Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Tapie-Hersant : le bras de fer continue

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

27 octobre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Tapie-Hersant : le bras de fer continue

Tapie-Hersant : le bras de fer continue

Temps de lecture : < 1 minute

Le divorce entre Bernard Tapie et Philippe Hersant se poursuit au sein du groupe Hersant Médias.

Après avoir racheté la moitié du groupe, Bernard Tapie a du réor­gan­is­er le con­trat devant les prob­lèmes de tré­sorerie de Philippe Her­sant. Tapie est pro­prié­taire à 100 % de La Provence, détient 50 % de Corse-Matin et 25 % de Nice-Matin (le reste appar­tenant à M. Hersant).

Depuis, l’orage gronde à Nice-Matin : un plan social por­tant sur la sup­pres­sion de 180 à 200 postes a été con­fir­mé le 7 octo­bre dernier. C’est dans ce con­texte que Philippe Her­sant espère repren­dre la main sur la total­ité du groupe en rachetant les 25 % détenus par Bernard Tapie. Selon Le Figaro, ce dernier serait prêt à céder ses parts en échange de la moitié du cap­i­tal de Corse-Matin, la « pépite » du groupe.

Mais les négo­ci­a­tions vont être rudes. Philippe Her­sant souhaite en effet que Bernard Tapie par­ticipe au finance­ment des départs du groupe Nice-Matin. Pour résoudre cette sit­u­a­tion ten­due, un con­cil­i­a­teur a été nom­mé pour trou­ver une solu­tion d’ici fin octo­bre et que le partage soit équitable.

Crédit pho­to : trois-tetes via Flickr (cc)