Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pourquoi Matthieu Pigasse vend

9 novembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Pourquoi Matthieu Pigasse vend

Pourquoi Matthieu Pigasse vend

Pourquoi Matthieu Pigasse vend-il ses parts au tchèque Daniel Kretinsky ? Deux semaines après l’annonce surprise (en particulier pour la rédaction du journal et peut-être aussi pour certains autres actionnaires), on en sait un peu plus.

Les autres investissements Pigasse

Nous reprenons les ter­mes de notre arti­cle d’octobre :

« Les affaires médi­a­tiques per­son­nelles de Pigasse ne vont pas très bien. Les Inrocks sont en panne et licen­cientRadio Nova ne va guère mieux, il n’est pas cer­tain que Rock en Seine soit béné­fi­ci­aire. MediaOne (voir infra) a besoin de cap­i­taux. Il recherche donc un parte­naire financier. La ten­ta­tion est grande (même s’il s’en défend) de laiss­er sa par­tic­i­pa­tion au Monde au Tchèque pour se con­sacr­er aux sociétés en nom pro­pre dépen­dant des NEI, sa hold­ing per­son­nelle. Ou encore inve­stir dans MediaOne en asso­ci­a­tion avec Xavier Niel et Pierre Antoine Cap­ton, un fonds d’investissement médias où Pigasse annonçait en févri­er 2016, vouloir injecter trois mil­liards d’euros avec ses asso­ciés. »

Et un endettement conséquent

Dans un excel­lent papi­er de Fabi­enne Schmitt paru dans Les Échos le 2 novem­bre 2018, nous en apprenons plus sur la sit­u­a­tion déli­cate de Matthieu Pigasse. Celui-ci emprunte 25 mil­lions d’euros en 2010 à la Banque Pala­tine pour racheter sa part du Monde. Xavier Niel se porte garant (cau­tion) en cas de défaut. En juil­let 2018 la banque demande le rem­bourse­ment du prêt. Pigasse ne peut pay­er et ne souhaite sans doute pas se met­tre à dos Xavier Niel en faisant jouer la cau­tion. D’autant qu’ils sont parte­naires dans MediaOne.

Pigasse est de plus débi­teur de Pierre Bergé (main­tenant de son héri­ti­er) qui lui a con­sen­ti des facil­ités de paiements pour repren­dre une par­tie de ses parts du Monde avant sa mort (voir infra). Il est aus­si pos­si­ble que Pigasse ait emprun­té pour acheter Les Inrocks, Radio Nova etc, puis assur­er leur tré­sorerie. Ven­dre sa part de MediaOne ? C’est laiss­er la par­tie belle à ses parte­naires Xavier Niel et Pierre-Antoine Cap­ton. Arrive alors Daniel Kretinsky auréolé du rachat de Mar­i­anne et Elle. Et pour racheter la total­ité des parts de Pigasse dans Le Monde.

Voir aussi

Info­gra­phie : Matthieu Pigasse

Tour de passe passe, Niel spectateur

Nous emprun­tons les para­graphes suiv­ants à l’excellente enquête de Fabi­enne Schmitt :

« … Daniel Kretinsky qui vient d’an­non­cer le rachat des plusieurs mag­a­zines de Lagardère en France, dont l’emblématique « Elle », rôde sur la place de Paris à l’af­fût de nou­velles acqui­si­tions dans les médias. Matthieu Pigasse scelle un accord avec lui pour car­ré­ment lui céder l’in­té­gral­ité de sa par­tic­i­pa­tion dans « Le Monde », comme l’a révélé « Libéra­tion ». Mon­tant de la trans­ac­tion : autour de 110 mil­lions d’eu­ros.
Xavier Niel se voit alors impos­er un action­naire de co-con­trôle, alors qu’il pen­sait que Matthieu Pigasse allait faire entr­er un minori­taire. Que faire ? Racheter lui-même les parts ? Xavier Niel préfère large­ment un action­nar­i­at mul­ti­ple. Cela per­met de moins prêter le flanc à des cri­tiques sur un éventuel exer­ci­ce d’in­flu­ence sur le quo­ti­di­en mais aus­si de partager les pertes ou les appels réguliers de fonds pour des investisse­ments. Trou­ver un autre action­naire à la place de Daniel Kretinsky ? Las, l’homme d’af­faires tchèque a payé bien trop cher, per­son­ne n’est prêt à met­tre une somme pareille à Paris… »

Xavier Niel est mis devant le fait accom­pli et comme le remar­que notre con­frère :

« La pilule est dure à avaler pour Xavier Niel  qui ne con­naît pas Daniel Kretinsky et ne l’a d’ailleurs tou­jours pas ren­con­tré. Lui seul com­prend tout de suite que cela va faire polémique au sein du jour­nal. Car Matthieu Pigasse n’a pas demandé l’avis des jour­nal­istes. Ceux-ci, en tant qu’ac­tion­naires représen­tés par le pôle d’indépen­dance, sont cen­sés avoir un droit de regard sur tout nou­v­el investis­seur dans le jour­nal. C’est, en tout cas l’e­sprit des accords signés lors du rachat du « Monde » par Niel, Pigasse et Bergé en 2010.
L’an­nu­la­tion de la trans­ac­tion est pos­si­ble mais il en coûterait quelques mil­lions d’eu­ros de dédom­mage­ment pour Daniel Kretinsky… Celui-ci et Matthieu Pigasse se met­tent finale­ment d’ac­cord début sep­tem­bre pour que le pre­mier rachète 49 % de la part du sec­ond. La nou­velle est con­fir­mée à la fin du mois par Matthieu Pigasse au pôle d’indépen­dance du « Monde » mis donc devant le fait accom­pli. »

Plus-value et respect de l’éthique

Pour sauver les meubles et les apparences, Pigasse accepte de ne céder que 49% de ses parts dans Le Monde à Kretinsky. Mais qui peut croire que le Tchèque se con­tentera d’un strapon­tin ? D’autant que nous apprend La Let­tre A du 6 novem­bre 2017, Pigasse a ven­du cette part minori­taire pour 17 mil­lions d’euros mais a égale­ment emprun­té au même Kretinsky la somme néces­saire pour rem­bours­er le prêt de la Banque Pala­tine de 2010, devenant ain­si le « débi­teur de son nou­v­el asso­cié ».

Pour com­pléter le feuil­leton, lorsque Pigasse reven­dra ses parts note Fabi­enne Schmitt, il réalis­era « une plus-val­ue par rap­port à sa « mise » de départ, à hau­teur de 50 mil­lions d’eu­ros ». Trahissant le con­trat moral ini­tial du pacte implicite des action­naires. « Si l’un d’entre eux devait sor­tir, c’était avec sa mise ni plus ni moins ». Pierre Bergé avant son décès a suivi cette règle. « A la veille de sa mort, il a con­clu « au prix » de ses apports de fonds la ces­sion de ses parts (il avait mis une trentaine de mil­lions) à Niel et Pigasse éch­e­lon­née sur six ans pour que ceux-ci, surtout Pigasse, puis­sent la financer con­fort­able­ment. Et il leur a même fait cadeau de 10 mil­lions d’eu­ros… ». Pigasse aime beau­coup les médias et quand on aime on ne compte pas…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).