Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Routiers et policiers à Calais : les oubliés des tribunes dans les médias
Publié le 

11 août 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Routiers et policiers à Calais : les oubliés des tribunes dans les médias

Routiers et policiers à Calais : les oubliés des tribunes dans les médias

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 28 jan­vi­er 2018

En 2015, l’OJIM évoquait « le peuple en angle mort à Calais ». Les routiers et les policiers affectés à Calais ne sont pas en reste. Les tribunes et déclarations se multiplient dans les médias pour dénoncer « les violences policières » contre des migrants à Calais. À la lecture de ces prises de position, on en conclurait rapidement à un acharnement de la part des policiers. La réalité est pourtant plus nuancée…

Une longue liste de dénonciations

Le 17 juin, dans une let­tre ouverte sur le Bondy Blog, plusieurs per­son­nal­ités deman­dent au Prési­dent de la République de « faire cess­er les vio­lences con­tre les migrants ». Le 25 octo­bre, 3 écrivains affir­ment dans Libéra­tion qu’ « à Calais, le temps est à la chas­se aux migrants ». L’archevêque de Paris inter­viewé le 16 jan­vi­er 2018 par Patrick Cohen sur Europe 1 dénonce au sujet des vio­lences poli­cières : « Ils ont surtout des ordres pour le faire ».

Invité sur France Info, Jacques Attali déclare : « j’ai vu des policiers envoy­er des gaz sur des jeunes gens à Calais ». Pour France 24, « Les migrants de Calais (sont) entre con­di­tions dif­fi­ciles et vio­lences poli­cières ». La Voix du Nord donne la parole à une élue infir­mière qui demande à Xavier Bertrand et au Préfet de faire cess­er « les vio­lences poli­cières et les per­sé­cu­tions visant à vider Calais des migrants ». Un migrant témoigne au Parisien : « À Calais, on nous traite comme des sauvages». On pour­rait mul­ti­pli­er les exem­ples.

Mais ce sont surtout déc­la­ra­tions toni­tru­antes de l’écrivain et chroniqueur à ONPC sur France 2, Yann Moix, qui con­naitront le plus grand reten­tisse­ment. Le 21 jan­vi­er, il affirme dans Libéra­tion : « «Mon­sieur le Prési­dent, vous avez instau­ré à Calais un pro­to­cole de la bavure».   Dans une let­tre ouverte, évo­quée par Europe 1, il s’adresse au chef de l’État : « vous hum­i­liez la France ». Marie Claire nous informe qu’ « après la tri­bune de Yann Moix sur les vio­lences à Calais, Emmanuelle Béart lance un appel » sur son compte Insta­gram.

Ce qui se passe quotidiennement à Calais

L’activité quo­ti­di­enne de nom­breux migrants ne fait pas la manchette des jour­naux. Pour­tant, au détour d’un arti­cle sur « les vio­lences subies par les migrants », on apprend que mal­gré le déman­tèle­ment de la jun­gle, on dénom­brait selon Le Parisien 60 000 intru­sions dans des camions en 2016 et « de source poli­cière », 30 000 en 2017. Des intru­sions clan­des­tines quand le con­duc­teur est un routi­er et non un passeur, faut-il le rap­pel­er.

Un mode opératoire dangereux pour les migrants… mais aussi pour les routiers et les policiers

Le mode opéra­toire des migrants qui ten­tent de mon­ter dans des poids lourds n’est évo­qué que lorsqu’il provoque acci­dents, blessés et morts. Pour­tant, ces ten­ta­tives d’intrusion dans les camions qui cir­cu­lent sur l’autoroute et la rocade calaisi­enne en direc­tion du Tun­nel sous la Manche sont extrême­ment dan­gereuses non seule­ment pour les migrants…mais aus­si pour les routiers et les policiers. Com­bi­en de tri­bunes dans les jour­naux pour s’en indign­er ?

Le quotidien des routiers

Le mode d’intrusion le moins dan­gereux est lorsque le camion est à l’arrêt sur une aire d’autoroute. Mais les routiers sont désor­mais sur leurs gardes dans un périmètre qui ne cesse de s’étendre. Alors, cer­tains migrants utilisent une autre méth­ode. Comme l’indique un respon­s­able de l’Auberge des migrants au Parisien en juin 2017, « «ils ten­tent de ralen­tir et de met­tre à l’arrêt des camions aux alen­tours du port et du fer­ry » afin de s’introduire à l’arrière du camion. « Ils font des “dougars” (dialecte soundais NDLR), ce que l’on appelle nous des bou­chons ».

Alors que la sit­u­a­tion s’était calmée avec le déman­tèle­ment de la jun­gle et le départ des migrants en 2016, leur retour à par­tir du mois de mai 2017 est mar­qué par de nom­breux inci­dents et acci­dents.

La Voix du Nord nous annonce le 22 mai un bar­rage sur la rocade, « une pre­mière depuis le déman­tèle­ment de la jun­gle ». Les bar­rages sont de retour. Le 21 juin, Le Parisien nous informe qu’ « un con­duc­teur meurt près d’un bar­rage ». « Le chauf­feur du véhicule imma­triculé en Pologne avait per­cuté un des trois poids lourds blo­qués par ce bar­rage arti­sanal sur l’au­toroute A16 à hau­teur de Guemps, à 15 km à l’est de Calais ». « Il est mort brûlé vif dans son véhicule » (c’est nous qui soulignons).

Le 27 sep­tem­bre, 20 Min­utes nous informe que « des migrants sont inter­pel­lés après avoir instal­lé un bar­rage ». Le 12 jan­vi­er 2018 selon France 3, « des migrants instal­lent un bar­rage de blocs de béton sur la rocade ».

La colère, la peur et le désar­roi des routiers ont fait l’objet de quelques reportages : le 21 juin France Info évoque « le désar­roi des routiers face aux migrants ». Cer­tains col­lègues du routi­er inter­viewé « ne veu­lent plus tra­vailler, trop de stress ». Le 4 sep­tem­bre, dans un reportage sur BFMTV, « les routiers expri­ment leur colère face aux migrants ». Sur France 3 le 29 sep­tem­bre, « les routiers sont de nou­veau inqui­ets face à la pres­sion migra­toire ». Une tri­bune de routiers excédés sera pub­liée dans La Voix du Nord le 29 sep­tem­bre. Ils lan­cent un ulti­ma­tum à l’Etat « face à une sit­u­a­tion inten­able ». Une action qui n’aura qu’un faible reten­tisse­ment dans les médias, hormis notam­ment un arti­cle dans La Croix.

Le quotidien des policiers

Au quo­ti­di­en, les policiers doivent prévenir ou résor­ber les bar­rages routiers posés sur la rocade calaisi­enne et l’autoroute voi­sine. Une tâche dif­fi­cile, risquée et sans cesse répétée.

Par­mi les arti­cles les plus fouil­lés sur ce sujet, citons Le Parisien dans son édi­tion du 20 juin 2017. Un syn­di­cal­iste polici­er y déclare : « Calais est dev­enue une zone d’a­n­ar­chie soigneuse­ment entretenue par divers acteurs asso­ci­at­ifs et insti­tu­tion­nels ». Même con­stat dans un dossier de Valeurs actuelles du 13 juil­let : « Calais est dev­enue une ZAD ».

Les con­séquences du retour des migrants à Calais sont tan­gi­bles : le 3 sep­tem­bre, des CRS sont cail­lassés, 3 seront blessés nous informe Actu 17, « l’application de l’actualité Police ». Le 26 novem­bre, « un bar­rage de CRS a été for­cé par un véhicule avec neuf migrants à son bord, blessant légère­ment un polici­er » selon France 24. La descrip­tion des événe­ments par un syn­di­cat de polici­er est loin de celle des médias : « une cinquan­taine de migrants, cen­sés d’ailleurs avoir dis­paru de Calais, armés de bâtons et de pier­res, font vio­lem­ment face aux col­lègues, qui, rap­pelons-le, étaient venus les pro­téger… ». Dans un autre doc­u­ment du syn­di­cat polici­er, on dénom­bre « 44 fonc­tion­naires des CRS blessés en 2016 sur le secteur de Calais et 10 entre le 1er jan­vi­er et le 20 sep­tem­bre 2017».

Des routiers qui tra­vail­lent la peur au ven­tre, des policiers agressés. Des élé­ments qui tem­pèrent les tri­bunes accusatri­ces qui se mul­ti­plient dans les medias. Aucune d’entre elles ne con­cerne les routiers et les policiers. Où sont Yann Moix et con­sorts ? On ne les entend pas…

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo xavier Le tem­pli­er via YouTube (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision