Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Manifestation contre l’antisémitisme et manipulation médiatique

22 février 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Manifestation contre l’antisémitisme et manipulation médiatique

Manifestation contre l’antisémitisme et manipulation médiatique

Le mardi 19 février 2019, une manifestation contre l’antisémitisme a été organisée à Paris et dans plusieurs villes de province. Le parti socialiste – en quête de visibilité politique et médiatique — en a été à l’initiative et a délibérément choisi de ne pas inviter certains partis politiques. Une occasion en or pour plusieurs médias pour diaboliser ces derniers selon une technique éprouvée.

Première phase de sensibilisation

Le JDD nous infor­mait le 15 févri­er que « le Rassem­ble­ment nation­al de Marine Le Pen n’a pas été invité à sign­er l’ap­pel, selon l’en­tourage du pre­mier secré­taire Olivi­er Fau­re. Même chose pour Debout la France ». C’est le choix des organ­isa­teurs. Mais ce qui ne peut man­quer d’étonner est de voir cer­tains médias soulign­er que le Rassem­ble­ment nation­al ne s’associera pas à la man­i­fes­ta­tion : C’est ain­si que le Huff­post con­state que « le Rassem­ble­ment nation­al ne par­ticipera pas à la marche ». Comme si ce par­ti avait choisi de ne pas s’associer et non pas comme s’il en avait été exclu.

L’agence de presse anglaise Reuters va plus loin dans la manip­u­la­tion en titrant : « Front com­mun des par­tis con­tre l’an­tisémitisme, RN excep­té ». Une dépêche reprise par Yahoo actu­al­ités, Bour­so­ra­ma, etc.

France Info nous présente le 19 févri­er le « front (presque) com­mun con­tre l’an­tisémitisme », en présen­tant « ceux qui en sont » et « ceux qui n’en sont pas ». Par­mi eux, le Rassem­ble­ment nation­al. Sous-enten­du : ce par­ti ne fait pas par­tie du front uni con­tre l’antisémitisme.

Seconde phase de diabolisation

Le piège se referme :

  1. Le Rassem­ble­ment nation­al n’est pas été invité à par­ticiper à cette man­i­fes­ta­tion, parce que selon son ini­ti­a­teur, le pre­mier secré­taire du par­ti social­iste, « toute l’his­toire (de ce par­ti NDLR) est liée juste­ment à la ques­tion de l’an­tisémitisme et du racisme ».
  2. Bien que le Rassem­ble­ment nation­al organ­ise une man­i­fes­ta­tion dis­tincte, plusieurs titres de presse repren­nent à leur compte la présen­ta­tion incom­plète de l’agence Reuters.
  3. Ce par­ti est sus­pec­té de ne pas com­bat­tre l’antisémitisme. La preuve en est, il ne fera pas par­tie de la man­i­fes­ta­tion offi­cielle. CQFD.

Un mécan­isme implaca­ble qui aboutit à ce que comme le souligne Le Figaro « après chaque nou­v­el acte anti­sémite resur­gis­sent de part et d’autre de l’échiquier poli­tique les mêmes sus­pi­cions entourant le Rassem­ble­ment nation­al ». Les sus­pi­cions, ça s’entretient. Une par­tie du clergé médi­a­tique l’a bien com­pris. En par­al­lèle des Bobards d’Or remis le 18 févri­er 2019, bien­tôt la manip d’or ?!

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.