Accueil | Actualités | Médias | Première grève pour Bernard Tapie
Pub­lié le 29 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Première grève pour Bernard Tapie

Une nouvelle épine dans le pied de Bernard Tapie. L'homme d'affaires croyait pouvoir vendre tranquillement le quotidien Les Nouvelles calédoniennes, acheté en même temps que les autres titres du groupe Hersant, à un « investisseur local ». Raté ! Les journalistes, craignant pour leur indépendance, se sont mis en grève.

Dans une lettre au premier ministre et au ministre de la culture, ils expliquent que « longtemps sous la coupe d’hommes politiques, Les Nouvelles calédoniennes, seul quotidien de l’archipel, a reconquis ces dernières années une neutralité éditoriale que défendent au quotidien les journalistes. Un retour en arrière correspondrait à un déni de la démocratie, une insulte envers la population calédonienne ».

Mais ce qui gène les journalistes locaux, c'est que contrairement à leurs confrères de métropole, ils ne bénéficient pas, eux, d'une clause de cession, qui pourrait leur permettre de quitter un journal dont ils ne partagent plus la ligne éditoriale, dans des conditions financières plutôt intéressantes. Et bien que le droit du travail soit désormais de la compétence des élus locaux, ils en appellent au gouvernement pour combler ce « vide juridique » !

Bien entendu, la direction « regrette la décision des journalistes, d’autant que la dernière proposition présentait des avancées substantielles proches de leurs attentes en reconnaissant leur droit à exercer à leur initiative la rupture du contrat de travail et avec des conditions financières proches de celles appliquées en métropole ».

En attendant, la grève se poursuit.

Sources : 20 minutes, Les Nouvelles calédoniennes

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux