Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une enquête Reuters/Oxford sur les médias, la confiance encore en baisse

18 juin 2019

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Une enquête Reuters/Oxford sur les médias, la confiance encore en baisse

Une enquête Reuters/Oxford sur les médias, la confiance encore en baisse

Accueil | Veille médias | Une enquête Reuters/Oxford sur les médias, la confiance encore en baisse

Une enquête Reuters/Oxford sur les médias, la confiance encore en baisse

18 juin 2019

Le Reuters Institute et l’université d’Oxford ont rendu publique mi-juin 2019 une enquête mondiale sur la confiance des médias menée avec l’institut de sondages américain YouGov. Sans surprise la confiance globale est encore en baisse de 2 points, 42% des sondés ayant une opinion positive des médias.

Méthodologie

L’échantillon, étudié par inter­net en janvier/février 2019, cou­vre 38 pays et 75000 ques­tion­naires. 24 pays européens, 6 pays des Amériques, 7 pays d’Asie-Pacifique (mais pas la Chine) et un pays africain, l’Afrique du Sud. Chaque pays est étudié via un sondage représen­tatif de 2000 ques­tion­naires, sauf Tai­wan avec 1000 réponses.

Niveau général de confiance en baisse

42% des sondés seule­ment ont con­fi­ance dans les médias, en baisse de deux points par rap­port à l’enquête 2018. Avec des échelles de con­fi­ance très hétérogènes. Plus de 50% dans cinq pays : Fin­lande, Dane­mark, Hol­lande, Cana­da, Por­tu­gal. Moins de 30% pour Taïwan, Hon­grie, Grèce, France, Corée. A l’intérieur du même pays le cli­vage de con­fi­ance peut être par­ti­san. Aux Etats-Unis 53% des démoc­rates ont con­fi­ance dans les médias, con­tre 9% des répub­li­cains, con­fir­mant la coupure peuple/élites d’un pays où 98% des quo­ti­di­ens soute­naient la can­di­da­ture d’Hillary Clin­ton con­tre Don­ald Trump en 2016.

Des clients peu disposés à payer pour l’information

Sauf en Scan­di­navie (Norvège et Suède en tête), les « clients » sont peu dis­posés à pay­er pour de l’information alors qu’ils souscrivent de plus en plus mas­sive­ment à des abon­nements de diver­tisse­ment en ligne type Neflix. Glob­ale­ment 11% des sondés sont prêts à débours­er quelque chose (abon­nement, adhé­sion, don) pour de l’information. Le cas ces États-Unis est de nou­veau à part : les grands quo­ti­di­ens béné­fi­cient d’un effet « anti-Trump ». Trump est un excel­lent chas­seur d’abonnements pour ceux qui com­bat­tent sa poli­tique et son style. Le New-York Times dépasse les 3,3 mil­lions d’abonnés pour son édi­tion dig­i­tale et le Wash­ing­ton Post a dépassé le million.

Le télé­phone roi

Le pre­mier con­tact avec l’information est le télé­phone mobile. Même si la télévi­sion demeure la pre­mière source d’information devant les réseaux soci­aux, la télévi­sion est vue d’abord sur un télé­phone. En 2013 seuls 25% de l’échantillon avaient recours au télé­phone pour les nou­velles, ils sont 66% en 2019.Hegel dis­ait que la prière de l’homme mod­erne est la lec­ture des jour­naux du matin. On pour­rait dire que la prière de l’homme post-mod­erne est la con­sul­ta­tion de son télé­phone mobile. Les alertes sur mobiles sont util­isées par un sondé sur cinq. La mode des tablettes a été éphémère et s’efface rapidement.

Les réseaux sociaux plébiscités

Le groupe Face­book cara­cole en tête pour la dif­fu­sion de l’information. Si on addi­tionne Face­book, Insta­gram et What­sApp, le groupe agglomère 57% d’audience pour la recherche d’information. Insta­gram et What­sApp explosent, le dernier obtient plus de 50% d’audience au Brésil, en Malaisie et en Afrique du Sud.

Les agré­ga­teurs de con­tenus pro­gressent en Europe, avec des audi­ences de 17% pour Google News, 5% pour Apple News et 4% pour Upday alors que les pod­casts audios voient leur usage en forte aug­men­ta­tion, qua­si un tiers des sondés y ont recours.

La France en berne

L’effet gilets jaunes a cer­taine­ment joué. Seuls 24% des deux mille sondés français ont con­fi­ance dans les médias, en baisse de 11 points par rap­port à 2018. 

Alors que la télévi­sion dom­i­nait le paysage en 2013 avec 84% des sondés français la citant comme pre­mière source d’information elle ne fait plus que jeu qua­si égal avec les réseaux soci­aux en 2019 : 71% con­tre 68%. Sur la même péri­ode l’imprimé s’écroule pas­sant de 46% à 18% comme source prin­ci­pale de nouvelles.

Face­book ne sem­ble pas pâtir des scan­dales qui l’affectent avec 46% d’usagers (+5%). YouTube touche un sondé sur cinq alors que Twit­ter (9% d’usagers) est presque rejoint par Insta­gram et What­sApp tous deux en forte pro­gres­sion en France.

Mots-clefs : , ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés