Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Populisme, frontières : Nicolas Truong et Le Monde, pris à contre-pied

21 mars 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Populisme, frontières : Nicolas Truong et Le Monde, pris à contre-pied

Populisme, frontières : Nicolas Truong et Le Monde, pris à contre-pied

L’un des journalistes attitrés du Monde affectés au combat contre la droite dite radicale, Nicolas Truong, et son quotidien ont montré combien ils ont du flair en publiant, le 6 mars 2020, en plein essor de la crise mondiale du coronavirus, une tribune destinée à fustiger « les polémistes de la mouvance souverainiste et identitaire ». Depuis, ces frontières si peu aimées sont redevenues une évidence pour tout un chacun. Lecture.

Le titre : « Il s’érige con­tre la « dic­tature » de la « bien-pen­sance » : l’essor du nation­al-pop­ulisme intel­lectuel et médi­a­tique »
Accroche : « Dans la presse comme dans les médias audio­vi­suels, les polémistes de la mou­vance sou­verain­iste et iden­ti­taire s’imposent, fustigeant le « droit-de‑l’hommisme » des élites. Rééquili­brage idéologique ou nou­velle hégé­monie cul­turelle ? »
Illus­tra­tion : une trentaine de têtes de Zem­mour.
Sur­prise : c’est un arti­cle d’un jour­nal­iste du Monde et pour­tant il paraît dans la rubrique « idées ». Autrement dit, un jour­nal­iste du Monde donne son opin­ion dans les pages du Monde, et même dans les pages qu’il dirige. Peut-être une façon élé­gante de sig­naler qu’il en est de même dans l’ensemble des pages de ce quo­ti­di­en, en réal­ité ?

Nicolas Truong voit une « offensive idéologique »

« La France sem­ble saisie par l’essor du nation­al-pop­ulisme médi­a­tique. Il ne se passe pas un trimestre sans qu’une mai­son d’édition pub­lie un ouvrage con­tre la « dic­tature » de la « bien-pen­sance » pro­gres­siste. Pas un mois sans qu’un polémiste fustige le « droit-de‑l’hommisme » des élites. Pas une semaine sans qu’un heb­do­madaire raille la « tyran­nie de la repen­tance » ou les « idiots utiles » du com­mu­nau­tarisme et de « l’islamo-gauchisme ». Pas une émis­sion de débat sans que soit dénon­cée l’emprise du « poli­tique­ment cor­rect » ou les dérives du « fémin­isme vic­ti­maire ». Pas un jour sans que des « chaînes infos » imposent des prob­lé­ma­tiques à sens unique. »

Si tel est le cas, nous sommes heureux d’informer l’auteur que cette sit­u­a­tion est celle vécue par les opposants intel­lectuels du Monde depuis 40 ans. Ce qui n’a pas sem­blé embêter les jour­nal­istes du quo­ti­di­en.

C’est que, croit savoir Truong, le nation­al-pop­ulisme « se répand à l’envi sur les ondes et les écrans, pas unique­ment sur des sta­tions d’extrême droite, mais aus­si dans cer­taines émis­sions de BFM-TV, CNews ou LCI. Cette pen­sée de la « nou­velle droite », à L’Incorrect, men­su­el proche de Mar­i­on Maréchal Le Pen, ou à Causeur, média à la tonal­ité nation­al-sou­verain­iste » (pas de déf­i­ni­tion ?).

Nou­velle droite, nation­al­isme, présence du nom Le Pen (sans doute Truong aimerait-il que son patronyme soit accom­pa­g­né d’un nom qu’il aurait offi­cielle­ment aban­don­né ?), des repères en somme. Notons qu’il y aurait aus­si Valeurs Actuelles, Le Point, Le Figaro, Mar­i­anne… et « bien d’autres ». Peut-être même toute la presse sauf Le Monde, qui sait ?

Heureuse­ment Pierre Rosan­val­lon, sans doute peu soupçonnable d’engagement idéologique mar­qué (cha­cun aura remar­qué l’ironie du pro­pos), vient à la rescousse : « Ce pop­ulisme intel­lectuel et médi­a­tique n’a pas d’organe offi­ciel et n’est pas directe­ment asso­cié à un pro­jet poli­tique, mais se dif­fuse large­ment dans tout l’espace pub­lic », pour­suit l’historien ». Truong cite aus­si Lin­den­berg inven­teur du mythe des « néo-réacs ».

Alors ? Qui sont les nationaux-pop­ulistes ? Ou nationaux-sou­verain­istes ? Enfin, toutes ces for­mules des­tinées à rap­pel­er un autre nation­al quelque chose, comme si de rien n’était ?

« Forgée par le philosophe Pierre-André Taguieff, la notion de Nou­veau Nation­al-Pop­ulisme (CNRS Edi­tions, 2012), qui désigne « la forme prise par la dém­a­gogie dans les sociétés con­tem­po­raines » lorsque « la dimen­sion nation­al­iste » s’avère « cen­trale », pour­rait s’appliquer. C’est « une dénom­i­na­tion pos­si­ble » du phénomène, assure Clé­ment Vik­torovitch, qui enseigne la rhé­torique à Sci­ences Po et tient une chronique télévi­suelle dans l’émission Clique sur Canal+ »

Vik­torovitch et Clique, le lecteur peine à imag­in­er que ce ne soit pas un trait d’humour, coquin de Truong. Le jour­nal­iste cite aus­si Jean-François Kahn, pour qui les nationaux-pop­ulistes seraient des « néo­fas­cistes ».

La revue Élé­ments et son rédac­teur en chef, François Bous­quet, ain­si que la Nou­velle Librairie dont Bous­quet est le gérant sont par­ti­c­ulière­ment prisés de Truong, jour­nal­iste qui sem­ble trou­ver anor­mal qu’une revue soit sous-titré « Pour la civil­i­sa­tion européenne ». Un titre comme « élé­ments pour la civil­i­sa­tion africaine » ne l’échauderait sans doute pas. Il égrène d’ailleurs tout ce qui lui paraît anor­mal, comme par exem­ple un arti­cle sur « le roman­tisme fas­ciste » qu’il n’a pas lu, sans quoi il saurait qu’il s’agit en fait d’une recen­sion d’un ouvrage por­tant ce titre, ou encore une série de noms de per­son­nes qui sem­blent trop s’approcher des méchants : Bastié, Devec­chio, Polony, Gauchet, Guil­luy, Jérôme Sainte-Marie, Jacques Jul­liard, Michel Onfray… Le Monde aurait bien aimé sem­ble-t-il un cor­don san­i­taire con­tre un virus qui n’existe pas, bien peu de temps avant qu’un virus bien réel et bien dan­gereux ne nous tombe dessus.

Mais la sit­u­a­tion est encore pire, assure Truong :

« Autre indi­ca­teur de la sor­tie du ghet­to : une légiti­ma­tion poli­tique qui vient du som­met de l’État. Du prési­dent de la République lui-même, qui accor­da, le 31 octo­bre 2019, un entre­tien à Valeurs actuelles sur la ques­tion migra­toire où Emmanuel Macron désigna les représen­tants des asso­ci­a­tions de défense des migrants comme des « droits-de‑l’hommistes la main sur le cœur ». Un adoube­ment venu égale­ment de cer­tains mem­bres du gou­verne­ment qui, à l’image de Mar­lène Schi­ap­pa, s’empresse de débat­tre avec Eric Zem­mour, polémiste deux fois con­damné pour provo­ca­tion à la haine raciale, dans l’émission « Face à l’info », le 10 févri­er, sur CNews, où celui-ci l’exhorta notam­ment « à aller voir dans cer­taines régions de France si le « grand rem­place­ment » n’existe pas ».

Ce prési­dent que Le Monde a tant con­tribué à faire élire ne choisit pas bien ses pages. Quant aux min­istres LREM, ils devraient bien le savoir tout de même que les lieux de la lib­erté d’expression sont déter­minés par Le Monde ! Depuis le temps…

En pas­sant, Truong sig­nale que Valeurs Actuelles est « con­nu » pour ses cou­ver­tures, entre autres, sur « le phil­an­thrope George Soros ». Phil­an­thrope, il fal­lait oser.

Il y a bien une sorte de com­plot mais il ne vient pas d’où l’on pense :

« Le nation­al-pop­ulisme médi­a­tique réem­ploie et détourne ain­si la rhé­torique de l’antitotalitarisme. Tout est qual­i­fié de « total­i­taire » : le fémin­isme, l’écologie ou les minorités. La façon de dis­qual­i­fi­er la jeune mil­i­tante écol­o­giste sué­doise Gre­ta Thun­berg est, à cet égard, éclairante. Car l’icône mon­di­ale de 17 ans n’est pas seule­ment cri­tiquée pour ses idées, elle est ren­voyée à son total­i­tarisme sup­posé : « Tous les enfants ont du génie sauf Gre­ta Thun­berg. Je la sens fanatisée », déclare Jérôme Béglé, directeur adjoint de la rédac­tion du Point (CNews, 23 sep­tem­bre) ; son « idéolo­gie » est « d’essence total­i­taire », renchérit, sur le même plateau, Ivan Rioufol, chroniqueur au Figaro, alors que le directeur des rédac­tions du quo­ti­di­en, Alex­is Brézet, con­sid­ère quant à lui sur LCI : « On a con­nu, à l’époque de Mao, les gardes rouges qui dénonçaient leurs par­ents. Là, on a une généra­tion de gardes verts. »

C’est que l’extrême droite mène la France et les médias par le bout du nez métapoli­tique, approchant ain­si du pou­voir… En vrai, c’est par « haine de la démoc­ra­tie », référence à Jacques Ran­cière, lequel est un bon intel­lectuel puisqu’il est de gauche.

Cerise sur le gâteau :

« Une idéolo­gie, qui, comme le dis­ait Han­nah Arendt, con­siste à soumet­tre la réal­ité à la logique d’une idée. Et à voir le monde en noir et blanc, de part et d’autre d’une fron­tière qui sépare les bons et les méchants ».

On croirait une descrip­tion des arti­cles du Monde.

Ceci dit, n’ayons pas peur : « L’emprise du nation­al-pop­ulisme médi­a­tique n’est pas une fatal­ité ». Il faut cepen­dant se méfi­er car « elle pour­rait bien être un jour le pro­gramme poli­tique d’un pou­voir bien réel. » Encore un peu de « matin brun » qui approche en somme. Au fait, Le Monde, cela fait com­bi­en de fois que vous pub­liez le même arti­cle ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).