Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Thomas Cluzel sur France Culture : haro sur Matteo Salvini

6 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Thomas Cluzel sur France Culture : haro sur Matteo Salvini

Thomas Cluzel sur France Culture : haro sur Matteo Salvini

Les auditeurs assidus de France Culture l’ont remarqué : le Ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini n’a pas bonne presse auprès de la chaîne publique. Si celle-ci s’interrogeait en juin dernier sur la responsabilité du Ministre de l’intérieur dans le « climat d’intolérance propice au passage à l’acte » qui existerait en Italie, le temps n’est plus aux interrogations mais aux accusations. Des accusations qui s’inscrivent dans un état d’esprit bien ancré à France Culture.

Quand l’opinion prend le pas sur l’information

Il y a deux ans, en sep­tem­bre 2016, un con­tribu­teur de l’OJIM envoy­ait au Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et au médi­a­teur de Radio France une analyse de 23 pages argu­men­tant la présen­ta­tion biaisée de la « crise des migrants » par la chaîne publique. L’analyse d’un échan­til­lon d’émissions pen­dant plusieurs mois aboutis­sait au con­stat que dans le choix des sujets, des invités et des com­men­taires, la ques­tion sur les ondes publiques n’était pas : faut-il accueil­lir des migrants ? Ou bien, com­ment frein­er l’afflux de migrants ? Une seule ques­tion reve­nait en boucle à ce sujet : com­ment accueil­lir plus de migrants et mieux ?

Tant le CSA que le médi­a­teur de Radio France n’ont pas cru bon de répon­dre à l’auditeur. La sai­sine n’était peut-être pas assez argu­men­tée… Peu de temps après, le Col­lec­tif des usagers des médias et du ser­vice pub­lic inter­pel­lait les can­di­dats à l’élection prési­den­tielle de 2017 sur le manque de plu­ral­isme des opin­ions présen­tées sur le ser­vice pub­lic de radio-télévi­sion. Un récent jour­nal de France Cul­ture nous mon­tre, s’il en fal­lait, que ces démarch­es n’ont pas porté leurs fruits.

Voir aussi

Vent nou­veau en Ital­ie ? La grande peur des médias français

Morceaux choisis, racisme et perfidie

Le jour­nal de 12h30 du 29 novem­bre 2018 com­mence fort : Thomas Cluzel intro­duit le sujet sur la loi sur l’immigration récem­ment votée au Par­lement ital­ien en ces ter­mes : « c’est prob­a­ble­ment la loi la plus raciste de ces 15 dernières années en Ital­ie ». Alors que sur le site de la radio publique, cette appré­ci­a­tion est attribuée à « la presse de gauche de la pénin­sule », le jour­nal­iste ne prend pas la peine de se cacher der­rière des accu­sa­tions de tiers. Il reprend à son compte ces juge­ments de valeur. Et se range de fait dans le camp de « la presse de gauche » ital­i­enne. Il est vrai que Thomas Cluzel assur­ait précédem­ment une « revue de presse inter­na­tionale » d’un par­ti pris et d’un entre soi abso­lus, ce qui explique sans doute sa pro­mo­tion au Jour­nal de la mi-journée sur France Cul­ture.

Celui qui ne cache pas son « immense sat­is­fac­tion » après le vote de la loi por­tant son nom est « le Min­istre de l’Intérieur d’extrême droite Mat­teo Salvi­ni ». Pour quelle rai­son le jour­nal­iste qual­i­fie-t-il Mat­teo Salvi­ni de Min­istre d’extrême droite ? Nous ne le saurons pas. Pour para­phras­er Paul-François Paoli, en faisant de la sorte, Thomas Cluzel sem­ble sous l’emprise mimé­tique d’une par­tie de sa cor­po­ra­tion et ne fait qu’attester un con­formisme paresseux.

Pour­suiv­ons : « Le Décret-Loi porte toute la per­fi­die de sa stratégie qui a réus­si à faire pass­er une loi pour ce qu’elle n’est pas, au ser­vice de la sécu­rité. En réal­ité, cette texte est essen­tielle­ment dirigé con­tre les migrants ». Pour mieux appuy­er sa dénon­ci­a­tion de la poli­tique restric­tive de l’Italie en matière d’immigration clan­des­tine, un pays qui a vu arriv­er près de 700 000 clan­des­tins depuis 2013, le jour­nal­iste égrène les récents décès en mer méditer­ranée. CQFD.

Voir aussi

La crise migra­toire devient « la crise de l’accueil des migrants » dans les médias, analyse séman­tique janvier/avril 2018

L’invité de l’émission, Jor­dan Bardel­la (RN), rap­pelle au jour­nal­iste qu’il tra­vaille sur une radio publique (18e mn) : « Je vous ai enten­du par­ler de racisme et de per­fi­die, ce qui me choque. Nous sommes sur le ser­vice pub­lic et je crois que les jour­nal­istes du ser­vice pub­lic ont un cer­tain devoir de neu­tral­ité. Et si vous voulez enten­dre le ser­vice pub­lic par­ler de la sorte d’un Min­istre de l’intérieur ital­ien qui est trois fois plus pop­u­laire que le Prési­dent de la République, ça me sur­prend et je pense que ça fera plaisir aux français qui finan­cent Radio France ».

À enten­dre la cor­re­spon­dante à Rome de France Cul­ture présen­ter les mesures du Décret–Loi sur l’immigration et la sécu­rité, on cherche vaine­ment toute trace de « racisme ». Sauf à con­sid­ér­er que la maitrise des fron­tières et le respect du principe de nation­al­ité sont illégitimes. Au dia­ble ces argu­ments, l’important sur France Cul­ture n’est-t-il pas de mon­tr­er par­fois sans réserve — et sans respecter le devoir de réserve — que l’on appar­tient au camp du bien et des « pro­gres­sistes ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.