Accueil | Actualités | Médias | Roland Garros : France TV face à la concurrence
Pub­lié le 17 septembre 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Roland Garros : France TV face à la concurrence

Alors que la Fédération Française de Tennis (FFT) tranchera fin octobre sur les droits de diffusion TV de Roland Garros, celle-ci joue sur la concurrence pour stimuler les prix.

Cette année, trois lots sont proposés : les droits mobiles et tablettes, les droits pour la télévision en clair, et les droits pour tous les diffuseurs (dont les chaînes payantes). Cette diversité donne du pain sur la planche à France Télévisions, qui diffuse le tournoi depuis 1987 (en déboursant 15 millions d’euros en moyenne chaque année).

« Nous souhaitons garder Roland-Garros. Mais, dans un contexte économique difficile, évidemment, nous ne pourrons pas avoir des offres qui soient inflationnistes », a commenté Rémy Pflimlin, président de France Télévisions. Car la concurrence sera féroce. Face à la chaîne qatarie BeInSport, à Canal+ (qui diffuse déjà plusieurs tournois) et peut-être à M6, le groupe public, qui se serre la ceinture, devra jouer sur son seul atout : la possibilité d’alterner un match qui s’éternise entre France 2 et France 3.

Si l’enjeu est de taille, c’est parce que le tournoi parisien rassemble chaque année énormément de téléspectateurs et qu’il est une marque phare de France Télévisions. De l’autre côté, la FFT joue sur la concurrence pour faire monter les prix dans le but de faire rénover l’enceinte sportive du bois de Boulogne…

Crédit photo : Passion Leica via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux