Accueil | Actualités | Médias | ONPC : Naulleau viré pour avoir « craché dans la soupe »

ONPC : Naulleau viré pour avoir « craché dans la soupe »

Interrogé sur Europe 1 ce jeudi 11 juillet sur ses rapports avec Éric Naulleau, son ancien chroniqueur d’« On n’est pas couché », Laurent Ruquier a livré l’une des raisons de son éviction de l’émission en 2011.

« J'ai des bons rapports avec Éric Naulleau même si je lui reproche son manque de fair-play vis à vis de l'émission et vis-à-vis d'Aymeric Caron. Je ne suis pas surpris. Son manque de fair-play existait déjà du temps où j'ai fait l'émission », a tout d’abord commenté l’animateur.

Après avoir précisé que Naulleau « n'a pas été une victime collatérale d’Éric Zemmour, comme on a pu le croire pendant longtemps », Laurent Ruquier livre une anecdote qui, semble-t-il, est à la source de l’éviction du chroniqueur : « Un jour, je suis chez moi pendant un week-end. (...) Je regarde "Ça balance", a ainsi commencé Laurent Ruquier. Il (Éric Naulleau, ndlr) recevait ce jour-là Francis Weber qui a écrit un bouquin, ses mémoires (..). J'avais reçu moi-même Weber quelques semaines avant dans mon émission 'On n'est pas couché' avec Éric Naulleau puisqu'il était encore chroniqueur à ce moment-là avec Zemmour. »

Alors que Francis Weber aurait déclaré à un chroniqueur qu’il n’avait pas compris sa question, ce dernier aurait rétorqué : « Ah bah oui, on n'est pas chez Ruquier ! » Et Éric Naulleau d’approuver subtilement : « A qui le dites-vous ? »

« C'est quand même un peu cracher dans la soupe au moment même où on est en train de la manger », a poursuivit Laurent Ruquier sur Europe 1. « C'est dommage dans la vie parce qu'au fond, je partage (...) 90% des idées d’Éric Naulleau (...). Je ne partage quasiment aucune idée politique d’Éric Zemmour mais dans la vie, qu'est-ce qu'il est sympathique (...) ! », ajoute-t-il avant de conclure : « Je préfère Zemmour à Naulleau, dans la vie. »

Crédit photo : Frantogian via Wikimedia (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux