Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pour le CSA, l’humiliation n’est pas un « manquement » aux règles

4 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pour le CSA, l’humiliation n’est pas un « manquement » aux règles

Pour le CSA, l’humiliation n’est pas un « manquement » aux règles

Mardi, le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’est penché sur l’émission « Touche pas à mon poste » du 25 janvier, durant laquelle Cyril Hanouna avait déversé un bol de nouilles chaudes dans le pantalon du chroniqueur Matthieu Delormeau, dans l’hilarité générale.

De nom­breux cri­tiques avaient fusé sur les réseaux soci­aux, de nom­breux téléspec­ta­teurs y voy­ant une banal­i­sa­tion de l’hu­mil­i­a­tion et une atteinte à la dig­nité humaine. Sur France Inter, Bruno Don­net avait lui aus­si dénon­cé une « nor­mal­i­sa­tion de l’hu­mil­i­a­tion ». Pour ce dernier, Hanouna et sa bande se ser­vent con­stam­ment de Delormeau comme d’un souf­fre douleur. Or, « à la télévi­sion, l’audience vous pro­tège de tout, y com­pris du devoir de ne pas dépass­er les bornes. Hanouna est un énorme pour­voyeur d’audience pour D8, donc per­son­ne n’a le courage de lui dire que ce qu’il fait avec Delormeau est immonde », avait-il estimé.

Finale­ment, le CSA n’au­ra pas dérogé à cette règle. « En ten­ant compte du genre humoris­tique de l’émis­sion », le CSA n’a pas relevé de « man­que­ment car­ac­térisé de la chaîne à ses oblig­a­tions » dans cette séquence, a fait savoir le gen­darme de l’au­dio­vi­suel. En revanche, « la mul­ti­pli­ca­tion de ce type de séquence – qui peut être perçue comme une forme d’hu­mil­i­a­tion – pour­rait devenir prob­lé­ma­tique, notam­ment pour de jeunes téléspec­ta­teurs, par la banal­i­sa­tion de telles pra­tiques », ont toute­fois pré­cisé les Sages.

Ain­si, D8 doit faire « preuve de retenue dans la dif­fu­sion d’im­ages ou de témoignages sus­cep­ti­bles d’hu­m­i­li­er les per­son­nes ». La chaîne avait déjà été « mise en demeure » puis « mise en garde » par le CSA suite de la dif­fu­sion, dans TPMP tou­jours, de com­men­taires désoblig­eants sur un petit danseur de l’Opéra et sur des musi­ciens atteints d’autisme et de trisomie.

Pour sûr, l’abrutisse­ment a encore de beaux jours devant lui.

Voir notre portrait de Cyril Hanouna et notre dossier « Hanouna, bientôt la chute ? »

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.