Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Syrie : Le Figaro censure un message humanitaire

22 mai 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Syrie : Le Figaro censure un message humanitaire

Syrie : Le Figaro censure un message humanitaire

22 mai 2013

Temps de lecture : < 1 minute

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour boucler la fin de l’année. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €.

Dans un communiqué daté du 16 mai 2013, l’Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJHR) a fait part de sa consternation devant le refus de la rédaction du Figaro de publier l’une de ses annonces.

L’annonce en ques­tion lançait un appel aux par­ents de com­bat­tants rebelles engagés en Syrie, leur pro­posant de les aider à rap­a­tri­er leur enfant. Tout avait pour­tant bien com­mencé. « L’éditeur du Figaro a accep­té de pub­li­er notre annonce moyen­nant le verse­ment de la somme de 4 000 euros. Notre annonce devait paraître dans l’édition du Figaro du ven­dre­di 17 mai », nous informe l’Institut dans son communiqué.

Et celui-ci de pour­suiv­re : « Mais nous venons d’apprendre avec con­ster­na­tion que la rédac­tion du Figaro s’y oppose “fer­me­ment”. Motif invo­qué : les “récents événe­ment”. Nous avons du mal à saisir en quoi les récents événe­ments empêchent la pub­li­ca­tion de notre annonce. Au con­traire, les « récents événe­ments » (inten­si­fi­ca­tion des com­bats, actes de bar­barie com­mis par les rebelles – évis­céra­tion, dépeçages, exé­cu­tions de masse, décap­i­ta­tions, épu­ra­tion eth­ni­co-religieuse…) devraient davan­tage inciter tout un cha­cun à préserv­er nos jeunes des affres d’une guerre où l’innocence est la pre­mière victime.»

L’ONG basée à Genève, qui « tente active­ment de venir en aide aux vic­times de la ter­ri­ble guerre qui sévit en Syrie », con­clut en accu­sant le Figaro de « cen­sure aux con­séquences graves », con­sid­érant que ce refus est « un acte inhu­main de non-assis­tance à per­son­nes en danger ».

Dessin : © Mila­dy de Win­ter pour l’Ojim

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés