Accueil | Actualités | Médias | Les Jours ne sont pas sortis d’affaire

Les Jours ne sont pas sortis d’affaire

Au moment de la reprise de Libération par les équipes Drahi un certain nombre de journalistes ont choisi la clause de conscience (et le paquet financier qui l’accompagne), sont partis et ont créé le tout en ligne Les Jours avec l’aide de Xavier Niel, de Mathieu Pigasse et d’autres investisseurs. Avec une ligne éditoriale finalement assez peu différente du journal qu’ils quittaient.

Dix mille abonnés revendiqués

Isabelle Roberts, la présidente des Jours, revendique dix mille abonnés (soit les ventes en kiosque de L’Obs ou les abonnements revendiqués du Nouveau Magazine Littéraire ou encore les abonnements numériques de Libération). Un chiffre invérifiable, mais les éditeurs aiment les chiffres symboliques et ont tous tendance à arrondir la réalité dans le bon sens.

Cinq mille à trouver

Pour trouver les 5000 de plus qui permettraient d’atteindre l’équilibre, la Lettre A précise que le site lance une campagne orchestrée par l’agence Proches. Cette campagne aurait déjà permis de recueillir plusieurs centaines d’abonnements de grands comptes d’entreprises. Un soutien qui n’étonnera personne, les intérêts du libéralisme financier et du libertarisme sociétal étant les mêmes.

Le média de vidéos Brut, qui se situe sur la même ligne politique et sociétale, pourrait devenir partenaire via ses vidéos dont certaines seraient reprises sur le site.

Pour autant Les Jours semblent encore sur la corde raide. Malgré les soutiens financiers des Pigasse et Niel, malgré un accord avec les éditions du Seuil, le titre n’est pas encore certain de sa survie. Camarades, encore un effort !

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This