Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | « Quotidien » s’interroge : fallait-il donner la parole à Renaud Camus ?
<span class="dquo">«</span> Quotidien » s’interroge : fallait-il donner la parole à Renaud Camus ?

7 juillet 2017

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | not_global | « Quotidien » s’interroge : fallait-il donner la parole à Renaud Camus ?

« Quotidien » s’interroge : fallait-il donner la parole à Renaud Camus ?

« Quotidien » s’interroge : fallait-il donner la parole à Renaud Camus ?

Samedi 24 juin, l’écrivain Renaud Camus était l’invité d’Alain Finkielkraut sur France Culture. Pour cette radio, peu habituée à la diversité des opinions, cette invitation faisait figure d’exception. Mais pour certains, c’était déjà trop…

Lors de cette émis­sion, Renaud Camus, con­nu et présen­té comme « le théoricien du Grand rem­place­ment », avait pour­tant un con­tra­dicteur : Hervé Le Bras, démo­graphe, chroniqueur et favor­able à l’im­mi­gra­tion de masse. Au som­maire, cette ques­tion : le rem­place­ment de la pop­u­la­tion française par des pop­u­la­tions étrangères est-il une impres­sion ou une réal­ité ? Un débat ô com­bi­en intéres­sant donc, avec des inter­venants rad­i­cale­ment opposés sur les con­clu­sions. Mais cela n’au­ra pas suffit.

Dans la foulée, le médi­a­teur de France Cul­ture assure avoir reçu des cen­taines de mes­sages de mécon­tente­ment. Cer­tains audi­teurs de la radio étaient, sem­ble-t-il, out­rés qu’une sta­tion publique laisse s’ex­primer ain­si un per­son­nage « con­damné pour des pro­pos racistes » et « adepte d’une France blanche, chré­ti­enne et refer­mée sur elle-même ». Quelques jours plus tard, Alain Finkiekraut a répon­du à ces mes­sages, lors de l’émis­sion « Le point de vue du médi­a­teur ». Pour lui, cette invi­ta­tion, « ce n’est pas pour cho­quer. C’é­tait pour met­tre fin à une anom­alie. Renaud Camus qu’on ne voit nul part a fondé une expres­sion qu’on entend partout : “le grand rem­place­ment”. Il s’agis­sait de le met­tre face à un contradicteur. »

De son côté, le médi­a­teur a pré­cisé : « Réclamer la cen­sure m’étonne tou­jours dans une démoc­ra­tie. D’accord ou pas d’accord avec cer­taines opin­ions, toutes doivent pou­voir s’exprimer dès l’instant qu’elles ne con­tre­vi­en­nent pas à la loi et à la dig­nité humaine. Il faut d’ailleurs les con­naître si on veut les combattre. »

Du bon sens, qui n’a pour­tant pas empêché l’équipe de « Quo­ti­di­en » sur TMC de s’en émou­voir. Dans cette émis­sion ani­mée par Yann Barthès, une chroniqueuse revient sur cette affaire « incroy­able », qual­i­fi­ant Renaud Camus d’« intel­lectuel d’ex­trême-droite » et n’hési­tant pas à car­i­ca­tur­er ses pro­pos. Pire, cette dernière s’in­ter­roge, très sérieuse­ment : « Faut-il don­ner la parole à des per­son­nes qui tien­nent ce genre de pro­pos ? Faut-il cen­sur­er ceux avec qui ont n’est pas d’accord ? »

Une belle leçon de démoc­ra­tie et de plu­ral­isme de la part de « Quo­ti­di­en ». Mais faut-il encore s’en étonner ?

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Arthur Dreyfuss

PORTRAIT — Le ben­jamin de l’état-major de Patrick Drahi n’en finit pas de mon­ter dans la hiérar­chie d’Altice.

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).