Accueil | Actualités | Médias | PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu
Pub­lié le 2 mars 2013 | Éti­quettes : ,

PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu

Comment vendre son journal à deux types de lectorat différents pour un contenu identique ? Le journal L’Équipe a trouvé la solution.

Après la victoire du Paris Saint-Germain sur l’Olympique de Marseille ce dimanche, L’Équipe titrait, pour ses journaux mis en vente dans la capitale : « Paris met l’OM à genoux ». Pour ceux vendus à Marseille, la Une est légèrement plus douce : « Marseille méritait mieux ». Si le contenu du journal est identique, c’est bel et bien deux Unes différentes qui se sont retrouvées à Paris et à Marseille le lendemain de la rencontre. On recense même une version lyonnaise, mettant en avant un tout autre sujet : la victoire de l’Olympique Lyonnais.

Pour Fabrice Jouhaud, le directeur des rédactions du quotidien sportif, il n’y a aucun problème, ce procédé étant même utilisé couramment, « dès que l'actualité sportive s'y prête » explique-t-il à Arrêt sur Images. Mais Daniel Schneidermann ne l’entend pas de cette oreille : « Ces deux manchettes n'ont pas pour fonction d'informer, mais de plaire, de consoler, d'offrir au lecteur exactement la caresse qu'il attend. Imagine-t-on, après une même manif, une même grève, le même journal titrer, selon les kiosques et les quartiers, sur son succès ou son échec ? Le même journal soutenir ou canonner la même réforme gouvernementale, en fonction des points de vente ? »

L’objectif est donc clair pour L’Équipe : vendre plus à tout prix… et en dépit de toute déontologie.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux