Accueil | Actualités | Médias | Pour Onfray, Hanouna est un symbole de cette médiocrité qui pousse au jihad
Pub­lié le 13 janvier 2016 | Éti­quettes : , , , ,

Pour Onfray, Hanouna est un symbole de cette médiocrité qui pousse au jihad

Après un entretien au Figaro Magazine, Michel Onfray défraie à nouveau la chronique pour des propos mettant en parallèle l'émission de Cyril Hanouna et la tentation du jihad.

Au détour d'un long dossier de 6 pages qui lui est consacré, le philosophe revient sur l'attractivité du jihad islamique en ces temps troublés où les modèles de réussite proposés à la jeunesse brillent par leur médiocrité. « Aujourd'hui et ce depuis la gauche, on nous présente des modèles tragiques qui font rêver les jeunes : Bernard Tapie, la Rolex, la Ferrari, Cyril Hanouna, un joueur de foot qui donne des coups de boule, etc... », a-t-il estimé.

À titre de comparaison, il y a 60 ans ou plus, « un jeune rêvait d'être médecin, avocat ou professeur d'université, Jean-Paul Sartre ou Maurice Chevalier... Vouloir ressembler à Serge Reggiani ou à Yves Montand, c'est tout de même moins déshonorant que de vouloir ressembler à Cyril Hanouna ! »

Et Onfray de conclure en jugeant qu'il est « logique que de nos jours, la kalachnikov devienne le rêve ultime. C'est la toute puissance, car face à une kalachnikov, tout le monde obéit. » De quoi, en effet, alimenter la polémique sur les réseaux sociaux auprès de ceux qui font semblant de ne pas prendre acte de ce constat, volontairement provocateur certes, mais qui comporte sa part de vérité.

Chroniqueur de l'émission de Cyril Hanouna, Gilles Verdez (qui jugeait il y a peu que la dernière Miss France avait été choisie parce que « blanche »), a fait part de son « mépris éternel » à l'attention du philosophe. D'autres journalistes, comme Bertrand Chameroy, Pierre Ménès et Jean-Michel Aphatie ont également commenté ces déclarations.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

100% récolté
Nous avons récolté $231 sur $2. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux