Accueil | Actualités | Médias | Syrie : Le Figaro censure un message humanitaire
Pub­lié le 22 mai 2013 | Éti­quettes : ,

Syrie : Le Figaro censure un message humanitaire

Dans un communiqué daté du 16 mai 2013, l’Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJHR) a fait part de sa consternation devant le refus de la rédaction du Figaro de publier l’une de ses annonces.

L’annonce en question lançait un appel aux parents de combattants rebelles engagés en Syrie, leur proposant de les aider à rapatrier leur enfant. Tout avait pourtant bien commencé. « L’éditeur du Figaro a accepté de publier notre annonce moyennant le versement de la somme de 4 000 euros. Notre annonce devait paraître dans l’édition du Figaro du vendredi 17 mai », nous informe l’Institut dans son communiqué.

Et celui-ci de poursuivre : « Mais nous venons d’apprendre avec consternation que la rédaction du Figaro s’y oppose "fermement". Motif invoqué : les "récents événement". Nous avons du mal à saisir en quoi les récents événements empêchent la publication de notre annonce. Au contraire, les « récents événements » (intensification des combats, actes de barbarie commis par les rebelles – éviscération, dépeçages, exécutions de masse, décapitations, épuration ethnico-religieuse...) devraient davantage inciter tout un chacun à préserver nos jeunes des affres d’une guerre où l’innocence est la première victime.»

L’ONG basée à Genève, qui « tente activement de venir en aide aux victimes de la terrible guerre qui sévit en Syrie », conclut en accusant le Figaro de « censure aux conséquences graves », considérant que ce refus est « un acte inhumain de non-assistance à personnes en danger ».

Dessin : © Milady de Winter pour l'Ojim

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux