Accueil | Actualités | Médias | Renaud Dely ou le retour du romantisme en politique
Pub­lié le 28 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

Renaud Dely ou le retour du romantisme en politique

Le directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, par ailleurs membre du « laboratoire d’idées » Terra Nova, proche du PS, se pâme de manière étonnante, pour ne dire indécente, devant la jeune compagne de Moscovici…

Si la qualité d'un journaliste se mesure à sa capacité à flatter les puissants et leurs goûts, Renaud Dely [portrait] est sans conteste l'un des plus grands professionnels du temps. Le journaliste du Nouvel Observateur s'est en effet fendu d'un véritable panégyrique de Marie-Charline Pacquot, la très jeune compagne du ministre de l'économie, Pierre Moscovici.

Un article laudateur qui ressemble presque à une déclaration d'amour, ou tout du moins d'admiration, tant s'y bouscule les commentaires élogieux et les qualificatifs extasiés. Le lecteur apprendra ainsi que la jeune étudiante est non seulement « belle et brillante », mais aussi « réfléchie et cultivée ». De plus sa merveilleuse « aisance » lui permet de se « fondre avec agilité » dans les milieux politico-mondains...

Cerise sur le gâteau, la belle des champs qui rend glamour Mosco (sic) est une vraie fille de prolétaires qui raconte sa « love story » avec le hiérarque socialiste sur un ton « d'une franchise déconcertante parsemée de tendres moqueries pour son promis ». Sous la plume de Dely, ce couple que trente années séparent, c'est un peu « Roméo et Juliette chez les éléphants roses ». Elle est son « phare dans la tempête » tandis que les attaques contre son ministre de compagnon lui « brisent le cœur »... On en aurait presque la larme à l'œil… N'en jetez plus ! Un communicant n’aurait pas fait mieux, et en plus il aurait facturé sa prestation. Ne nous plaignons donc pas : en ces temps de rigueur, toute mesure d’économie est bonne à prendre.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This