Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Manifestation contre l’antisémitisme et manipulation médiatique

22 février 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Manifestation contre l’antisémitisme et manipulation médiatique

Manifestation contre l’antisémitisme et manipulation médiatique

Le mardi 19 février 2019, une manifestation contre l’antisémitisme a été organisée à Paris et dans plusieurs villes de province. Le parti socialiste – en quête de visibilité politique et médiatique — en a été à l’initiative et a délibérément choisi de ne pas inviter certains partis politiques. Une occasion en or pour plusieurs médias pour diaboliser ces derniers selon une technique éprouvée.

Première phase de sensibilisation

Le JDD nous infor­mait le 15 févri­er que « le Rassem­ble­ment nation­al de Marine Le Pen n’a pas été invité à sign­er l’ap­pel, selon l’en­tourage du pre­mier secré­taire Olivi­er Fau­re. Même chose pour Debout la France ». C’est le choix des organ­isa­teurs. Mais ce qui ne peut man­quer d’étonner est de voir cer­tains médias soulign­er que le Rassem­ble­ment nation­al ne s’associera pas à la man­i­fes­ta­tion : C’est ain­si que le Huff­post con­state que « le Rassem­ble­ment nation­al ne par­ticipera pas à la marche ». Comme si ce par­ti avait choisi de ne pas s’associer et non pas comme s’il en avait été exclu.

L’agence de presse anglaise Reuters va plus loin dans la manip­u­la­tion en titrant : « Front com­mun des par­tis con­tre l’an­tisémitisme, RN excep­té ». Une dépêche reprise par Yahoo actu­al­ités, Bour­so­ra­ma, etc.

France Info nous présente le 19 févri­er le « front (presque) com­mun con­tre l’an­tisémitisme », en présen­tant « ceux qui en sont » et « ceux qui n’en sont pas ». Par­mi eux, le Rassem­ble­ment nation­al. Sous-enten­du : ce par­ti ne fait pas par­tie du front uni con­tre l’an­tisémitisme.

Seconde phase de diabolisation

Le piège se referme :

  1. Le Rassem­ble­ment nation­al n’est pas été invité à par­ticiper à cette man­i­fes­ta­tion, parce que selon son ini­ti­a­teur, le pre­mier secré­taire du par­ti social­iste, « toute l’his­toire (de ce par­ti NDLR) est liée juste­ment à la ques­tion de l’an­tisémitisme et du racisme ».
  2. Bien que le Rassem­ble­ment nation­al organ­ise une man­i­fes­ta­tion dis­tincte, plusieurs titres de presse repren­nent à leur compte la présen­ta­tion incom­plète de l’agence Reuters.
  3. Ce par­ti est sus­pec­té de ne pas com­bat­tre l’antisémitisme. La preuve en est, il ne fera pas par­tie de la man­i­fes­ta­tion offi­cielle. CQFD.

Un mécan­isme implaca­ble qui aboutit à ce que comme le souligne Le Figaro « après chaque nou­v­el acte anti­sémite resur­gis­sent de part et d’autre de l’échiquier poli­tique les mêmes sus­pi­cions entourant le Rassem­ble­ment nation­al ». Les sus­pi­cions, ça s’entretient. Une par­tie du clergé médi­a­tique l’a bien com­pris. En par­al­lèle des Bobards d’Or remis le 18 févri­er 2019, bien­tôt la manip d’or ?!

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.