Accueil | Actualités | Médias | PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu
Pub­lié le 2 mars 2013 | Éti­quettes : ,

PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu

Comment vendre son journal à deux types de lectorat différents pour un contenu identique ? Le journal L’Équipe a trouvé la solution.

Après la victoire du Paris Saint-Germain sur l’Olympique de Marseille ce dimanche, L’Équipe titrait, pour ses journaux mis en vente dans la capitale : « Paris met l’OM à genoux ». Pour ceux vendus à Marseille, la Une est légèrement plus douce : « Marseille méritait mieux ». Si le contenu du journal est identique, c’est bel et bien deux Unes différentes qui se sont retrouvées à Paris et à Marseille le lendemain de la rencontre. On recense même une version lyonnaise, mettant en avant un tout autre sujet : la victoire de l’Olympique Lyonnais.

Pour Fabrice Jouhaud, le directeur des rédactions du quotidien sportif, il n’y a aucun problème, ce procédé étant même utilisé couramment, « dès que l'actualité sportive s'y prête » explique-t-il à Arrêt sur Images. Mais Daniel Schneidermann ne l’entend pas de cette oreille : « Ces deux manchettes n'ont pas pour fonction d'informer, mais de plaire, de consoler, d'offrir au lecteur exactement la caresse qu'il attend. Imagine-t-on, après une même manif, une même grève, le même journal titrer, selon les kiosques et les quartiers, sur son succès ou son échec ? Le même journal soutenir ou canonner la même réforme gouvernementale, en fonction des points de vente ? »

L’objectif est donc clair pour L’Équipe : vendre plus à tout prix… et en dépit de toute déontologie.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This