L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand le médiateur de Radio France se fait censeur

21 octobre 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Quand le médiateur de Radio France se fait censeur

Quand le médiateur de Radio France se fait censeur

21 octobre 2017

Temps de lecture : 2 minutes

Connaissez-vous Bruno Denaes ? Cet obscur journaliste qui a fait une carrière plus marquée par l’administratif que par l’écriture officie depuis mi 2015 comme « médiateur » de Radio France. Un médiateur comme son nom l’indique recueille les réactions des auditeurs et le cas échéant commente et avertit.

L’audace de Claude Askolovitch

Nul ne peut soupçon­ner Claude Askolovitch de penser con­tres les courants dom­i­nants. Récem­ment encore l’Observatoire du jour­nal­isme com­men­tait avec un brin d’ironie son sens de l’à‑propos dans la revue de presse quo­ti­di­enne qu’il réalise à 8h30 sur France Inter. Mais le mal­heureux a franchi un inter­dit le 21 sep­tem­bre 2017.

La sig­na­ture d’Yves de Ker­drel n’apparaissant plus dans Le Figaro, le chroniqueur s’est fondé sur le site fdesouche.com pour révéler que sa mise à l’écart procé­dait d’une volon­té bien cal­culée des respon­s­ables du quo­ti­di­en de ne pas aller trop loin dans l’antimacronisme. Le jour­nal­iste accom­pa­g­nait ces pro­pos d’une courte présen­ta­tion de Fdes­ouche pour les audi­teurs de France Inter qui pour la plu­part ne con­nais­sent pas l’existence de ce site. Ver­ba­tim : « fdes­ouche, c’est un site d’extrême-droite pop­u­laire plutôt spé­cial­isé dans la nar­ra­tion de faits divers qu’il veut attribuer à l’immigration mais le site a des prox­im­ités avec la presse instal­lée et s’est infor­mé à de très bonnes sources ». L’auditeur était mis en garde mais pas assez…

Bruno Denaes réagit et menace

Le lende­main 22 sep­tem­bre tous les jour­nal­istes de Radio France rece­vaient une « remar­que » du médi­a­teur com­mençant par une réac­tion out­ragée qu’il venait de recevoir d’un audi­teur qui avait « fail­li lâch­er son savon » en enten­dant citer fdes­ouche « ce site d’extrême droite régulière­ment au pal­marès des fake news ». Remar­quons au pas­sage que le site agglomère des arti­cles recueil­lis dans les médias dont France Inter… De quoi don­ner des verges pour se faire battre.

Mais il y a mieux et l’administratif de ser­vice ne peut s’empêcher de met­tre son grain de sel en man­i­fes­tant son indig­na­tion en tant que médi­a­teur « j’avoue que je ne com­prends pas non plus qu’on puisse val­oris­er dans une revue de presse un site ouverte­ment iden­ti­taire, extrémiste, intolérant qui crache régulière­ment sa haine sur Radio France ». On peut légitime­ment se deman­der qui crache sa haine en lisant cette dernière phrase. Mais gageons que tous les jour­nal­istes de la radio publique auront com­pris l’avertissement : le prochain qui cite un site « extrémiste » risque un aver­tisse­ment voire sa place. Vous pensez que nous exagérons ? Il y a un précédent.

L’affaire Le Quintrec

En août 1998, un autre auda­cieux, Fab­rice Le Quin­trec, avait été évincé séance ten­ante pour avoir fait une cita­tion d’une durée de six sec­on­des du quo­ti­di­en Présent et il est depuis lors black-listé par son entre­prise mal­gré de nom­breuses vic­toires en jus­tice. Après l’avertissement voilé mais ferme du censeur de ser­vice, Claude Askolovitch et tous les jour­nal­istes de la radio d’État auront com­pris le mes­sage : « je ne veux voir qu’une seule tête, la mienne ». Reste à savoir si, dans le cadre du ser­vice pub­lic de radiod­if­fu­sion et a for­tiori à l’occasion d’une revue de presse, il est du devoir d’un jour­nal­iste pro­fes­sion­nel de traiter l’actualité sans œil­lères ni omer­ta et de pass­er en revue la presse dans son ensem­ble sans exclu­sive. Ce n’est man­i­feste­ment pas l’avis du médi­a­teur de la radio. À cha­cun son métier.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés