Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Sale temps pour les quotidiens gratuits !
Publié le 

27 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Sale temps pour les quotidiens gratuits !

Sale temps pour les quotidiens gratuits !

Sur fond de pertes accrues en 2013 (20 millions d’euros au total), la recomposition du paysage des quotidiens gratuits, 20 Minutes France (50% Schibsted / 50% Ouest France), Métronews (TF1) et Direct matin (Groupe Bolloré) devrait s’engager en 2014, peut-être même avant l’été.

Après les fuites, début mars, sur la ren­con­tre entre Nonce Paoli­ni, PDG de TF1, et Vin­cent Bol­loré, les dis­cus­sions se pour­suiv­ent entre les deux groupes, édi­teurs cha­cun d’un titre. Si aucune déci­sion n’a encore été actée de leur part, le secteur se dirige vers une inévitable con­cen­tra­tion, sans doute de trois à deux, voire à un seul quo­ti­di­en gra­tu­it.

Dans ce con­texte, les deux seuls élé­ments tan­gi­bles sont pour l’in­stant la mise en vente de 20 min­utes par ses action­naires et le retard numérique de Direct matin. Directmatin.fr est arrivé sur la toile cinq ans après le lance­ment du quo­ti­di­en par Bol­loré médias. Le site n’est apparu qu’au print­emps 2012 et totalise logique­ment une audi­ence (moins d’un mil­lion de VU en jan­vi­er) large­ment inférieure à celle de ses con­cur­rents Metronews.fr (trois mil­lions de VU en jan­vi­er, selon Medi­amétrie / Netar­ings) et surtout 20minutes.fr (5,7 mil­lions de VU en jan­vi­er, selon Mediamétrie/ NetRat­ings). La mar­que Direct matin, égale­ment la plus faible en ter­mes de lec­torat (2,5 mil­lions), est de toute évi­dence le mail­lon faible du trio. L’autre élé­ment objec­tif du futur deal est la mise en vente de 20 min­utes par ses deux action­naires. L’édi­tion française du quo­ti­di­en gra­tu­it est l’une des rares que le groupe de médias norvégien Schib­st­ed détient encore en pro­pre.

Depuis qu’en 2010, il a racheté Leboncoin.fr, sa stratégie de développe­ment est exclu­sive­ment tournée vers les sup­ports numériques. L’autre action­naire, Ouest France, a quant à lui besoin de cash. Son navire ami­ral, Ouest France (DSH OJD : 733 108 ex, ‑2,1%), pre­mier quo­ti­di­en français, prend l’eau. Il a per­du cinq mil­lions d’eu­ros en 2012, pour la pre­mière fois de son his­toire. Les chiffres de 2013 seront du même ton­neau et le jour­nal bre­ton se sépar­era de 8% de ses effec­tifs en 2014 (131 salariés sur 1500). Sa fil­iale, Spir com­mu­ni­ca­tion, qui détient la moitié des actions d’Ouest France dans 20 min­utes France, est la prin­ci­pale respon­s­able des pertes. Après avoir accusé un déficit de 55 mil­lions d’eu­ros en 2013, elle a annon­cé les 25 et 26 mars env­i­ron 170 sup­pres­sions de postes (sur 2700) dans son départe­ment impres­sion (IPS) et presse gra­tu­ite d’an­nonces (Regi­com Top annonces). Para­doxale­ment, cette ambiance de dés­in­térêt d’un côté et de sauve qui peut de l’autre, ne devrait pas obscur­cir l’hori­zon de 20 min­utes. Sur le marché des gra­tu­its, entière­ment tourné vers la pub­lic­ité, la prime au leader est essen­tielle. Avec 960 000 exem­plaires dis­tribués (DTG OJD 01/2013) 20 min­utes est lu par près de cinq mil­lions de per­son­nes. Il est, de loin le plus dig­i­tal des trois titres, béné­fi­ciant d’une audi­ence sur le web deux fois supérieure à celle de Metronews.

Les trois acteurs restent dis­crets sur le dossier pas seule­ment pour ne pas effray­er durable­ment des annon­ceurs qui ont déjà dimin­ué leurs investisse­ment dans la presse de 7% en 2013. Les con­séquences sociales des fusions qui se dessi­nent risquent d’être égale­ment sévères. Quel que soit le scé­nario retenu pour l’avenir, les dou­blons dans les rédac­tions, les régies et les ser­vices sup­ports sauteront aux yeux. 20 Min­utes a déjà pris les devants. Pour revenir dans le vert en 2014 (qua­tre mil­lions d’eu­ros de pertes l’an­née dernière) et avant même d’en­vis­ager une quel­conque alliance, le gra­tu­it fera fon­dre cette année sa masse salar­i­ale (210 salariés) de 8%.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision