Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FranceInfo ne veut plus que l’on critique la numérisation de nos vies privées

10 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | FranceInfo ne veut plus que l’on critique la numérisation de nos vies privées

FranceInfo ne veut plus que l’on critique la numérisation de nos vies privées

À 8h15, lundi 8 juin 2020, Jérôme Colombain, spécialiste du numérique sur FranceInfo, était l’invité du fil d’info de Marc Fauvelle sur FranceInfo : autant faire des économies d’échelle. De quoi s’agissait-il ? Parler de la « tribune » publiée, « coup de gueule » dit Marc Fauvelle, sur le site FranceInfo.fr par le journaliste de FranceInfo, dans sa rubrique « nouveaux mondes ». Pourquoi une telle mobilisation en interne ? Réponse : l’application stopcovid.

Lutter contre un fiasco ?

Mal­gré les infor­ma­tions du gou­verne­ment et du min­istre de la san­té, ain­si que celles de Cédric O, lequel était fier d’annoncer durant la pre­mière semaine de juin que l’application avait été téléchargée près d’un mil­lion de fois en France, soit par un habi­tant de France sur soix­ante-dix, il sem­ble que la réus­site de l’opération « stop­covid » des­tinée à ce que nous soyons le plus nom­breux pos­si­ble à la télécharg­er dans nos smart­phones tourne au fias­co. Du coup, lun­di 8 juin c’est la mobil­i­sa­tion générale sur Fran­ce­In­fo.

Elle démarre par un petit men­songe dis­cret entre amis : la tri­bune de Jérôme Colom­bain ne paraît pas d’abord dans le cadre de Fran­ce­In­fo, son employeur, mais le 6 juin 2020 sur le blog per­son­nel du jour­nal­iste, « Atti­tude Tech­no ». Ce n’est pas un point de détail mais un des mul­ti­ples exem­ples des modes de fonc­tion­nement des médias de grand chemin qui de petits écarts en petits écarts fab­riquent des fleuves invis­i­bles d’infox. Fran­ce­In­fo reprend la tri­bune mais Fau­velle le répète : « à retrou­ver dans la rubrique Nou­veau Monde » où, du reste, elle ne se trou­ve tou­jours pas deux heures plus tard. L’imprécision per­ma­nente pour des jour­nal­istes, volon­taire ou non, cela n’inspire pas con­fi­ance. Mais cela ne con­duit tou­jours pas ces mêmes jour­nal­istes et médias à se pos­er les bonnes ques­tions sur les caus­es de l’extraordinaire perte de con­fi­ance dont ils sont l’objet.

Fauvelle, Colombain et FranceInfo vendent du Colombain

Donc, au menu de la mati­nale de Fran­ce­In­fo, un morceau de Colom­bain présen­té comme une tri­bune, ou plutôt le plat réchauf­fé, mais non présen­té comme tel, il est des restau­ra­teurs qui fer­meraient bou­tique pour moins que cela, d’une tri­bune pub­liée par Colom­bain 48 heures aupar­a­vant et propul­sée à la une de l’actualité par le col­lègue-pote Fau­velle.

Le lun­di 8 juin, il est entre 8 h 15 et 8 h 12, le mes­sage du gou­verne­ment, qui n’est pas de la pro­pa­gande, — ni de la vente de matériel numérique fab­riqué par… par qui déjà ? Retrac­er la genèse de cette appli­ca­tion fera sans aucun doute l’objet d’enquêtes dans les médias — vient de pass­er à l’antenne : « Bon­jour, je m’appelle Meh­di et j’ai téléchargé l’appli stop­covid etc… ». Peu après, le temps d’un entre­tien avec un vitic­ul­teur qui sauve son entre­prise par recon­ver­sion dans la fab­ri­ca­tion de gel hydro-alcoolique, Marc Fau­velle passe à l’attaque, ou plutôt à la défense de l’application pro­mue par le gou­verne­ment.

La ques­tion est : « Auri­ons-nous peur pour rien ? », « Auri­ons-nous peur d’être espi­onnés par des intru­sions dans nos vies privées ».
À tort.
Donc : « Bon­jour Jérôme Colom­bain ! ».

Les arguments de FranceInfo pour que TU la télécharges cette appli mon bon

  • L’application stop­covid plus que d’être dan­gereuse révèlerait surtout nos « peurs », nos « angoiss­es »
  • Nous seri­ons tous para­noïaques
  • Notre méfi­ance irait bien au-delà de cette « sim­ple » appli­ca­tion, elle serait irra­tionnelle.
  • D’ailleurs, insis­tent Colom­bain et Fau­velle, le gou­verne­ment, par la bouche de Cédric O, l’a bien dit : « le Pro­grès n’a plus bonne presse ». Par con­tre, ils n’interrogent pas le pourquoi du com­ment de cet aban­don.
  • La peur de ce genre d’outils numériques serait irra­tionnelle et « hal­lu­ci­nante », « je n’ai pas peur du mot » dit Colom­bain.
  • Pour Fau­velle ? « Quand cela vient du gou­verne­ment c’est for­cé­ment plus sus­pect que quand cela vient de Face­book ou Google ». Colom­bain : « Exacte­ment ». Il y a une prime au pro­ra­ta de la défense du macro­nisme au sein de Fran­ce­In­fo ?
  • Ce qui est dit sur stop­covid, ce sont des « fake news d’ailleurs relayées par des poli­tiques et cer­tains médias ». Le mot « com­plot » n’est pas pronon­cé mais c’est passé tout près.

En vrai, ce dont nous auri­ons peur c’est de la com­plex­ité des out­ils, de notre incom­préhen­sion… Nous ne sommes pas très malins, bien moins fins que l’avant-garde parisi­enne des médias et des poli­tiques qui pensent bien. Pour­tant, les jour­nal­istes ne le relèveront pas, mais les moyens mis pour que nous soyons moins bêtes sont mas­sifs : poli­tiques, médias, écoles, asso­ci­a­tions, appren­tis­sage de la pro­gram­ma­tion dès l’école pri­maire, édu­ca­tion au numérique partout, numéri­sa­tion de toutes les activ­ités (tra­vail, vie privée, échanges télé­phoniques et humains, com­merce, édu­ca­tion, loisir, télévi­sion…). Mais nous demeu­rons irra­tionnels, de vrais idiots du vil­lage.

Un grand moment de défense de la « réin­ven­tion » voulue par le gou­verne­ment à l’occasion d’une pandémie, que dis­ons-nous, d’une « guerre », pour repren­dre le terme du prési­dent, d’une « guerre » nous con­duisant dans « un monde qui plus jamais ne sera comme avant ». Nous n’étions vis­i­ble­ment pas assez En Marche et il sem­blerait qu’il y ait tou­jours un peu de résis­tance. Quant aux argu­ments de cette inter­ven­tion, pour le coup pro­pa­gan­diste, Fau­velle et Colom­bain ont beau faire sem­blant, ils ne peu­vent ignor­er que nous sommes habitués aux pra­tiques des GAFA, sou­vent alliés aux gou­verne­ments, quant à la volon­té d’intrusion dans nos vies privées.

Encore un com­plot dira-t-on. Toute con­cep­tion autre sem­ble être dev­enue cet étrange objet, l’irrationnel du com­plot. Avec la béné­dic­tion de Fran­ce­In­fo.

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.