Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Olivier Le Cour Grandmaison : symbole d’une dérive médiatique islamo-gauchiste

6 novembre 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Olivier Le Cour Grandmaison : symbole d’une dérive médiatique islamo-gauchiste

Olivier Le Cour Grandmaison : symbole d’une dérive médiatique islamo-gauchiste

Le statut d’«expert » est fort enviable. Invité sur les ondes et dans la presse écrite, consulté, convoité, cajolé l’expert (ou supposé tel) voit sa réputation auto-entretenue. Même si celle-ci est créée de toutes pièces, confortée par une camarilla de copains, tous sur la même longueur d’ondes. Exemple avec un « expert » qui porte un très beau nom Olivier Le Cour Grandmaison, ci-devant réputé spécialiste en islamophobie.

Mortels ennemis

Se voy­ant régulière­ment ouvrir les colonnes de la presse de gauche et d’extrême-gauche, qu’il s’agisse du Monde, de L’Humanité où il y est présen­té comme un expert, poli­to­logue et spé­cial­isé sur l’histoire colo­niale, Olivi­er Le Cour Grand­Mai­son, mérite qu’on s’intéresse à lui. Il vient en effet de pub­li­er un nou­v­el ouvrage, inti­t­ulé Enne­mis mor­tels, visant à trou­ver la source d’une pré­ten­due islam­o­pho­bie française dans son his­toire colo­niale. Cet ouvrage béné­fi­cie d’une cam­pagne pro­mo­tion­nelle avec l’appui de RFI, des Inrocks et de Médi­a­part, autant de médias qui se répan­dent en inter­views du pré­ten­du spé­cial­iste qui en est l’auteur.

Une analyse qui se retourne contre son auteur

Pour jauger du sérieux et de la crédi­bil­ité de ce per­son­nage, il con­vient de remon­ter à un arti­cle à charge con­tre Claude Guéant, qu’il pub­lie sur Inter­net en avril 2011 et dans lequel, non sans vir­u­lence, il dénonce ceux qui excipent, sur les ques­tions migra­toires, du risque de l’arrivée de cen­taines de mil­liers de migrants en Europe et de l’émergence d’une men­ace ter­ror­iste. Est-il néces­saire de rap­pel­er que, depuis cet arti­cle, ce ne sont pas des cen­taines de mil­liers, mais des mil­lions de migrants qui ont défer­lé en Europe, et que la France, avec 252 morts dus au ter­ror­isme islamique, a, depuis 2011, été le pays occi­den­tal le plus dure­ment frap­pé sur son sol par cette men­ace ?

« Tromperies de bon­i­menteur » s’exclame dans cet arti­cle Olivi­er Le Cour Grand­mai­son, à l’encontre de Claude Guéant ! Rarement, sans doute, quelqu’un aura‑t’il qual­i­fié de manière si per­ti­nente ses pro­pres pro­pos …

Touche-à-tout

En effet, si Olivi­er Le Cour Grand­mai­son (alias OLCG) touche un peu à tout, tout indique qu’il ne maîtrise pas grand-chose, à com­mencer par la plu­part des sujets sur lesquels il s’exprime publique­ment. Après avoir enseigné le droit pub­lic et don­né des cours de soci­olo­gie et de philoso­phie à l’université du Maine, il est devenu respon­s­able du Deug de droit à l’université d’Evry-Val d’Essone. Dans cette uni­ver­sité très mar­quée par le mil­i­tan­tisme com­mu­nau­tariste, auquel nous ver­rons qu’OLCG ne manque pas de fournir l’appui de ses quelques con­nais­sances acquis­es en sci­ences poli­tiques, il dirige actuelle­ment un mas­ter inti­t­ulé « Coopéra­tion et sol­i­dar­ité inter­na­tionales . Vaste pro­gramme.

