Accueil | Actualités | Médias | Pour Twitter l’expression « étranger illégal » est un « discours de haine »
Pub­lié le 19 septembre 2018 | Éti­quettes :

Pour Twitter l’expression « étranger illégal » est un « discours de haine »

L’Observatoire est revenu à plusieurs reprises sur les nouvelles censures sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter. Le réseau social américain censure maintenant l’expression étranger illégal.

Sémantique mon beau souci

Étranger illégal (illegal alien) est l’expression employée aux États-Unis par le gouvernement fédéral, la Cour Suprême et les juristes pour décrire des immigrants qui rentrent clandestinement et illégalement dans le pays. Il est possible sur Twitter de « pousser » ses tweets via la publicité payante, c’est le modèle économique du réseau. Mais ce dernier peut refuser cette publicité si celle-ci est « non conforme à ses règles internes ».

C’est ce qui est arrivé aux États-Unis au Center for Immigration Studies (CIS), un site internet dédié à l’étude de l’immigration et de ses conséquences. Ce dernier a signalé le 11 septembre 2018 que Twitter rejetait ses publicités car ses modérateurs considéraient que les termes employés relevaient du « discours de haine »

Ne plus informer mais rééduquer

Le commentaire de Twitter (traduit librement depuis le site de CIS) : « Nous avons revus vos tweets et nous vous confirmons qu’ils ne sont pas éligibles pour être inclus dans Twitter ads en ce moment, sur la base de notre politique concernant les contenus haineux (Hateful Content Policy) ».

Le réseau social ajoute : « Un contenu non conforme peut inclure – mais n’est pas limité à cela – des éléments comportant un discours de haine ou un plaidoyer contre un groupe protégé ».

Les tweets incriminés comportaient les mentions « étranger illégal » ou « étranger criminel », relatant certains faits divers où sont incriminés des clandestins. Un des tweets reprenait simplement des statistiques émanant de l’administration américaine des douanes et de l’immigration. La politique de Twitter a le mérite de la clarté : comme nombre de médias mainstream, les réseaux sociaux ne veulent plus faire référence au réel mais rééduquer le public

Pour nos lecteurs anglophones, la source américaine.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

100% récolté
Nous avons récolté $231 sur $2. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux