Accueil | Actualités | Médias | Quand FOG compare la CGT à Daech
Pub­lié le 5 juin 2016 | Éti­quettes : , ,

Quand FOG compare la CGT à Daech

Dans son éditorial du 1er juin dans Le Point, intitulé « Ne cédons pas à la CGT, saperlotte ! », Franz-Olivier Giesbert s'est laissé aller à une comparaison d'ordinaire utilisée à l'encontre du Front National.

« Même si la comparaison peut paraître scabreuse, est-il si illégitime d'oser la formuler ? La France est soumise aujourd'hui à deux menaces qui, pour être différentes, n'en mettent pas moins en péril son intégrité : Daech et la CGT », écrit ainsi le journaliste. Appelant à « lutter » contre la centrale syndicale, « peu représentative des salariés français mais stratégiquement implantée », celui-ci estime qu'elle « prend encore une fois l'économie du pays en otage ».

Pour FOG, la similitude entre la CGT et Daech est réelle. Les deux structures utilisent les « mêmes armes » sur le plan tactique : « l'intimidation. » L'éditorialiste emboîte ainsi le pas à Pierre Gattaz, patron du Medef, qui avait également dénoncé l'attitude des responsables de la CGT qui se comportent comme « des voyous, comme des terroristes ».

En novembre 2015, peu après les attentats du 13 novembre, Renaud Dély avait, sur France Inter, opéré la même comparaison, cette fois pour attaquer le Front National. Dans une chronique intitulée sobrement « Daech vote FN », l'ancien rédacteur en chef de L'Obs croyait déceler « quelques convergences de vue entre le FN et les terroristes ».

En effet, le FN voulant « bordéliser » le débat public, tout comme l'État islamique, les accointances sautent aux yeux. « Certes, on ne dira pas que le FN vote Daech, non bien sûr. Mais en revanche, ce qui est clair, c’est que Daech vote FN », avait-il conclu... FOG et Dély : un point partout dans la connerie ?

Voir nos portraits de Franz-Olivier Giesbert et Renaud Dély

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This