Accueil | Portraits | Olivier Truchot

Olivier Truchot

La Grande Gueule

Dernière mod­i­fi­ca­tion le 17/01/2019

Olivier Truchot est un journaliste de radio et de télévision né le 16 juin 1968 à Paris.

Formation universitaire

Il est diplômé de l’Institut pra­tique de jour­nal­isme (IPJ). Pro­mo­tion 1992.

Parcours professionnel

Olivi­er Tru­chot a com­mencé sa car­rière en présen­tant le jour­nal sur la FM puis en tant que rédac­teur en chef d’Autoroute FM.

En 2002, il devient ani­ma­teur à RMC. Il ani­me, avec Alain Marschall, des émis­sions de débat : « Con­tro­ver­s­es » (2002–2003), « On nous la fait pas » (2003–2004) et depuis 2004, « Les Grandes Gueules ».

En sep­tem­bre 2008, avec Alain Marschall et par­al­lèle­ment à son émis­sion sur RMC, il reprend la case 19h-20h sur la chaîne d’information en con­tin­ue BFMTV avec une émis­sion inter­ac­tive, « 19h Marschall-Tru­chot », pro­posant aux téléspec­ta­teurs de com­menter l’actualité.

À par­tir de jan­vi­er 2010, Olivi­er Tru­chot présente, tou­jours avec Alain Marschall, « BFM Sto­ry » de 17h à 18h.

À la ren­trée 2011, il présente tou­jours le mag­a­zine « BFM Sto­ry », mais seul désor­mais.

Il joue son pro­pre rôle dans la série télévisée Mar­seille en 2016.

Parcours militant

Non ren­seigné.

Publications

Non ren­seigné.

Collaborations

En mai 2009, Olivi­er Tru­chot ani­me l’émission « Les grandes Gueules » depuis le siège de l’UMP.

En mars 2010, il présente l’émission « Les Grandes Gueules » en direct du stand salers (race de vach­es du Can­tal) au Salon inter­na­tion­al de l’agriculture de Paris. Un stand qui a été pro­posé par Can­tal expan­sion et la Mis­sion agroal­i­men­taire Can­tal (« qui mobilisent leurs forces pour met­tre en avant notre ter­ri­toire, nos pro­duits et nos entre­pris­es ! »).

En mars 2011, à bord du « Train pour l’emploi et l’égalité des chances » l’émission « Les Grandes Gueules », avec Alain Mar­shall, Olivi­er Tru­chot et leurs invités, fait étape dans 5 villes de France.

Le Train pour l’Emploi et l’Égalité des Chances répond « à une grande ambi­tion partagée par les par­ties prenantes », dont l’objectif est de « ren­con­tr­er ceux qui cherchent des infor­ma­tions et des solu­tions con­crètes pour se for­mer, s’orienter, se recon­ver­tir, (re)trouver un emploi ou un con­trat en alter­nance. Le Train est acces­si­ble à cha­cun, quel que soit son par­cours, son orig­ine, son âge ou sa sit­u­a­tion per­son­nelle. L’égalité des chances, c’est une démarche “pos­i­tive” et non dis­crim­i­nante. » — Le train pour l’emploi et l’égalité des chances, Dossier de presse

Ce qu’il gagne

Le 13 juil­let 2011, il déclare gag­n­er 13 000 euros par mois. Le rap­port annuel 2009 de Nex­tRa­dioTV, annexe des « opéra­tions d’attributions d’actions gra­tu­ites réal­isées au cours de l’exercice clos le 31 décem­bre 2009 », indique qu’Olivier Tru­chot a béné­fi­cié de 2 142 « actions acquis­es ».

Il l’a dit

«Les Grandes Gueules” ont l’envie de provo­quer encore plus de débats, d’ouvrir l’antenne à tous les points de vue et de con­fron­ter les idées en toute indépen­dance ». RMC, « Les grandes Gueules » — 21 mars 2011.

« Gilbert (Col­lard), on nous reproche main­tenant de t’accueillir aux GG ». RMC, « Les grandes Gueules » — 16 novem­bre 2011.

« L’armée française est sans doute l’armée qui accueille le plus de Français de toutes les couleurs ». RMC, « Les grandes Gueules » — 20 mars 2012.

« En 2005, sur le ref­er­en­dum sur l’Europe, la presse expli­quait à l’unanimité que le «oui» allait pass­er. De notre côté, nos audi­teurs dis­aient le con­traire. Et c’est finale­ment ce qui s’est pro­duit », Le Figaro, 25/09/2018.

« On a tou­jours refusé d’entendre les spé­cial­istes de la chronique qui sont un jour sur LCI, le lende­main sur RTL… Yann Moix, par exem­ple, ne pour­rait pas faire par­tie de notre équipe », ibid.

« L’émission déplaît surtout à ceux qui pensent con­naître l’avis des Français mais qui le con­nais­sent pas tou­jours », ibid.

« Le CSA a changé de rôle. Au départ, c’est une autorité admin­is­tra­tive qui véri­fi­ait si les chaînes répondaient bien à un cahi­er des charges. Aujourd’hui, il est devenu un comité de la bien-pen­sance. On demande au CSA de juger ce qu’il faut dire et ne pas dire. Le pire, ce sont les sig­nale­ments. Il y a des anonymes qui se font un malin plaisir de sig­naler des com­porte­ments. C’est quand même très bizarre », ibid.

« Il n’a tué per­son­ne et on peut écouter ce qu’il a à dire. Ses livres car­ton­nent en librairie avant toute polémique. Il pose des ques­tions qui font débat », au sujet d’Éric Zem­mour, ibid.

« Que Libé n’ait pas envie d’inviter Zem­mour, je com­prends mais appel­er les autres à faire de même… On est dans quel pays? C’est dans les régimes total­i­taires qu’on fait des listes noires », ibid.

« Non, les jour­nal­istes ne cachent pas cer­taines infor­ma­tions pour leurs intérêts per­son­nels ou ceux du gou­verne­ment, et, non, ils ne gag­nent pas des mil­lions. La plu­part des jour­nal­istes vivent dans la pré­car­ité et pour­raient être des gilets jaunes ! », Paris-Match, 17/12/2018.

« Les Gilets jaunes. Pen­dant de longues semaines, par leur présence régulière sur les plateaux télé, ils ont bous­culé la parole médi­a­tique. Des Gilets jaunes qui ont beau­coup cri­tiqué cette télévi­sion “trop parisi­enne” mais qui ont su aus­si l’utiliser pour faire con­naitre et vivre leur mou­ve­ment », Ozap/Puremédias, 22/12/2018.

« Quelques abrutis en jaune menaçant de lynch­er notre copain de BFMTV à Toulouse, Jean-Wil­fried Forquès », à la ques­tion le déra­page média de l’année, ibid.

Sa nébuleuse

Le Groupe Nex­tRa­dioTV, qui désigne Nex­tRa­dioTV et ses fil­iales ou sous-fil­iales : BFM, BFMTV, RMC, etc…

Alain Weill (mem­bre du club Le Siè­cle) qui a créé et pré­side actuelle­ment le Groupe Nex­tRa­dioTV.

Les inter­venants des « Grandes Gueules » : Xavier Can­tat, pho­tographe et adjoint Europe Écolo­gie Les Verts au maire de Vil­leneuve-Saint-Georges, chargé de la Cul­ture et de la Jeunesse ; Gilbert Col­lard, avo­cat, prési­dent du comité de sou­tien à la can­di­da­ture de Marine Le Pen à l’élection prési­den­tielle de 2012, élu député de la deux­ième cir­con­scrip­tion du Gard aux élec­tions lég­isla­tives de 2012 ; Bernard Debré, pro­fesseur de médecine et député UMP de la quinz­ième cir­con­scrip­tion de Paris ; Didi­er Giraud, agricul­teur en Saône-et-Loire ; Gilles-William Gold­nadel, avo­cat et prési­dent d’Avocats sans fron­tières ; Patrice Gour­ri­er, prêtre de la com­mu­nauté locale de l’église Saint-Por­chaire de Poitiers (86) ; Syl­vain Grand­serre, maître d’école en Nor­mandie, rédac­teur au Jour­nal des Pro­fes­sion­nels de l’Enfance ; Éti­enne Liebig, édu­ca­teur en Seine-Saint-Denis, musi­cien com­pos­i­teur et écrivain ; Jacques Mail­lot, fon­da­teur de Nou­velles Fron­tières ; Sophie de Men­thon, prési­dente de sociétés et notam­ment du mou­ve­ment des Entre­pris­es de taille humaine, indépen­dantes et de crois­sance (Eth­ic) ; Claire O’Petit, com­merçante et élue MoDem de Saint-Denis ; Pas­cal Per­ri, pro­fesseur d’économie ; Guil­laume Roquette, jour­nal­iste, directeur de la rédac­tion de Valeurs Actuelles ; Marie-Anne Soubré, avo­cate à Cer­gy-Pon­toise ; Franck Tan­guy, fis­cal­iste et ancien prési­dent de l’Association des par­ents gays et les­bi­ens ; Philippe Vénère, ancien com­mis­saire divi­sion­naire de police ; Agnès Verdier-Molin­ié, jour­nal­iste et direc­trice de l’Institut français pour la recherche sur les admin­is­tra­tions et les poli­tiques publiques (IFRAP) ; Karim Zéribi, prési­dent du Con­seil d’Administration de la Régie des trans­ports de Mar­seille.

Ils ont dit

Olivi­er Tru­chot « a trou­vé que mon com­porte­ment était ten­dan­cieux et que j’étais proche des mou­ve­ments islamistes ». Mourad Gha­zli, ancien chroniqueur des « Grandes Gueules », Oum­ma-TV, 6 octo­bre 2008.

Pho­to : Olivi­er Tru­chot — auteurs : Dcoetzee/Bryce51. Source — Légende : Alain Marschall et Olivi­er Tru­chot, ani­ma­teurs de l’émission de radio Les Grandes Gueules sur RMC, à Toulouse lors du « Tour de Gaule » des Grandes Gueules en jan­vi­er 2007.

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux