Accueil | Actualités | Médias | Plainte du syndicat des pilotes de ligne après des fuites dans le New York Times
Pub­lié le 30 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Plainte du syndicat des pilotes de ligne après des fuites dans le New York Times

Alors que le Bureau d'Enquête et d’Analyse (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile n'avait voulu donner aucune information à la presse sur le crash de l'A320, qui a fait 150 victimes le 24 mars dernier, le New York Times avait quant à lui révélé le premier le scénario de l'accident.

Bien informé, le quotidien américain avait, quelques heures seulement après la conférence de presse, précisé que le pilote bloqué à l'extérieur du cockpit avait tenté d'y entrer par tous les moyens. Des informations, confirmées dès le lendemain par le procureur de la République de Marseille, qui ont conduit le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) à déposer une plainte contre X.

Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, le président du syndicat, Éric Derivry, a fait part de son indignation : « Nous sommes particulièrement choqués de la situation qui a consisté à ce que le Bureau d'enquête et d’analyse fasse une conférence de presse à 17h en disant : 'nous n'avons rien à vous dire', alors que quelques heures plus tard, le New York Times de l'autre côté de l'Atlantique donne des informations extrêmement détaillées qui ont été confirmées par le procureur de la République le lendemain midi. »

« Ce que ça veut dire, c'est que contrairement à tous les engagements de confidentialité qui pèsent sur l'ensemble des gens qui font partie de l'enquête, il y a eu des fuites », a-t-il regretté avant d'annoncer sa décision de « porter plainte contre X pour violation du secret professionnel. Nous le ferons parce que nous en appelons à une réforme du mode de fonctionnement du BEA. »

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This