Accueil | Actualités | Médias | Polémique autour de la création d’une chaîne publique d’information
Pub­lié le 30 août 2015 | Éti­quettes : , , ,

Polémique autour de la création d’une chaîne publique d’information

Dans son projet, grâce auquel elle a été nommée présidente de France Télévisions il y a quelques semaines, Delphine Ernotte émettait l'hypothèse de la création d'une chaîne publique d'information en continu. Une idée qui fait grincer des dents dans le privé comme dans le public.

Chez TF1, on fait légitimement remarquer que la chaîne d'information en continu du groupe, LCI, est déjà menacée de fermeture suite au refus du CSA de la voir passer sur la TNT gratuite. Aujourd'hui, des recours ont été déposés et le Conseil devra se prononcer à nouveau en décembre. Mais la question demeure : si le secteur avait été jugé « saturé », comment justifier aujourd'hui la création d'une nouvelle chaîne d'information ?

« Je ne connais pas le projet de France Télévisions en détail, mais ce que j’en entends me rappelle quelque chose, il me semble que c’est ce que fait LCI depuis 20 ans », a ainsi expliqué Catherine Nayl, directrice général adjointe de l’information de TF1.

Du côté du secteur public, Mathieu Gallet, patron de Radio France, a souligné que « France Info est là depuis trente ans et on est un média global avec images, textes et vidéos ». Quant à Marie-Christine Saragosse, directrice de l'audiovisuel public extérieur, elle a jugé qu'« une chaîne d’info télé de service public, il y en a une, c’est France 24 ».

Bien que la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a assuré que « la décision n’avait pas été encore prise », l'éventualité de la création de cette nouvelle chaîne, dans un premier temps sur internet d'ici 2016, n'est décidément pas du goût de tout le monde…

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

21% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 410,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux