Accueil | Actualités | Médias | Renaud Camus invité par France Culture : le loup dans la bergerie
Pub­lié le 30 juin 2017 | Éti­quettes : , ,

Renaud Camus invité par France Culture : le loup dans la bergerie

Les lecteurs de l’OJIM auditeurs de France Culture le constatent : cette chaine de radio est souvent défaillante dans ses missions de service public, en particulier en ce qui concerne la diversité dans les points de vue et opinions exprimés.

Samedi 24 juin, Alain Finkielkraut a rompu l’omerta qui frappe l’écrivain Renaud Camus, en l’invitant à l’émission Répliques. L’autre invité était l’omni présent sur les plateaux et les ondes Hervé Le Bras, démographe de métier et chroniqueur pro immigration de conviction. Les deux intellectuels ont débattu sur le thème du « grand déménagement du monde » et tenté de répondre à la question : le remplacement de la population française par des populations étrangères est-il une impression ou une réalité ?

Renaud Camus est un auteur prolifique, qui a écrit notamment un livre publié en 2011 à l’origine d’un concept dont on parle beaucoup, sans forcément le connaitre : le grand remplacement. Il a depuis été mis à l’index pour avoir dévié de la bienpensance de gauche, et aussi pour certains propos tenus en 2010 condamnés par la justice. « Le grand remplacement » n’a par contre pas fait l’objet de procès. La maison d’édition qui le publie n’en assure qu’une diffusion restreinte, sur internet.

Comme le font remarquer Les Inrocks, pour une fois pertinents, le débat lors de l’émission a vite tourné dans le vide : H. Le Bras s’arc-boutant dans une approche scientifique dont on sait qu’elle est sujette à caution, R. Camus argumentant sur son expérience sensible dans certains quartiers et villes de France.

Mais, pour une fois, les auditeurs ont pu entendre celui dont Hervé Le Bras et de nombreux médias démontent les arguments, sans lui laisser généralement l’occasion de s’exprimer.

C’en était trop pour certains distingués auditeurs de la chaine publique de radio, qui ont exprimé leur émoi au médiateur du France Culture. En réponse, celui-ci défend la liberté d’expression dans un article en ligne sur le site de la radio.

Clouer au pilori un concept sans laisser son auteur s’exprimer, voilà la conception de la pluralité de certains auditeurs. Prochaine étape, sans doute, la position du CSA…

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This