Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FranceInfo ne veut plus que l’on critique la numérisation de nos vies privées

10 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | FranceInfo ne veut plus que l’on critique la numérisation de nos vies privées

FranceInfo ne veut plus que l’on critique la numérisation de nos vies privées

À 8h15, lundi 8 juin 2020, Jérôme Colombain, spécialiste du numérique sur FranceInfo, était l’invité du fil d’info de Marc Fauvelle sur FranceInfo : autant faire des économies d’échelle. De quoi s’agissait-il ? Parler de la « tribune » publiée, « coup de gueule » dit Marc Fauvelle, sur le site FranceInfo.fr par le journaliste de FranceInfo, dans sa rubrique « nouveaux mondes ». Pourquoi une telle mobilisation en interne ? Réponse : l’application stopcovid.

Lutter contre un fiasco ?

Mal­gré les infor­ma­tions du gou­verne­ment et du min­istre de la san­té, ain­si que celles de Cédric O, lequel était fier d’annoncer durant la pre­mière semaine de juin que l’application avait été téléchargée près d’un mil­lion de fois en France, soit par un habi­tant de France sur soix­ante-dix, il sem­ble que la réus­site de l’opération « stop­covid » des­tinée à ce que nous soyons le plus nom­breux pos­si­ble à la télécharg­er dans nos smart­phones tourne au fias­co. Du coup, lun­di 8 juin c’est la mobil­i­sa­tion générale sur Fran­ce­In­fo.

Elle démarre par un petit men­songe dis­cret entre amis : la tri­bune de Jérôme Colom­bain ne paraît pas d’abord dans le cadre de Fran­ce­In­fo, son employeur, mais le 6 juin 2020 sur le blog per­son­nel du jour­nal­iste, « Atti­tude Tech­no ». Ce n’est pas un point de détail mais un des mul­ti­ples exem­ples des modes de fonc­tion­nement des médias de grand chemin qui de petits écarts en petits écarts fab­riquent des fleuves invis­i­bles d’infox. Fran­ce­In­fo reprend la tri­bune mais Fau­velle le répète : « à retrou­ver dans la rubrique Nou­veau Monde » où, du reste, elle ne se trou­ve tou­jours pas deux heures plus tard. L’imprécision per­ma­nente pour des jour­nal­istes, volon­taire ou non, cela n’inspire pas con­fi­ance. Mais cela ne con­duit tou­jours pas ces mêmes jour­nal­istes et médias à se pos­er les bonnes ques­tions sur les caus­es de l’extraordinaire perte de con­fi­ance dont ils sont l’objet.

Fauvelle, Colombain et FranceInfo vendent du Colombain

Donc, au menu de la mati­nale de Fran­ce­In­fo, un morceau de Colom­bain présen­té comme une tri­bune, ou plutôt le plat réchauf­fé, mais non présen­té comme tel, il est des restau­ra­teurs qui fer­meraient bou­tique pour moins que cela, d’une tri­bune pub­liée par Colom­bain 48 heures aupar­a­vant et propul­sée à la une de l’actualité par le col­lègue-pote Fau­velle.

Le lun­di 8 juin, il est entre 8 h 15 et 8 h 12, le mes­sage du gou­verne­ment, qui n’est pas de la pro­pa­gande, — ni de la vente de matériel numérique fab­riqué par… par qui déjà ? Retrac­er la genèse de cette appli­ca­tion fera sans aucun doute l’objet d’enquêtes dans les médias — vient de pass­er à l’antenne : « Bon­jour, je m’appelle Meh­di et j’ai téléchargé l’appli stop­covid etc… ». Peu après, le temps d’un entre­tien avec un vitic­ul­teur qui sauve son entre­prise par recon­ver­sion dans la fab­ri­ca­tion de gel hydro-alcoolique, Marc Fau­velle passe à l’attaque, ou plutôt à la défense de l’application pro­mue par le gou­verne­ment.

La ques­tion est : « Auri­ons-nous peur pour rien ? », « Auri­ons-nous peur d’être espi­onnés par des intru­sions dans nos vies privées ».
À tort.
Donc : « Bon­jour Jérôme Colom­bain ! ».

Les arguments de FranceInfo pour que TU la télécharges cette appli mon bon

  • L’application stop­covid plus que d’être dan­gereuse révèlerait surtout nos « peurs », nos « angoiss­es »
  • Nous seri­ons tous para­noïaques
  • Notre méfi­ance irait bien au-delà de cette « sim­ple » appli­ca­tion, elle serait irra­tionnelle.
  • D’ailleurs, insis­tent Colom­bain et Fau­velle, le gou­verne­ment, par la bouche de Cédric O, l’a bien dit : « le Pro­grès n’a plus bonne presse ». Par con­tre, ils n’interrogent pas le pourquoi du com­ment de cet aban­don.
  • La peur de ce genre d’outils numériques serait irra­tionnelle et « hal­lu­ci­nante », « je n’ai pas peur du mot » dit Colom­bain.
  • Pour Fau­velle ? « Quand cela vient du gou­verne­ment c’est for­cé­ment plus sus­pect que quand cela vient de Face­book ou Google ». Colom­bain : « Exacte­ment ». Il y a une prime au pro­ra­ta de la défense du macro­nisme au sein de Fran­ce­In­fo ?
  • Ce qui est dit sur stop­covid, ce sont des « fake news d’ailleurs relayées par des poli­tiques et cer­tains médias ». Le mot « com­plot » n’est pas pronon­cé mais c’est passé tout près.

En vrai, ce dont nous auri­ons peur c’est de la com­plex­ité des out­ils, de notre incom­préhen­sion… Nous ne sommes pas très malins, bien moins fins que l’avant-garde parisi­enne des médias et des poli­tiques qui pensent bien. Pour­tant, les jour­nal­istes ne le relèveront pas, mais les moyens mis pour que nous soyons moins bêtes sont mas­sifs : poli­tiques, médias, écoles, asso­ci­a­tions, appren­tis­sage de la pro­gram­ma­tion dès l’école pri­maire, édu­ca­tion au numérique partout, numéri­sa­tion de toutes les activ­ités (tra­vail, vie privée, échanges télé­phoniques et humains, com­merce, édu­ca­tion, loisir, télévi­sion…). Mais nous demeu­rons irra­tionnels, de vrais idiots du vil­lage.

Un grand moment de défense de la « réin­ven­tion » voulue par le gou­verne­ment à l’occasion d’une pandémie, que dis­ons-nous, d’une « guerre », pour repren­dre le terme du prési­dent, d’une « guerre » nous con­duisant dans « un monde qui plus jamais ne sera comme avant ». Nous n’étions vis­i­ble­ment pas assez En Marche et il sem­blerait qu’il y ait tou­jours un peu de résis­tance. Quant aux argu­ments de cette inter­ven­tion, pour le coup pro­pa­gan­diste, Fau­velle et Colom­bain ont beau faire sem­blant, ils ne peu­vent ignor­er que nous sommes habitués aux pra­tiques des GAFA, sou­vent alliés aux gou­verne­ments, quant à la volon­té d’intrusion dans nos vies privées.

Encore un com­plot dira-t-on. Toute con­cep­tion autre sem­ble être dev­enue cet étrange objet, l’irrationnel du com­plot. Avec la béné­dic­tion de Fran­ce­In­fo.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.