Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand Franceinfo sert la soupe à BFMTV et à Fogiel

18 novembre 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Quand Franceinfo sert la soupe à BFMTV et à Fogiel

Quand Franceinfo sert la soupe à BFMTV et à Fogiel

Vendredi 13 novembre 2020, l’émission Info Médias de Franceinfo, présentée par Célyne Baÿt-Darcourt, recevait Marc-Olivier Fogiel. Un moment à la gloire de BFMTV et de son actuel directeur général.

Une fois l’émission du jour ter­minée, les pod­casts d’Info Média sont mis à dis­po­si­tion des audi­teurs sur le site de Fran­ce­in­fo. La rédac­tion de la radio choisit donc un titre et une accroche qui n’apparaissaient pas for­cé­ment lors de l’émission en direct. Dans le cas du pod­cast de l’émission du 13 novem­bre 2020, le choix du titre est cepen­dant une cita­tion de Fogiel : « Marc-Olivi­er Fogiel, patron de BFMTV : « Notre créneau n’est pas l’info out­ran­cière ». L’accroche ? « Depuis le con­fine­ment du print­emps, la chaîne info accu­mule les records d’audience et con­forte sa place de leader ».

C’est d’ailleurs pour aider à la con­forter que Fran­ce­in­fo invi­tait Fogiel.

Une émission au service de BFMTV et de Fogiel

La chaîne en con­tinu est la cinquième chaîne la plus regardée, avec ses 3,2 % de parts d’audience.

  • pour que l’ego soit cor­recte­ment servi, Célyne Baÿt-Dar­court indique dès sa pre­mière phrase que Fogiel vient de lui pré­cis­er qu’il dirige main­tenant « le pôle BFM ».
  • pre­mière ques­tion : au vu de l’actualité (covid, atten­tats, prési­den­tielle améri­caine…), « peut-on par­ler de per­for­mance et d’exploit quand l’actu est si forte ? » Pour Fogiel, pas de per­for­mance ni d’exploit : « des audi­ences qui sont juste le baromètre de notre pro­fes­sion­nal­isme. Il y a 18 mil­lions de téléspec­ta­teurs chaque jour sur BFMTV ». Quand l’ego va, tout va.

Mais il y a CNews !

Dia­ble, BFMTV est leader de l’info en con­tinu sauf entre 19 et 21 heures. Là, BFMTV est dis­tancée par CNews, du fait de Zem­mour et du débat ani­mé par Pas­cal Praud. Du coup, Fran­ce­in­fo veut savoir si cela « agace » Fogiel.

Rien ne sem­ble impro­visé, l’auditeur sent que la ques­tion est pré­cisé­ment venue pour que Fogiel puisse répon­dre, faire pass­er son message :

« Non pas du tout, d’abord ce que l’on fait à 19 h fait le dou­ble de ce que l’on fai­sait l’année dernière (…) Ensuite, ce que fait Zem­mour, et Pas­cal Praud à côté, c’est totale­ment autre chose. Il se trou­ve que c’est dif­fusé sur une chaîne info mais c’est pas du tout com­péti­tif avec ce que l’on fait. »

Concurrence ?

« Franche­ment, ce n’est pas comme cela qu’on le vit. On fait de l’info, ils font de l’opinion, on peut en penser ce que l’on veut, en tout cas ce n’est pas ce que l’on fera, jamais… On ne se définit pas par rap­port à eux (…) Aujourd’hui, ce que fait Eric Zem­mour, il se trou­ve sur Cnews, est quelque chose de très à part, c’est pas du tout de l’information »

Ques­tion : « Donc, ce n’est pas sur ce créneau que vous allez vous engouffrer ? »

Réponse : « Surtout pas, surtout pas, non, je lisais les déc­la­ra­tions du patron de Cnews dis­ant qu’il n’y a pas besoin des chaînes info pour être infor­més aujourd’hui, je pense exacte­ment le con­traire (…) les gens ont besoin d’information, qu’on leur explique, c’est ce que l’on fait, notre créneau n’est pas l’opinion out­ran­cière (…) j’entendais l’autre fois, par exem­ple, sur Cnews, des ques­tions sur le vac­cin qui inter­ve­nait juste après l’élection de Biden, de savoir si tout cela n’était pas orchestré, nous on fait de l’information, on explique en quoi ce vac­cin est promet­teur, on ne fait pas de la spécu­la­tion, voire du complotisme ».

N’y aurait-il pas quelques légers mensonges ?

Fogiel a la mémoire courte : BFMTV dif­fuse régulière­ment la même ou le même genre d’émission con­sacrées à la famille Le Pen, par exem­ple, en péri­ode élec­torale, émis­sions tou­jours dén­i­grantes et ayant pour objec­tif d’indiquer ce qu’il faut vot­er. Il est aus­si de notoriété publique que BFMTV a ample­ment aidé Emmanuel Macron à être élu.

Quant à la crise san­i­taire, Fogiel con­sid­ère que sa télévi­sion a bien géré les choses, oubliant les débats d’opinion qui émail­laient toutes les soirées durant le pre­mier con­fine­ment, un peu comme chez Pas­cal Praud. Inter­rogé sur le pro­fesseur Raoult, il a l’occasion d’affirmer que le médecin est venu seule­ment 3 fois « à chaque fois chal­lengé ». Fogiel tente de min­imiser la parole don­née au pro­fesseur Raoult, ce dernier étant pour­suivi en jus­tice et main­tenant peu aimé des milieux offi­ciels du pou­voir médi­a­tique et politique.

Il oublie que BFMTV lui cour­rait après durant le pre­mier con­fine­ment, obtenant le pre­mier entre­tien télévisé, avec Apolline de Mal­herbe, dans le bureau du pro­fesseur, en accep­tant son ironie et ses moqueries quant à la nul­lité des médias tels que BFMTV juste­ment : une chaîne prête à tout pour avoir Raoult, même à s’humilier en direct. Fogiel a oublié. Il se sou­vent que sa chaîne évite les fake news… Pour­tant, tout ce qui a été dit, con­sid­éré comme vrai ou non aujourd’hui, est passé sur BFMTV.

Fran­ce­in­fo en son émis­sion Info Média ne fait pas d’analyse de la sit­u­a­tion de BFMTV. C’est plutôt la parole don­née à Fogiel afin qu’il glo­ri­fie sa chaîne, ses choix, et en prof­ite pour égratign­er sa prin­ci­pale con­cur­rente, Cnews, accusée de ne pas faire d’information mais de la polémique et du com­plo­tisme. Peut-être qu’une con­trepar­tie est prévue pour Fran­ce­in­fo, dans le domaine pub­lic­i­taire ? On peine à croire qu’une telle émis­sion ne soit pas « don­nant-don­nant ». Ou alors le ser­vice pub­lic est bien naïf.

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.