Accueil | Actualités | Médias | Quand les politiques deviennent chroniqueurs
Pub­lié le 25 août 2013 | Éti­quettes : , , , , , ,

Quand les politiques deviennent chroniqueurs

À l’approche de la reprise de la « saison médiatique », on constate un intérêt particulier des médias pour les anciens hommes politiques. Une tendance venue des États-Unis.

Sur Europe 1, Daniel-Cohn Bendit prendra l’antenne chaque matin à 7h55 à partir du 26 août. « Avec Cohn-Bendit, Europe 1 renouera avec une veine libertaire et impertinente », a estimé Fabien Namias, patron de la station. « Je lui laisse une liberté de parole absolue. Daniel a un franc-parler, des emportements qu'il utilisera sur tous les sujets possibles ; le foot, l'économie, l'Europe, l'international et aussi la politique française », a-t-il ajouté. Problème : Cohn-Bendit est encore député européen. Une position délicate à gérer, surtout à l’approche des municipales.

Sur i>Télé, c’est Roselyne Bachelot qui fait son arrivée avec une chronique hebdomadaire, chaque dimanche, pour « décrypter l’actualité politique du week-end ». Celle-ci avait fait ses premières armes sur D8 aux côtés de Laurence Ferrari.

Enfin, Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, arrive sur France Inter, révèle Le Canard Enchaîné. Il animera un entretien quotidien de 40 minutes du lundi au jeudi de 18h20 à 19h à partir du 26 août.

Cette tendance nous vient droit des États-Unis où, d’ailleurs, la chaîne i>Télé est partie pour s’inspirer des médias tels que MSNBC. « Les chaînes d'information sont arrivées au bout de la logique du tout-info. L'info est désormais disponible partout. Il faut maintenant proposer des personnalités fortes qui amènent un peu d'aspérité et des positions tranchées. Et surtout qui sont capables de fédérer des communautés sur les réseaux sociaux pour faire vivre leurs prises de positions », a expliqué un porte-parole de la filiale de Canal +.

Lire aussi : Les couples journalistes et politiques

Crédit photo : European Parliament via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux