Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Retour sur les géants endormis

11 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Retour sur les géants endormis

Retour sur les géants endormis

Nous avons consacré plusieurs articles et une vidéo à la Nouvelle Inquisition des Sleeping giants. Notre confrère suisse Antipresse a repris notre vidéo avec un angle supplémentaire. Il ne suffit pas de dénoncer l’action des censeurs, il faut les exposer, c’est-à-dire voir qui manie les fils de la marionnette. Pour faire disparaître un vampire, on l’expose à la lumière. C’est ce à quoi nous allons nous employer dans les semaines à venir. Ci-dessous l’article d’Arnaud Dotézac d’Antipresse.

CENSURE • Sleeping Giants, des masques qu’il est urgent de faire tomber

Dans une vidéo de 3 min­utes, l’Observatoire du jour­nal­isme (ojim.fr) dénonce les « nou­veaux inquisi­teurs » que sont les Sleep­ing Giants.

En France, la fil­iale des Sleep­ing Giants s’incarne dans le « col­lec­tif citoyen de lutte con­tre le finance­ment du dis­cours de la haine ». En clair, led­it col­lec­tif, anonyme, se livre à la déla­tion et au chan­tage en essayant de frap­per les médias non-con­formes au porte­mon­naie, c’est-à-dire en intim­i­dant leurs annon­ceurs.

On peut cepen­dant douter de l’efficacité de la riposte incar­née par les « Watch­ing Giants », organ­i­sa­tion conçue en miroir négatif qui, de fait, intro­n­ise les SG en tant que référence sans dire de quoi ils sont faits con­crète­ment. Plutôt que de dénon­cer, il serait utile d’enquêter sur les zones d’ombre de cette organ­i­sa­tion de sub­ver­sion pro­fes­sion­nelle.

L’Antipresse a com­mencé par analyser l’identité des fon­da­teurs, en notant que leurs avatars d’activistes-idéalistes ne cor­re­spondaient guère aux pro­fils réels des per­son­nes et en étab­lis­sant leurs liens directs avec le Deep State améri­cain. Mais ce n’est que le début des ques­tions :

- De quel cha­peau a‑t-on tiré Nan­di­ni Jam­mi, la jeune Indi­enne récem­ment relokée pour servir d’icône au mou­ve­ment ?

« Même après avoir recoupé de très enfouies et très rares infor­ma­tions sur son envi­ron­nement famil­ial (père haut fonc­tion­naire du FMI), on con­state que Nan­di­ni Jam­mi n’existe qua­si­ment pas sur Inter­net avant son dévoile­ment. Ce genre d’intraçabilité relève ordi­naire­ment soit d’un tra­vail d’effacement très pro­fes­sion­nel, soit d’un change­ment d’identité. » (Arnaud Dotézac : « Géants endormis… ou insom­ni­aques de la cen­sure ? », Antipresse 214, 05/01/2020).

  • Com­ment Nan­di­ni Jam­mi a‑t-elle fait pour acquérir une notoriété mon­di­ale aus­si rapi­de­ment ?
  • Com­ment expli­quer ce suc­cès mon­di­al en traînée de poudre et ce sou­tien médi­a­tique qua­si-unanime ?
  • Qui finance les out­ils infor­ma­tiques sophis­tiqués, les tech­niques de mar­ket­ing avancées, la pro­mo­tion, la for­ma­tion, les sites ?
  • À qui appar­tient l’infrastructure ?
  • Quelle légitim­ité peut-on accorder à des « mil­i­tants » qui s’avancent masqués ?
  • Com­ment le gou­verne­ment français peut-il endoss­er ces opéra­tions anonymes et illé­gales dans sa « lutte con­tre la haine » ?

L’action des Sleep­ing Giants ne pour­ra être con­tre­car­rée que par le démon­tage de l’opération qu’ils incar­nent en tant qu’auxiliaires d’une répres­sion illé­gale et illégitime de la lib­erté d’expression.

  • Lire notre dossier « Géants endormis… ou insom­ni­aques de la cen­sure ? », Par­tie 1Par­tie 2, Antipresse 214 & 215, 05–12/01/2020.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).