ si le groupe ne réagissait pas face aux pertes qui s'accumulent.

D'après Stéphane Roussel, directeur général de Vivendi (propriétaire du groupe Canal), Canal est (encore) dans le rouge. En effet, la chaîne cryptée pourrait accuser un déficit de « 400 millions d'euros en 2016 », qui viendrait s'ajouter aux 264 millions d'euros déjà perdus en 2015. « Il y a un moment où il faudra arrêter le robinet. Vivendi ne pourra pas apporter de l'argent indéfiniment à Canal », a prévenu Vincent Bolloré.

Avec un nombre d'abonnés en chute libre et un endettement qui dépasse le milliard d'euros, la chaîne cryptée va devoir céder aux réductions budgétaires insufflées par la direction, au risque de disparaître. Car Bolloré n'y est pas opposé. Celui-ci a jugé « possible » un groupe Canal composé uniquement de CanalSat, des chaînes gratuites D8, D17 et i>Télé, de Studio Canal ainsi que de la filiale internationale Canal+ Overseas.

La chaîne Canal est en effet, d'après la direction, la seule chaîne, avec i>Télé, à faire tâche dans le groupe au niveau de la rentabilité. « Certains disent que je suis la cause des pertes de Canal+. J'en suis la conséquence, et peut-être la solution », a scandé Bolloré à la tribune.

Un discours qui ne va sans doute pas rassurer les journalistes et producteurs de Canal+, préférant crier à la censure sans jamais remettre en question une ligne éditoriale qui n'intéresse plus grand monde.

Voir notre infographie de Canal+ et du groupe Bolloré

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux