Accueil | Actualités | Médias | Télévision : les réacs sont-ils partout ?
Pub­lié le 23 avril 2014 | Éti­quettes : , , ,

Télévision : les réacs sont-ils partout ?

À l'instar d'un Bruno Roger-Petit, qui voit des réactionnaires et des journalistes de droite partout, Éric Naulleau a rebondi sur la nomination d'Alain Finkielkraut à l'Académie française pour recueillir l'avis d'Éric Zemmour sur le sujet.

« Les réacs qui hurlent à la pensée unique alors qu'ils sont partout, ça commence à me courir sur la véranda ! », a tout d'abord pesté le présentateur de « Zemmour & Naulleau », diffusé vendredi soir sur Paris Première. Interrogé par son camarade, Éric Zemmour a quant à lui tenu une position plus mesurée.

« Tu as raison au sens où il y a une visibilité nouvelle. Comme il y a une évolution massive de la population et que la population fait les audiences et que les audiences font les recettes publicitaires, les grands médias sont obligés de s'ouvrir à une pensée alternative, iconoclaste et qui était interdite il y a encore dix ans », a expliqué ce « réac en chef » de la télévision, récemment décrié dans le livre d'Aymeric Caron.

Cependant, là où Naulleau « exagère », « c'est en disant : 'ils sont partout'. Non, on n'est pas nombreux », a-t-il poursuivi avant de conclure par un exemple : « À RTL, tu vas me dire que j'ai une place formidable et que c'est quand même la première radio de France, que c'est formidable. Mais toute la rédaction, ou 90% de la rédaction, est hostile à mes thèses. Tu vas dire, je suis très visible. D'accord, t'auras raison ! Tu vas dire que Finkielkraut est élu à l'Académie Française, t'auras raison ! Mais le bain collectif du microcosme médiatique, lui, n'a pas changé. C'est tout ce que je dis. »

Voir également nos portraits de Bruno Roger-Petit, Aymeric Caron et Éric Zemmour

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This