Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le gazoduc Nord Stream, son sabotage : les faits selon Hersh et les médias

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

18 août 2023

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Le gazoduc Nord Stream, son sabotage : les faits selon Hersh et les médias

Le gazoduc Nord Stream, son sabotage : les faits selon Hersh et les médias

Temps de lecture : 4 minutes

Pre­mière dif­fu­sion le 16 févri­er 2023

Le 27 septembre 2022, des détonations près de Nord Stream 1 et 2, dans la zone économique suédoise, mettent hors d’état de fonctionnement les deux gazoducs. Le sabotage est avéré mais qui l’a réalisé ? C’est là que Seymour Hersh intervient après quatre mois d’enquêtes et accuse les États-Unis au milieu d’un silence assourdissant de la presse mainstream.

Qui est Seymour Hersh ?

Né en 1937 à Chica­go dans une famille par­lant le yid­dish, Sey­mour Hersh a mené une longue et bril­lante car­rière dans le jour­nal­isme out­re-Atlan­tique. Il révèle le mas­sacre de Mỹ Lai au cours de la guerre du Viet­nam, le 16 mars 1968, par un corps du 20ème rég­i­ment d’infanterie de l’ar­mée améri­caine, faisant entre 300 et 500 morts civils, hommes, femmes, enfants et nour­ris­sons. Il obtient le prix Pulitzer en 1970 pour ces révéla­tions. Il est aus­si à l’origine de la révéla­tion des tor­tures réal­isées par l’armée améri­caine et la CIA dans la prison d’Abou Ghraib à l’encontre de pris­on­niers irakiens. Il a égale­ment mis en doute l’origine des gaz de com­bat employés lors du con­flit syrien comme il a mis en lumière le réseau mon­di­al des pris­ons clan­des­tines de la CIA à tra­vers le monde y com­pris en Europe (Pologne notamment).

Sa longue car­rière le ver­ra tra­vailler tour à tour pour Unit­ed Press Inter­na­tion­al, Asso­ci­at­ed Press, The New Repub­lic, Wash­ing­ton Post, New York Times, New York­er, tous situés à l’aile gauche du par­ti démoc­rate. Il sera un moment attaché de presse du séna­teur démoc­rate Eugène McCarthy, can­di­dat à l’investiture démoc­rate en 1967.

La publication sur son blog du 8 février 2023

Après une longue enquête à la Albert Lon­dres, Hersh pub­lie un long arti­cle (tra­duc­tion française à télécharg­er ici) sur le sab­o­tage de Nord Stream jusqu’ici inex­pliqué, les Russ­es accu­sant les États-Unis, les Améri­cains accu­sant les Russ­es qui auraient détru­it leurs pro­pres gazo­ducs. Il n’est pas néces­saire de soulign­er l’importance extrême de ces instal­la­tions pour l’économie alle­mande et ses sources d’approvisionnement en énergie.

Pour ceux qui ont le temps, nous met­tons en lien à la fin de notre papi­er l’article com­plet de Hersh, ver­sion anglaise et traduit en français. Pour ceux qui veu­lent un résumé, le voici :

Les néo-con­ser­va­teurs, (Antony Blinken, Secré­taire d’État, Vic­to­ria Nuland, sous-secré­taire d’Etat, Jake Sul­li­van, con­seiller à la sécu­rité) autour de Joe Biden réus­sis­sent à le con­va­in­cre de la néces­sité de détru­ire Nord Stream 1 et 2. Objec­tif, ren­dre irréversible la brouille entre l’Allemagne et la Russie, alors son prin­ci­pal four­nisseur d’énergie. Puis, con­train­dre l’Allemagne à acheter son énergie (plus chère) aux États-Unis et en même temps encour­ager, par le pro­gramme Infla­tion Act qui pro­pose des avan­tages colos­saux à ceux qui pro­duisent sur place, les alle­mands (mais aus­si les autres européens) à délo­calis­er une par­tie de leur indus­trie outre-Atlantique.

En juin 2022, avec la com­plic­ité de la Norvège mem­bre de l’OTAN, les plongeurs améri­cains hyper entraînés de l’équipe Pana­ma City (en Floride, pas le Pana­ma) avec l’aide de Norvégiens, fix­ent des explosifs sur les pipelines. L’opération est cou­verte par les manœu­vres navales annuelles de l’Otan Baltic Oper­a­tions 22. Le 26 sep­tem­bre 2022, un navire de sur­veil­lance P8 de la marine de guerre norvégi­en­ne largue une bouée sonar qui trans­met un peu plus tard un sig­nal aux charges qui explosent libérant un flot de méthane. Fin de Nord Stream 1 et 2.

Les répercussions dans les médias français

Si la CIA et les autorités améri­caines ont nié l’existence de l’opération comme ils avaient nié l’existence de la prison spé­ciale d’Abou Ghraib, il est intéres­sant de jeter un coup d’œil sur les médias français sur cette affaire. Sans néces­saire­ment épouser les thès­es de Hersh, ils auraient pu, ils auraient dû faire leurs titres de cette véri­ta­ble bombe.

Un rapi­de sur­vol au 15 févri­er 2023 :

  • Le Figaro, un bon arti­cle d’Adrien Jaul­mes dans la par­tie numérique réservée aux abon­nés, rien dans le jour­nal papier.
  • Le Monde, rien sinon la pub­li­ca­tion du démen­ti des autorités améri­caines dans un live. Au même moment est pub­lié un long arti­cle regret­tant que  les usines de muni­tions de l’Otan tour­nent au ralen­ti, gênant l’approvisionnement ukrainien.
  • Libéra­tion, rien de rien, de rien, de rien.
  • TF1, rien à l’antenne, un arti­cle sur Tf1Info le 9 févri­er de Thomas Deszpot indi­quant que les révéla­tions de Hersh sont sus­pectes en se cou­vrant der­rière le site Belling­cat, lui-même une éma­na­tion des ser­vices britanniques.
  • France 24, une annonce reprenant le démen­ti de la CIA.
  • France 2, France 3, rien.
  • Presse quo­ti­di­enne régionale, sous réserve d’une enquête plus appro­fondie, seul Sud-Ouest reprend l’information avec nuances. Ouest-France reprend le point de vue améri­cain sans plus.

Voir aussi

Bellingcat. Le pseudo journalisme d’investigation financé par Soros, Google… et autres