Accueil | Actualités | Médias | Pour le CSA, l’humiliation n’est pas un « manquement » aux règles
Pub­lié le 4 mai 2016 | Éti­quettes : , ,

Pour le CSA, l’humiliation n’est pas un « manquement » aux règles

Mardi, le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'est penché sur l'émission « Touche pas à mon poste » du 25 janvier, durant laquelle Cyril Hanouna avait déversé un bol de nouilles chaudes dans le pantalon du chroniqueur Matthieu Delormeau, dans l'hilarité générale.

De nombreux critiques avaient fusé sur les réseaux sociaux, de nombreux téléspectateurs y voyant une banalisation de l'humiliation et une atteinte à la dignité humaine. Sur France Inter, Bruno Donnet avait lui aussi dénoncé une « normalisation de l'humiliation ». Pour ce dernier, Hanouna et sa bande se servent constamment de Delormeau comme d'un souffre douleur. Or, « à la télévision, l’audience vous protège de tout, y compris du devoir de ne pas dépasser les bornes. Hanouna est un énorme pourvoyeur d’audience pour D8, donc personne n’a le courage de lui dire que ce qu’il fait avec Delormeau est immonde », avait-il estimé.

Finalement, le CSA n'aura pas dérogé à cette règle. « En tenant compte du genre humoristique de l'émission », le CSA n'a pas relevé de « manquement caractérisé de la chaîne à ses obligations » dans cette séquence, a fait savoir le gendarme de l'audiovisuel. En revanche, « la multiplication de ce type de séquence – qui peut être perçue comme une forme d'humiliation – pourrait devenir problématique, notamment pour de jeunes téléspectateurs, par la banalisation de telles pratiques », ont toutefois précisé les Sages.

Ainsi, D8 doit faire « preuve de retenue dans la diffusion d'images ou de témoignages susceptibles d'humilier les personnes ». La chaîne avait déjà été « mise en demeure » puis « mise en garde » par le CSA suite de la diffusion, dans TPMP toujours, de commentaires désobligeants sur un petit danseur de l'Opéra et sur des musiciens atteints d'autisme et de trisomie.

Pour sûr, l'abrutissement a encore de beaux jours devant lui.

Voir notre portrait de Cyril Hanouna et notre dossier « Hanouna, bientôt la chute ? »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

66% récolté
Objec­tif : jan­vi­er 2019 ! Nous avons récolté 1.320,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux