Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Soros à l’assaut du journalisme (Perugia 3)

30 juillet 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Soros à l’assaut du journalisme (Perugia 3)

Soros à l’assaut du journalisme (Perugia 3)

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 17/04/2017]

La 11ème édition du Festival International du Journalisme s’est tenue à Pérouse (Perugia, Ombrie, Italie) du 5 au 9 avril 2017. Créé en 2006 à l’initiative d’Arianna Ciccone le festival a reçu près de 600 intervenants venus de 47 pays et organisé plus de 300 conférences, ateliers, débats dans douze salles de la ville de Pérouse. Le Festival a été marqué par une véritable prise en mains de Facebook et Google (à la fois sponsors officiels et participants à de nombreux débats). Un envoyé spécial de l’Ojim était présent, voici le troisième de ses comptes rendus.

Ce fes­ti­val était décidé­ment riche d’enseignements tant par les spon­sors (Face­book, Google, Ama­zon et dans un rôle de fig­u­rant le région­al de l’étape l’Eni le groupe pétroli­er ital­ien), que par les thèmes abor­dés (nous y revien­drons plus tard) que par cer­taines tables ron­des. Prenons une de celles aux­quelles nous avons assisté le jour de l’ouverture le 5 avril, « Lib­erté de la presse dans le sud-est de l’Europe ».

L’ombre de Soros

Le mod­éra­teur est un cer­tain Oliv­er Vujovic secré­taire général du SEEMO. Seemo quèsaco ? Le South East Europe Media Organ­i­sa­tion est un des mul­ti­ples pseudopodes des ONG financées par George Soros directe­ment ou indi­recte­ment dans les pays de l’est européen. Le Seemo est une fil­iale de l’International Press Insti­tute de la même orig­ine et est parte­naire du Cen­tre Européen pour la lib­erté de la presse et des médias situé à Leipzig et financé entre autres par la Com­mis­sion de l’Union Européenne…en toute indépen­dance bien enten­du.

Et celle de l’Union Européenne

Union Européenne que nous allons retrou­ver avec la sec­onde inter­venante Bar­bara Fab­ro du Cen­tral Euro­pean Insti­tute (CEI) financé par la Banque Européenne de Développe­ment et situé en Ital­ie à Tri­este. Le but du CEI est de « favoris­er l’intégration des pays mem­bres à l’Union Européenne », au moins les choses sont claires.

De Zrin­ka Vrabec-Mojces il est dif­fi­cile de dire quelque chose sinon qu’en dehors d’un nom dif­fi­cile à pronon­cer elle est jour­nal­iste, Croate et a joué un rôle poli­tique.

Jeux de passe passe

Plus intéres­sants sont les deux derniers pro­fils, celui d’un Albanais et d’une Ukraini­enne. Besar Lik­meta est un améri­cain d’origine albanaise qui a rejoint son pays d’origine en 2005. Il est le cor­re­spon­dant pour l’Albanie de Balkan Insight (BRIN) financé par des fonds alle­mands et améri­cains. Balkan Insight est en pre­mière ligne pour défendre l’action de George Soros. Une des fon­da­tions de Soros (Open Soci­ety Foun­da­tions) finance une par­tie du pro­gramme de BRIN pour « l’excellence du jour­nal­isme ». Lik­meta fut le lau­réat en 2009 du Prix pour Mérites excep­tion­nels du jour­nal­isme d’investigation délivré par… CEI et SEEMO (voir supra), la boucle est bouclée. Il a aus­si été nom­mé pour le « Glob­al Shin­ing Light Award » en 2010 organ­isé par le Glob­al Inves­tiga­tive Jour­nal­ism Net­work dont le siège est dans le Mary­land et dont le pre­mier finance­ment vient de… Open Soci­ety Foun­da­tions de Soros. En toute lib­erté bien enten­du.

La dernière inter­venante ukraini­enne Anna Babi­nets est du même tabac. Par­tic­i­pant à Alliance, un des innom­brables médias liés à Soros en Europe de l’est

Questions dérangeantes

Un des spec­ta­teurs assis­tant à la ses­sion après les pro­pos con­venus du pan­el posa deux ques­tions qui jetèrent un froid.

Tout d’abord : n’est ce pas un prob­lème alors que les liens de George Soros avec les dif­férents ser­vices secrets améri­cains sont fort doc­u­men­tés de tra­vailler avec ses nom­breuses fil­iales en Europe de l’est ? Réponse de Besar Lik­meta : « Ces liens n’ont jamais été avérés nous n’en tenons donc pas compte ». Et Soros « ne finance plus rien en Europe de l’est depuis dix ans ».

Ensuite : com­ment tra­vailler en toute lib­erté en étant financé par Soros ? Réponse d’Oliver Vujovic : « il n’y a aucune pres­sion des organ­i­sa­tions de Soros. Avec cet argent les médias et les ONG peu­vent faire effec­tive­ment leur tra­vail » (“there is no pres­sure from Soros orga­ni­za­tions. With this mon­ey, media and NGOs can actu­al­ly do their job”). Sans rire.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.