S’appuyant sur cet appar­ent éclec­tisme académique, l’ami Olivi­er tente de se faire pass­er pour un his­to­rien spé­cial­isé sur les ques­tions colo­niales, avec la com­plai­sance de cer­tains médias vis-à-vis de ses pub­li­ca­tions sur la ques­tion. Or, l’intéressé ne béné­fi­cie ni de la légitim­ité académique ni de la recon­nais­sance des vrais his­to­riens spé­cial­isés sur ces ques­tions pour se pré­ten­dre expert dans ce domaine.

Tit­u­laire d’une maîtrise d’histoire, après avoir réal­isé un mémoire por­tant sur la révo­lu­tion française, qu’il a pub­lié en 1992 sous le titre Les Citoyen­netés en Révo­lu­tion (1789–1794), il quitte la dis­ci­pline his­torique pour se con­sacr­er à la philoso­phie et aux sci­ences poli­tiques, domaines dans lesquels il passe un DEA. Après une sec­onde pub­li­ca­tion, Les Con­sti­tu­tions français­es aux édi­tions de La Décou­verte, dans le domaine du droit pub­lic qui touche à son champ de com­pé­tences, OLCG se lance sur un thème où il pos­sède encore un peu de légitim­ité, compte-tenu de son DEA, mais dont le titre résume sans doute le moteur intel­lectuel de ses com­bats ultérieurs : Haine(s) : Philoso­phie et poli­tique. Dernier ouvrage avant de par­tir en roue libre.

« Sottisier » et « entreprise frauduleuse »

C’est en effet à par­tir de ce moment que, prenant sans doute un peu d’assurance au terme de ces trois pub­li­ca­tions, Olivi­er Le Cour Grand­mai­son s’invente des capac­ités d’historien sur le thème de la coloni­sa­tion, en pub­liant, chez Fayard, en 2005, Colonis­er, exter­min­er. Sur la guerre et l’État colo­nial ! Édité en arabe, en 2007, en Algérie. Une manière, sans doute, pour l’auteur, de con­tribuer à la « coopéra­tion et sol­i­dar­ités inter­na­tionales » entre la France et l’Algérie. Sauf que… Pata­tras ! Tous les his­to­riens experts de ces ques­tions lui tombent dessus, soulig­nant l’absence de rigueur his­torique de son tra­vail : Jean-Guil­laume Lanuque qual­i­fie de « hors sol » son étude des dis­cours de l’époque, tan­dis qu’Emmanuelle Saa­da con­sid­ère que l’ouvrage « s’ancre dans un refus de l’histoire ».

Les his­to­riens Gilbert Meynier et Pierre Vidal-Naquet, pour­tant peu soupçonnables de malveil­lance à l’égard des entre­pris­es idéologiques venant de la gauche ou de l’extrême-gauche, se sen­tent même oblig­és de déclar­er au sujet de son ouvrage, dans un arti­cle pub­lié dans Esprit et con­sid­éré par l’historien Claude Liauzu comme une « cri­tique rigoureuse » : « à le lire, on ne peut s’empêcher de pos­er la ques­tion : un sot­tisi­er peut-il tenir lieu d’œuvre de réflex­ion et de syn­thèse his­torique ?... Assim­i­l­er peu ou prou le sys­tème colo­nial à une antic­i­pa­tion du 3ème Reich, voire à un « précé­dent inquié­tant » d’Auschwitz, est une entre­prise idéologique fraud­uleuse. »

Mal­gré ce tir de bar­rage unanime de la com­mu­nauté des his­to­riens, qui aurait dû encour­ager notre ami à cess­er de par­ler d’histoire colo­niale pour revenir à sa zone de con­fort, l’« entre­prise idéologique fraud­uleuse » ne s’est pas arrêtée là et l’intéressé a, depuis, mul­ti­plié sur ce thème les sot­tisiers… La République impéri­ale : poli­tique et racisme d’Etat en 2009, De l’indigénat. Anatomie d’un « mon­stre » juridique : le droit colo­nial en Algérie et dans l’empire français en 2010, L’Empire des hygiénistes. Vivre aux colonies en 2014, et l’actuel Enne­mis mor­tels. Autant d’ouvrages salués de même manière tout aus­si cri­tique, par les his­to­riens, que la pre­mière pub­li­ca­tion par laque­lle cet auteur a ini­tié sa longue dérive visant à exprimer, sous cou­vert d’une pré­ten­due exper­tise qui relève de l’imposture, sa haine poli­tique et philosophique con­tre la France et son his­toire.

