Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nicolas Truong

26 mars 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Portraits | Nicolas Truong

Nicolas Truong

Estampillé conforme

Né en 1967, Nicolas Truong dirige depuis près de quinze ans les pages « Idées-Débats » du Monde. Contrairement à ce qu’un habitant de Sirius pourrait attendre d’un quotidien national, il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mystère de ses penchants intellectuels poussant très loin à gauche le bouchon de ses idées.

Échap­pé d’une revue con­fi­den­tielle qu’il avait lancée lui-même à l’orée des années 90, M. Truong se fait bien­tôt embauch­er au Monde, dans le sup­plé­ment Édu­ca­tion. De cette red­oute, il com­mence à arroser de piges tous les titres de la presse de gauche et assim­ilés : il remue des idées qu’il croit alors immortelles, celles de Jacques Ran­cière, d’Edgar Morin, d’Alain Badiou. Tant et tant qu’après le naufrage du fes­ti­val d’Avignon à l’ancienne durant l’été 2003, les nou­veaux organ­isa­teurs vien­nent le chercher pour lui pro­pos­er d’animer un « Théâtre des idées ».

« L’idée des codi­recteurs, racon­tera-t-il, c’était que le Fes­ti­val rede­vi­enne un lieu de parole, de cri­tique du monde, et que les intel­lectuels revi­en­nent au théâtre. Ils m’ont demandé de créer un espace pour ça, pour aider à dépous­siér­er et à met­tre en rela­tion. J’ai invité Jacques Der­ri­da autour d’une ques­tion : l’Europe » (entre­tien avec Clé­men­tine Autain, revue Regards, 28 juin 2013).

De ces « ren­dez-vous » esti­vaux où des maîtres sor­bona­gres de gauche vien­nent réciter des textes pour éclair­er le cha­land naîtront plusieurs pub­li­ca­tions comme Résis­tances intel­lectuelles ou Éloge du théâtre écrit avec Alain Badiou. À Avi­gnon tou­jours, décidé­ment féru de théâtre, il avait mis en scène en 2003 La vie sur Terre, adap­ta­tion de textes issues de la « pen­sée cri­tique », comme les Let­tres, arti­cles et essais de George Orwell.

Théâtre philosophique

Depuis, comme il le dit mod­este­ment, il tente de faire vivre un théâtre philosophique, savant et ludique, qui vise à « faire advenir des émo­tions de pen­sée ». C’est ain­si qu’est né le Pro­jet Luci­ole, présen­té en 2013, tou­jours au Fes­ti­val d’Av­i­gnon, en col­lab­o­ra­tion avec Judith Hen­ry et Nico­las Bouchaud qui con­stru­iront avec lui son pro­jet Inter­view : un spec­ta­cle mon­té au Théâtre du Rond-Point pour « s’interroger sur une tech­nique de tra­vail médi­a­tique », le spec­ta­cle étant lui-même con­stru­it autour d’entretiens, d’interviews, avec plusieurs reporters célèbres, dont Flo­rence Aube­nas et Jean Hats­feld. « L’ensemble est un joyeux ques­tion­nement sur l’art d’interroger », l’aridité de la pen­sée décon­nec­tée de tout réel et noyée dans ses pro­pres mots n’empêche pas d’être « joyeux. »

Nico­las Truong, entre deux arti­cles dézin­guant la droite et l’extrême droite, par­ticipe aus­si aux « Ate­liers de la pen­sée » depuis 2014. C’est le 13 octo­bre 2019 au Salon du livre de Blois, dans le cadre des 22e Ren­dez-Vous de l’histoire qu’il donne toute sa mesure. Il est en effet com­mis pour inter­view­er Gérard Noiriel sur le sujet léger et objec­tif suiv­ant :

« De Dru­mont à Zem­mour : aux racines du dis­cours réac­tion­naire. Com­ment Édouard Dru­mont, chef de file de l’antisémitisme français à la fin du XIXe siè­cle, et Éric Zem­mour, pam­phlé­taire à suc­cès, ont-ils réus­si à cristallis­er autour d’eux des sen­ti­ments réac­tion­naires ? Et com­ment les com­bat­tre ? Par une approche socio­his­torique com­par­a­tive, Gérard Noiriel étudie le rôle, la place et la récep­tion de leur dis­cours dans le paysage social, poli­tique et médi­a­tique français ».

Bouvard et Pécuchet

L’Ojim écrit alors :

« Truong et son ami poli­tique Noiriel ren­versent le réel : les bien-pen­sants seraient ceux qui s’opposent à l’idéologie dom­i­nante, celle du Monde, des Noiriel et des Truong. Il fal­lait oser ».

En effet, pour un théoricien de l’interview, celle-ci a un goût de trucage : les deux com­pars­es sont en train d’écrire ensem­ble un livre sur les Gilets jaunes mais surtout se passent le sel et la rhubarbe en direct. Le tout devant un pub­lic cen­sé­ment invité pour enten­dre par­ler d’histoire, à qui ils con­tent com­ment le juif Zem­mour est un digne hérit­er de l’antisémite Dru­mont. De même dans ses pages du Monde, Truong excelle pour dénon­cer des chroniqueurs télé en vue, cher­chant à les assign­er à une extrême droite introu­vable qui devrait les empêch­er de fréquenter les plateaux. Quand lui et ses cama­rades post-com­mu­nistes auraient bien enten­du toute lat­i­tude pour hanter les­dits plateaux. Nico­las Truong incar­ne le jour­nal­iste de gauche typ­ique des années 90, sûr de lui et dom­i­na­teur, une espèce en voie de dis­pari­tion.

Formation

Incon­nue

Parcours professionnel

1988

Il fonde la revue lit­téraire et éphémère Let­tre, qui dur­era jusqu’en 1993.

Depuis 1993

Jour­nal­iste au Monde de l’Éducation.

Depuis 2005

Con­seiller à la rédac­tion de Philoso­phie mag­a­zine (il coréalise notam­ment l’en­tre­tien entre Michel Onfray et Nico­las Sarkozy lors de la cam­pagne pour l’élec­tion prési­den­tielle 2007).

Depuis 2000

Col­lab­o­ra­tions au Monde diplo­ma­tique, à la revue Lignes, et aux revues Schnock et Charles (groupe La Ten­go).

Depuis 2004

Respon­s­able du « Théâtre des idées » au fes­ti­val d’Avignon.

Au printemps 2020

Grand reporter au Monde en charge du monde des idées et de la vie intel­lectuelle.

Parcours militant

Non ren­seigné

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Publications

  • Le sens de la République, avec Patrick Weil, Gras­set (juin 2015)
  • Le Théâtre des idées, Flam­mar­i­on (2008). Réu­nis­sant « 50 penseurs majeurs pour com­pren­dre le XXIe siè­cle », c’est le chef d’oeuvre du jour­nal­iste engagé, qui aura réus­si à mêler idéolo­gie et théâtre pen­dant des années à Avi­gnon, dévelop­pant une pen­sée pour le moins obscure sur la néces­sité du com­mun, le rap­port entre Ori­ent et Occi­dent, la crise de la représen­ta­tion poli­tique, la méta­mor­phose du tra­vail, le retour du sacré, les sociétés en quête d’identité, et l’actualité des « résis­tances ».
    Résis­tances intel­lectuelles. Les com­bats de la pen­sée cri­tique, L’Aube, 2013. Livre col­lec­tif où se croisent Jacques Ran­cière, Jean-Luc Nan­cy, Françoise Héri­ti­er, Bernard Stiegler, Frédéric Lor­don, Pierre Rosan­val­lon, François Cus­set, Edgard Morin ou Michel Onfray.
  • Pro­jet Luci­ole, Venenum édi­tions (2014)
  • Éloge du théâtre, avec Alain Badiou, Flam­mar­i­on (2016). Le jour­nal­iste y donne la parole au vieux philosophe maoïste qui con­tin­ue d’exercer son man­dar­i­nat mal­gré ses posi­tions légère­ment com­plices des total­i­tarismes com­mu­nistes du XX siè­cle.
  • Éloge de l’amour, avec Alain Badiou, Flam­mar­i­on (2016)
  • Une his­toire du corps au Moyen-Âge (con­tri­bu­tion), dir. Jacques Le Goff, Liana Lévi (2017)
  • Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire, entre­tiens avec Gérard Noiriel, Le Monde/L’Aube (2019). Le jour­nal­iste et l’historien s’entretiennent de la crise des Gilets jaunes, qu’ils ne parvi­en­nent à com­pren­dre que sous l’angle de la « ques­tion sociale », ten­tant d’en abstraire le mou­ve­ment iden­ti­taire pro­fond, pour essay­er de le rabat­tre vers la gauche ras­sur­ante qu’ils con­nais­sent.
  • Pourquoi il ne faut plus dire « je t’aime », avec François Jul­lien, Le Monde/L’Aube (2019)
  • Engagez-vous, de Stéphane Hes­sel, L’Aube, 2015 (rééd. 2020). Dans ce livre qui rassem­ble deux textes de l’icône défunte de la gauche Stéphane Hes­sel, l’un est un court dia­logue mené par Nico­las Truong cen­sé révéler la pas­sion de Hes­sel pour la philoso­phie.

Il l’a dit

« Les luci­oles sym­bol­isent la joie et le désir qui illu­mi­nent amis et amants au cœur de la nuit. Mais auraient-elles dis­paru ? Pour Pier Pao­lo Pasoli­ni, leur extinc­tion due à la pol­lu­tion est la métaphore d’une human­ité rongée par la « mer­donité » de la moder­nité ». Pro­jet Luci­ole

« Qu’on ait été com­mu­niste ou pas, qu’on soit artiste ou pas, la société a mal à son com­mun. Elle est en état de “com­mun dépassé” » (entre­tien avec Clé­men­tine Autain dans la revue Regards, 2013).

« Je pense qu’il faut un ser­vice pub­lic des idées, pas conçu comme une pen­sée d’État ou qui servi­rait de légiti­ma­tion à une pro­gram­ma­tion cul­turelle. On peut con­sid­ér­er qu’il devrait exis­ter un accès libre et partagé à l’intellectualité » (entre­tien avec Clé­men­tine Autain dans la revue Regards, 2013).

« Julien Coupat des­sine une éthique de la révo­lu­tion, au sein de laque­lle ce n’est plus à la théorie, mais à la vie de guider l’action : « Nos vies sont dev­enues les garantes de nos mots, et non plus le con­traire. » C’est pourquoi, loin des grandes procla­ma­tions et entités, « on recom­mencera en par­tant de l’amitié, de l’amour, des dis­tances, des lieux, des liens et des prox­im­ités ». La révo­lu­tion est décidé­ment une affaire d’émotion » Le Monde, 28 févri­er 2019.

« Les querelles sur la per­ti­nence de la notion de France périphérique ou sur le sens à don­ner au mot peu­ple témoignent d abord d’un retour de la ques­tion sociale, comme l’il­lus­tre cet entre­tien avec Gérard Noiriel. Or une grande par­tie de l’in­tel­li­gentsia l’avait mise de côté, voire dis­créditée au prof­it d’une focal­i­sa­tion sur la ques­tion de l’i­den­tité. À force de n’être pas la cause de tout, les con­di­tions sociales n’é­taient plus la cause de rien. Les voilà qui revi­en­nent, pour le meilleur et pour le pire, entre éman­ci­pa­tion et réac­tion » (Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire).

Sa nébuleuse

Edgar Morin, Alain Badiou, Stéphane Hes­sel (+), Gérard Noiriel, Julien Coupat

Ils ont dit

« Ils vont et vien­nent, sont insta­bles, incer­tains, désir­ants, fan­tasques. Ils sont là pour faire danser les paroles de Bau­drillard, Orwell, Adorno, Didi-Huber­man, etc. Ils en font une scène d’amour, de ménage, de malen­ten­du, par­fois même un vaude­ville. Sur scène, quand la lumière baisse, le sol est jonché de feuilles volantes, translu­cides : luci­oles, que l’u­ni­versel bavardage éteint. C’est un spec­ta­cle, en somme, à la bougie ». Philippe Lançon, Libéra­tion, à pro­pos de Pro­jet Luci­ole.

Illus­tra­tion : cap­ture d’écran vidéo theatre-contemporain.net

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).