Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Oprah Winfrey : me too, je veux être présidente ? Les médias en pâmoison

16 janvier 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | Oprah Winfrey : me too, je veux être présidente ? Les médias en pâmoison

Oprah Winfrey : me too, je veux être présidente ? Les médias en pâmoison

Les secousses et répliques du tremblement de terre Weinstein n’en finissent plus de bousculer la société du Spectacle. Du moins, son versant médiatique et ses « élites » culturelles et militantes. En dehors de cela, la majorité des humains continuent tranquillement à vivre, draguer et faire l’amour à la sauvette ou en chantant. Il paraît pourtant qu’une dénommée Oprah Winfrey aurait changé l’humanité d’un coup de Golden baguette magique ?

À l’approche de la retraite, l’animatrice de télévi­sion Oprah Win­frey, dont il faut bien recon­naître l’anonymat dont elle béné­fi­ci­ait jusqu’alors de ce côté de l’Atlantique, a fait pleur­er et frémir l’Amérique. Du moins, la salle des Gold­en Globes, laque­lle a sou­vent le curieux défaut de se pren­dre pour l’ensemble des améri­cains. D’où son incom­préhen­sion et ses caprices mul­ti­ples devant l’élection de son antithèse Don­ald Trump. « Un nou­v­el hori­zon se pro­file pour les femmes » a déclaré, selon le mag­a­zine Pre­mière, celle qui serait, si l’on en croit sa fiche Wikipé­dia, « ani­ma­trice et pro­duc­trice de télévi­sion et de ciné­ma, actrice, cri­tique lit­téraire et éditrice de mag­a­zine ». Une force de la nature, pleine d’énergie, hyper active. Sans doute est-ce pourquoi elle s’est décidée à sauver le monde fémin­iste lors de la céré­monie des Gold­en Globes du 7 jan­vi­er 2018. Elle en a les moyens, Oprah, elle qui est con­sid­érée comme la mil­liar­daire noire la plus riche du monde et la sec­onde plus grande for­tune de l’industrie du diver­tisse­ment, selon Forbes. Comme quoi, con­traire­ment aux idées reçues, on peut être femme, noire, âgée et fort riche !

Les Golden Globes ? Cérémonie militante, comme d’habitude

Que cette remise de prix annuelle soit mil­i­tante n’est en rien nou­veau. C’est même plutôt sa mar­que de fab­rique. Cette année, toutes les récom­pens­es ou presque ont été attribuées en ver­tu de l’ambiance fémin­iste mil­i­tante en vogue. Un mil­i­tan­tisme en réseau, sans fron­tières et qui n’épargne donc pas la France, ain­si que le mon­tre l’écho don­né au dis­cours de l’amie de Barack Oba­ma, poten­tielle­ment can­di­date, selon la rumeur, à l’investiture démoc­rate con­tre Don­ald Trump en vue des prochaines prési­den­tielles. C’est du moins ce qui a été mis en avant juste après son dis­cours fémin­iste pronon­cé lors de la céré­monie des Gold­en Globes, au point que cer­tains obser­va­teurs ont eu le sen­ti­ment d’une affaire politi­co-médi­a­tique ron­de­ment menée. L’animatrice est une star du talk show out­re-Atlan­tique, elle en maîtrise codes et effets. Une sorte d’icône du monde libéral lib­er­taire, démoc­rate, mil­i­tante de toutes les sociétés ouvertes mais aus­si du développe­ment per­son­nel, de la médi­ta­tion et de spir­i­tu­al­ités syn­crétistes et new âge à souhait. L’image même d’un monde minori­taire qui se prend pour le vrai monde, dans le cadre de la mon­di­al­i­sa­tion dont il est le fer de lance spec­tac­u­laire. Femme, noire, médi­ati­co-cul­turelle, de gauche à l’américaine, accroc aux nou­velles spir­i­tu­al­ités… Oprah sem­ble avoir tout pour elle. Mais elle n’a en fait que tout New York et toute la côte Ouest. La réal­ité est autre : d’après Europe 1, le 12 jan­vi­er 2017, une majorité d’américains ne « souhaite pas voir Oprah Win­frey briguer la Mai­son Blanche ». Ils ne sont que 35 % à souhaiter qu’elle se porte can­di­date aux élec­tions de 2020. Aux États-Unis aus­si, l’écart de réal­ité entre le pays légal et le pays réel est loin d’être mince : « même par­mi les démoc­rates, seuls 47 % des sondés sont favor­ables à sa can­di­da­ture », indique Europe 1. Pour­tant, l’écho et le « buzz » ayant suivi le dis­cours d’Oprah Win­frey lors de la céré­monie sem­blaient indi­quer tout le con­traire. C’est pourquoi, cette affaire con­jonc­turelle sym­bol­ise l’état réel des médias mon­di­al­isés et de leurs acteurs : un univers com­plète­ment hors sol rel­a­tive­ment au monde réel des vrais gens.

Retour sur cérémonie

À Los Ange­les, dans la nuit du 7 ou 8 jan­vi­er 2018, Oprah, opu­lente poitrine ample­ment mise en valeur et en avant, a donc pronon­cé un dis­cours faisant « vibr­er la salle » selon Europe 1, et annonçant « une aube nou­velle », expres­sion traduite dans d’autres médias par « nou­v­el hori­zon ». Il est vrai qu’en Europe, « Aube nou­velle » évoque désor­mais cer­tain mou­ve­ment poli­tique grec… C’est en vue de ce nou­v­el hori­zon que la majorité des invitées féminines des Gold­en Globes étaient vêtues de noir. Oprah a donc tout de la future can­di­date de l’Ère du Verseau, ce qui ne serait pas pour déplaire au petit club des « élites » mon­di­al­isées. En France, son dis­cours a été réper­cuté de façon louangeuse par tous les médias offi­ciels sans excep­tion, ceux qui ne seraient jamais pour­voyeurs de fake news si l’on en croit le prési­dent de la République. Le dis­cours ?

« Vio­lente charge con­tre les auteurs de vio­lences sex­istes » pour L’Express, un « dis­cours enflam­mé qui scotche les Gold­en Globes » selon Le Figaro, « un dis­cours inspi­rant et inspiré » pour Téléra­ma, « émou­vant et poli­tique » selon 20 Min­utes, « dis­cours vibrant et engagé » d’après BFM, un « dis­cours poignant » pour Le Monde et Fran­ce­in­fo. Point besoin d’être exhaus­tif, l’immense majorité des médias réag­it de la même façon, Oprah Win­frey parais­sant ain­si rem­plac­er Hilary Clin­ton comme égérie des « élites mon­di­al­isées ». La volon­té de l’animatrice de télévi­sion de faire de la poli­tique n’est pour­tant pas nou­velle, même si cela n’est guère men­tion­né par les mêmes médias. Reste que dès le lende­main du dis­cours, les réseaux soci­aux mil­i­tants s’agitent et la presse en par­le : Oprah pour­rait se présen­ter con­tre Trump en 2020. Et le bat­tre ! Les pre­miers sondages, réal­isés dans l’immédiate foulée, le mon­tr­eraient. L’orchestration ne saurait être plus per­for­mante. Alors, la noire Oprah con­tre le blanc Don­ald ? L’Amérique pré­ten­du­ment de l’intelligence et de la société ouverte con­tre celle des bouseux ? Un remake du match Trump / Clin­ton maquil­lé en match Trump / Win­frey ? La pre­mière femme noire à la Mai­son Blanche ? Sans que per­son­ne dans les médias français ne voit à quel point il est racial­iste de con­sid­ér­er le sexe et la couleur de peau comme critère de sélec­tion d’une can­di­da­ture ? Il sem­ble que les améri­cains ne soient pas, majori­taire­ment, en tant que peu­ple, si embal­lés que cela… D’autant que le chanteur Seal a déjà mis en doute la sincérité de la star des talk shows stu­pides. Selon lui, Oprah Win­frey ne pou­vait ignor­er le com­porte­ment de Wein­stein, l’homme dont les actes sont à l’origine de l’agitation fémin­iste mon­di­ale actuelle. Il a d’ailleurs pub­lié sur Insta­gram des pho­tos mon­trant la com­plic­ité ami­cale entre Oprah et Wein­stein. Pour lui, la nou­velle égérie de la minorité médi­ati­co-cul­turelle améri­caine ment. Alors ? Los Ange­les con­tin­ue à faire son ciné­ma ?

Crédit pho­to : Palaz­zo Chi­gi via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision