Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Oprah Winfrey : me too, je veux être présidente ? Les médias en pâmoison

16 janvier 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | Oprah Winfrey : me too, je veux être présidente ? Les médias en pâmoison

Oprah Winfrey : me too, je veux être présidente ? Les médias en pâmoison

Les secousses et répliques du tremblement de terre Weinstein n’en finissent plus de bousculer la société du Spectacle. Du moins, son versant médiatique et ses « élites » culturelles et militantes. En dehors de cela, la majorité des humains continuent tranquillement à vivre, draguer et faire l’amour à la sauvette ou en chantant. Il paraît pourtant qu’une dénommée Oprah Winfrey aurait changé l’humanité d’un coup de Golden baguette magique ?

À l’approche de la retraite, l’animatrice de télévi­sion Oprah Win­frey, dont il faut bien recon­naître l’anonymat dont elle béné­fi­ci­ait jusqu’alors de ce côté de l’Atlantique, a fait pleur­er et frémir l’Amérique. Du moins, la salle des Gold­en Globes, laque­lle a sou­vent le curieux défaut de se pren­dre pour l’ensemble des améri­cains. D’où son incom­préhen­sion et ses caprices mul­ti­ples devant l’élection de son antithèse Don­ald Trump. « Un nou­v­el hori­zon se pro­file pour les femmes » a déclaré, selon le mag­a­zine Pre­mière, celle qui serait, si l’on en croit sa fiche Wikipé­dia, « ani­ma­trice et pro­duc­trice de télévi­sion et de ciné­ma, actrice, cri­tique lit­téraire et éditrice de mag­a­zine ». Une force de la nature, pleine d’énergie, hyper active. Sans doute est-ce pourquoi elle s’est décidée à sauver le monde fémin­iste lors de la céré­monie des Gold­en Globes du 7 jan­vi­er 2018. Elle en a les moyens, Oprah, elle qui est con­sid­érée comme la mil­liar­daire noire la plus riche du monde et la sec­onde plus grande for­tune de l’industrie du diver­tisse­ment, selon Forbes. Comme quoi, con­traire­ment aux idées reçues, on peut être femme, noire, âgée et fort riche !

Les Golden Globes ? Cérémonie militante, comme d’habitude

Que cette remise de prix annuelle soit mil­i­tante n’est en rien nou­veau. C’est même plutôt sa mar­que de fab­rique. Cette année, toutes les récom­pens­es ou presque ont été attribuées en ver­tu de l’ambiance fémin­iste mil­i­tante en vogue. Un mil­i­tan­tisme en réseau, sans fron­tières et qui n’épargne donc pas la France, ain­si que le mon­tre l’écho don­né au dis­cours de l’amie de Barack Oba­ma, poten­tielle­ment can­di­date, selon la rumeur, à l’investiture démoc­rate con­tre Don­ald Trump en vue des prochaines prési­den­tielles. C’est du moins ce qui a été mis en avant juste après son dis­cours fémin­iste pronon­cé lors de la céré­monie des Gold­en Globes, au point que cer­tains obser­va­teurs ont eu le sen­ti­ment d’une affaire politi­co-médi­a­tique ron­de­ment menée. L’animatrice est une star du talk show out­re-Atlan­tique, elle en maîtrise codes et effets. Une sorte d’icône du monde libéral lib­er­taire, démoc­rate, mil­i­tante de toutes les sociétés ouvertes mais aus­si du développe­ment per­son­nel, de la médi­ta­tion et de spir­i­tu­al­ités syn­crétistes et new âge à souhait. L’image même d’un monde minori­taire qui se prend pour le vrai monde, dans le cadre de la mon­di­al­i­sa­tion dont il est le fer de lance spec­tac­u­laire. Femme, noire, médi­ati­co-cul­turelle, de gauche à l’américaine, accroc aux nou­velles spir­i­tu­al­ités… Oprah sem­ble avoir tout pour elle. Mais elle n’a en fait que tout New York et toute la côte Ouest. La réal­ité est autre : d’après Europe 1, le 12 jan­vi­er 2017, une majorité d’américains ne « souhaite pas voir Oprah Win­frey briguer la Mai­son Blanche ». Ils ne sont que 35 % à souhaiter qu’elle se porte can­di­date aux élec­tions de 2020. Aux États-Unis aus­si, l’écart de réal­ité entre le pays légal et le pays réel est loin d’être mince : « même par­mi les démoc­rates, seuls 47 % des sondés sont favor­ables à sa can­di­da­ture », indique Europe 1. Pour­tant, l’écho et le « buzz » ayant suivi le dis­cours d’Oprah Win­frey lors de la céré­monie sem­blaient indi­quer tout le con­traire. C’est pourquoi, cette affaire con­jonc­turelle sym­bol­ise l’état réel des médias mon­di­al­isés et de leurs acteurs : un univers com­plète­ment hors sol rel­a­tive­ment au monde réel des vrais gens.

Retour sur cérémonie

À Los Ange­les, dans la nuit du 7 ou 8 jan­vi­er 2018, Oprah, opu­lente poitrine ample­ment mise en valeur et en avant, a donc pronon­cé un dis­cours faisant « vibr­er la salle » selon Europe 1, et annonçant « une aube nou­velle », expres­sion traduite dans d’autres médias par « nou­v­el hori­zon ». Il est vrai qu’en Europe, « Aube nou­velle » évoque désor­mais cer­tain mou­ve­ment poli­tique grec… C’est en vue de ce nou­v­el hori­zon que la majorité des invitées féminines des Gold­en Globes étaient vêtues de noir. Oprah a donc tout de la future can­di­date de l’Ère du Verseau, ce qui ne serait pas pour déplaire au petit club des « élites » mon­di­al­isées. En France, son dis­cours a été réper­cuté de façon louangeuse par tous les médias offi­ciels sans excep­tion, ceux qui ne seraient jamais pour­voyeurs de fake news si l’on en croit le prési­dent de la République. Le dis­cours ?

« Vio­lente charge con­tre les auteurs de vio­lences sex­istes » pour L’Express, un « dis­cours enflam­mé qui scotche les Gold­en Globes » selon Le Figaro, « un dis­cours inspi­rant et inspiré » pour Téléra­ma, « émou­vant et poli­tique » selon 20 Min­utes, « dis­cours vibrant et engagé » d’après BFM, un « dis­cours poignant » pour Le Monde et Fran­ce­in­fo. Point besoin d’être exhaus­tif, l’immense majorité des médias réag­it de la même façon, Oprah Win­frey parais­sant ain­si rem­plac­er Hilary Clin­ton comme égérie des « élites mon­di­al­isées ». La volon­té de l’animatrice de télévi­sion de faire de la poli­tique n’est pour­tant pas nou­velle, même si cela n’est guère men­tion­né par les mêmes médias. Reste que dès le lende­main du dis­cours, les réseaux soci­aux mil­i­tants s’agitent et la presse en par­le : Oprah pour­rait se présen­ter con­tre Trump en 2020. Et le bat­tre ! Les pre­miers sondages, réal­isés dans l’immédiate foulée, le mon­tr­eraient. L’orchestration ne saurait être plus per­for­mante. Alors, la noire Oprah con­tre le blanc Don­ald ? L’Amérique pré­ten­du­ment de l’intelligence et de la société ouverte con­tre celle des bouseux ? Un remake du match Trump / Clin­ton maquil­lé en match Trump / Win­frey ? La pre­mière femme noire à la Mai­son Blanche ? Sans que per­son­ne dans les médias français ne voit à quel point il est racial­iste de con­sid­ér­er le sexe et la couleur de peau comme critère de sélec­tion d’une can­di­da­ture ? Il sem­ble que les améri­cains ne soient pas, majori­taire­ment, en tant que peu­ple, si embal­lés que cela… D’autant que le chanteur Seal a déjà mis en doute la sincérité de la star des talk shows stu­pides. Selon lui, Oprah Win­frey ne pou­vait ignor­er le com­porte­ment de Wein­stein, l’homme dont les actes sont à l’origine de l’agitation fémin­iste mon­di­ale actuelle. Il a d’ailleurs pub­lié sur Insta­gram des pho­tos mon­trant la com­plic­ité ami­cale entre Oprah et Wein­stein. Pour lui, la nou­velle égérie de la minorité médi­ati­co-cul­turelle améri­caine ment. Alors ? Los Ange­les con­tin­ue à faire son ciné­ma ?

Crédit pho­to : Palaz­zo Chi­gi via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).