Choix militants

Sans sur­prise, cette dérive idéologique s’est aus­si man­i­festée dans les choix mil­i­tants de ce pré­ten­du expert. Ain­si, l’intéressé, qui tombait dans son arti­cle de 2011 à bras rac­cour­cis sur les jour­nal­istes qui, selon lui, ne véri­fi­aient pas les faits avant d’interviewer Claude Guéant – on ne peut que le rejoin­dre sur cette lacune jour­nal­is­tique au vu de la bien­veil­lance avec laque­lle Le Cour Grand­mai­son est présen­té par les jour­nal­istes qui l’interviewent – aime aus­si expli­quer à la jus­tice com­ment elle doit fonc­tion­ner.

En effet, pour lui, le dis­cours cri­tique sur l’islam pronon­cé par Eric Zem­mour lors de la Con­ven­tion de la droite doit le con­duire devant les tri­bunaux, tan­dis que Tariq Ramadan, aujourd’hui mis en exa­m­en à la suite de cinq dépôts de plainte pour viol, ne devait pas être main­tenu en prison pour éviter les pres­sions sur les pre­mières plaig­nantes, pour­tant visées par des men­aces de mort. Olivi­er Le Cour Grand­mai­son avait même don­né sa sig­na­ture à une tri­bune pub­liée dans Medi­a­part pour réclamer la libéra­tion du prédi­ca­teur proche des frères musul­mans. Ce dernier, s’il n’a pas recon­nu les vio­ls dont il est accusé, a toute­fois fini par recon­naître des rela­tions sex­uelles vio­lentes et « adultères », ce qui reste inquié­tant pour celles qu’il qual­i­fie ain­si de parte­naires sex­uelles, compte-tenu du châ­ti­ment de lap­i­da­tion promis par les islamistes et auquel Tariq Ramadan n’entendait pro­pos­er qu’un sim­ple mora­toire, le temps, peut-être, qu’il remette sa sit­u­a­tion per­son­nelle en ordre sur ce sujet !

Toutes sortes de choses qui n’indisposent pas OLCG qui préfère militer pour la régu­lar­i­sa­tion mas­sive des clan­des­tins et par­ticiper, à l’université d’Évry où il sévit désor­mais, à des col­lo­ques com­mu­nau­taristes, organ­isés par le « cen­tre Mal­com X » et dans lesquels la dénon­ci­a­tion de la mon­tée de l’antisémitisme dans cer­taines ban­lieues est qual­i­fiée « d’islamophobe ».

Ses pris­es de posi­tions sur le média com­mu­nau­tariste Oumma.TV, à la ligne édi­to­ri­ale proche des frères musul­mans, prêteraient à rire aux éclats si elles ne s’inscrivaient pas dans un con­texte où de tels pro­pos, comme l’ensemble des travaux d’Olivier Le Cour Grand­mai­son, n’avaient, sinon pour but, pour effet cer­tain d’attiser la haine anti-française de com­mu­nautés qui s’organisent sur leur sol d’accueil. Sans sourire, il ose en effet affirmer que la France serait le seul pays au monde qui porterait un regard bien­veil­lant sur son his­toire colo­niale (ce qui reste à démon­tr­er) en s’exprimant sur une webTV qui sert de vecteur d’influence à l’idéologie « frériste » visant, pré­cisé­ment, à pro­pos­er un regard bien­veil­lant sur l’impérialisme arabo-musul­man qui reste, avant tout… une his­toire colo­niale !

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).