Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Tarifs postaux : les éditeurs passent à la caisse

7 décembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Tarifs postaux : les éditeurs passent à la caisse

Tarifs postaux : les éditeurs passent à la caisse

La Poste va augmenter ses tarifs pour la presse de 23 à 38% d’ici cinq ans.

Un mau­vais coup porté à des édi­teurs déjà frag­iles… mais égale­ment un très mau­vais cal­cul pour l’en­tre­prise publique.

Les hauss­es les plus impor­tantes con­cerneront la presse de dis­trac­tion ou récréa­tive. De Télé 7 jours à Clos­er en pas­sant par L’A­mi des jardins, cette famille est dans le col­li­ma­teur des pou­voirs publics. Exclus de la plu­part des aides gou­verne­men­tales, ces titres se ver­ront de sur­croît appli­quer une aug­men­ta­tion de l’af­fran­chisse­ment postale de 5% par an de 2017 à 2022. La presse de la con­nais­sance et du savoir, en générale pro­fes­sion­nelle, lim­ite elle la casse à 3%. Seuls les jour­naux d’in­for­ma­tion poli­tique et générale (IPG) tirent leur épin­gle du jeu avec une hausse de 1%. Parce qu’elle con­tribue au développe­ment d’une opin­ion démoc­ra­tique, l’IPG est désor­mais la seule forme de presse à être aidée par l’État.

Alors qu’en juin, la min­istre de la com­mu­ni­ca­tion, Fleur Pel­lerin avait évo­qué une hausse lim­itée à l’in­fla­tion, la douche est glacée pour les édi­teurs con­cernés. Des majors comme Lagardère (Elle), Pris­ma (Télé loisirs) ou encore Mon­dadori (Auto plus) ver­ront leur fac­ture postale automa­tique­ment renchérie de plusieurs mil­lions d’eu­ros sup­plé­men­taires par an. Si le gou­verne­ment jus­ti­fie ces aug­men­ta­tions par un rat­tra­page néces­saire vis-à-vis de tar­ifs postaux plus ou moins gelés depuis des années, les groupes de médias con­cernés con­tes­tent évidem­ment cette ver­sion. Ils pay­eraient la ges­tion désas­treuse de l’en­tre­prise publique et ont d’ores et déjà prévu de riposter.

Au plan juridique, le Syn­di­cat des édi­teurs de la presse mag­a­zine, qui con­duit la fronde, a l’in­ten­tion de porter des recours tous azimuts, y com­pris devant la Cour de jus­tice européenne. Autre réplique, com­mer­ciale cette fois, l’ac­céléra­tion du trans­fert des porte­feuilles d’abon­nés postaux vers le portage à domi­cile. Adap­té avant tout aux quo­ti­di­ens, ce mode d’a­chem­ine­ment ne représente que 2% des quan­tités en presse mag­a­zine. La marge de pro­gres­sion est donc très impor­tante. La presse quo­ti­di­enne régionale, qui est la seule à détenir locale­ment les struc­tures logis­tiques adéquates, devrait voir ses tournées de portage large­ment étof­fées dans les années à venir. À con­di­tion qu’elle mette en face les moyens ad hoc.

Ce n’est pas le moin­dre des para­dox­es de l’oukase gou­verne­men­tal. La Poste, soutenue à bras le corps par Bercy comme l’un des pre­miers employeurs français, devrait sor­tir affaib­lie des joutes qui s’an­non­cent. Déjà con­sid­éré comme peu effi­cace, son ser­vice risque à terme d’être com­plète­ment délais­sé par les édi­teurs. À la clé, des pans entiers de chiffre d’af­faires qui échap­per­ont au ser­vice pub­lic.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision