Accueil | Actualités | Médias | Télévision : les réacs sont-ils partout ?
Pub­lié le 23 avril 2014 | Éti­quettes : , , ,

Télévision : les réacs sont-ils partout ?

À l'instar d'un Bruno Roger-Petit, qui voit des réactionnaires et des journalistes de droite partout, Éric Naulleau a rebondi sur la nomination d'Alain Finkielkraut à l'Académie française pour recueillir l'avis d'Éric Zemmour sur le sujet.

« Les réacs qui hurlent à la pensée unique alors qu'ils sont partout, ça commence à me courir sur la véranda ! », a tout d'abord pesté le présentateur de « Zemmour & Naulleau », diffusé vendredi soir sur Paris Première. Interrogé par son camarade, Éric Zemmour a quant à lui tenu une position plus mesurée.

« Tu as raison au sens où il y a une visibilité nouvelle. Comme il y a une évolution massive de la population et que la population fait les audiences et que les audiences font les recettes publicitaires, les grands médias sont obligés de s'ouvrir à une pensée alternative, iconoclaste et qui était interdite il y a encore dix ans », a expliqué ce « réac en chef » de la télévision, récemment décrié dans le livre d'Aymeric Caron.

Cependant, là où Naulleau « exagère », « c'est en disant : 'ils sont partout'. Non, on n'est pas nombreux », a-t-il poursuivi avant de conclure par un exemple : « À RTL, tu vas me dire que j'ai une place formidable et que c'est quand même la première radio de France, que c'est formidable. Mais toute la rédaction, ou 90% de la rédaction, est hostile à mes thèses. Tu vas dire, je suis très visible. D'accord, t'auras raison ! Tu vas dire que Finkielkraut est élu à l'Académie Française, t'auras raison ! Mais le bain collectif du microcosme médiatique, lui, n'a pas changé. C'est tout ce que je dis. »

Voir également nos portraits de Bruno Roger-Petit, Aymeric Caron et Éric Zemmour

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux